Musique

Charlie is my darling : The Rolling Stones, Ireland,1965

Charlie is my darling : The Rolling Stones, Ireland,1965

05 mars 2013 | PAR La Rédaction

On ne compte plus la somme énorme de biographies, de témoignages divers et de DVD sur la question. Alors pourquoi un énième documentaire d’images d’archives sur les Rolling Stones ? Tout simplement parce que ce film est le premier réalisé sur le groupe avant leur succès mondial.

Nous sommes à l’automne 1965. Leur manager, Andrew Loog Oldham, demande au cinéaste Peter Whitehead de les accompagner sur une mini tournée en Irlande. Ce documentaire de 70 minutes suit le groupe de leur voyage en voiture au départ de Londres à l’aéroport d’Heathrow. Puis de là à Dublin où ils ont eu deux concerts à l’Adelphi Theatre, le 3 Septembre. Le lendemain, ils prennent un train à Belfast pour deux concerts au Théâtre ABC, avant de rentrer à Londres par avion le lendemain. Dans l’Angleterre conservatrice du milieu des 60’s, la jeunesse a envie de crier sa joie de vivre après les dernières années de rationnement et de privations. Depuis quelques jours « I Can’t Get No satisfaction » est numéro un en Angleterre. Il est l’allumette qui vient de mettre le feu aux  poudres. La chanson est l’incarnation même de ce que va devenir la « brit pop » , véritable secousse tellurique qui balaye les clichés sur lesquels reposait la ronronnante variété anglaise. Au départ, les musiciens n’avaient qu’une ambition : écrire de bonnes chansons, les jouer sur scène sans savoir si le groupe existerait encore dans un an. D’ailleurs face caméra, Brian Jones observe que « l’avenir en tant que Rolling Stone est très incertain » et qu’il a « toujours été un peu inquiet quant à l’avenir ». Mais voilà l’hystérie collective se répand à travers tout le pays prêt à gagner le monde entier : ces petites ritournelles aux textes simples et bourrées d’humour de clins d’œil sur le sexe ou le mal de vivre, deviennent les porte- étendards de la jeunesse.

A l’aéroport, dans les hall de gare, on voit des adolescents hurlant, les poursuivre partout. A Dublin, les fans excités grimpent sur scène, veulent toucher leurs héros de près mais sont repoussés par la police locale. Imperturbables, Mike Jagger, Keith Richards, Bill Wyman, Brian Jones et Charlie Watts, continuent de jouer sous les cris hystériques du public. D’autres scènes montrent les garçons backstage, à l’hôtel où dans le train entre Dublin et Belfast dissertant sur le sexe, l’art et l’argent. Un groupe très soudé, complice, comme le montre Jagger et Richards en train de composer ensemble ou reprendre des titres d’Elvis Presley. « I Can’t Get No satisfaction » va bientôt devenir un hit mondial lançant la carrière des Rolling Stones. Personne n’a vu la vague arriver. Même pas les Stones eux-mêmes. L’histoire est en marche.


Avec :  Mick Jagger, Keith Richards, Brian Jones, Bill Wyman, Charlie Watts
Titres joués :
Last Time
Play with Fire
Time is on my side
You needs hands
Pain in my heart
Everybody needs Somebody to Love
Auound and Around
Heart Of Stone
Going Home
Satisfaction (I can’t get no)

 

Jean-Christophe Mary

Les ventes de musique sont en hausse pour la première fois depuis 1999
Jérôme Savary quitte la scène
La Rédaction

2 thoughts on “Charlie is my darling : The Rolling Stones, Ireland,1965”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *