Musique

Dans le chapiteau du Club Paridisio, Jouk Attamthil Al Bidaoui et Ghassan El Hakim nous embarque dans une autre dimension avec « Kabareh Cheikhats »

Dans le chapiteau du Club Paridisio, Jouk Attamthil Al Bidaoui et Ghassan El Hakim nous embarque dans une autre dimension avec « Kabareh Cheikhats »

24 octobre 2018 | PAR Lisa Bourzeix

Après La générosité de Dorcas de Jan Fabre au TNBA c’est au QG du FAB, le Club Paridisio, que la générosité se déploie. Cette mise en scène de Ghassan El Hakim n’a pas laissé l’audience indifférente. 

Vendredi soir au QG du festival les esprits sont à la fête, entre bar éphémère et food truck tout est réuni pour passer une bonne soirée. Mais c’est dans le Magic mirror que la magie va se produire. Lumière tamisée et ambiance feutrées sont au rendez-vous. C’est dans cette atmosphère chaleureuse que va se produire le collectif Jouk Attamthil Al Bidaoui.

Les Cheikhats se sont des chanteuses marocaines, figures emblématiques, qui s’étaient fait connaitre pour leur parole puissante et une liberté qui les caractérisait. C’est d’ailleurs pour cette même raison que leur répertoire a progressivement été relégué, trop libres, trop revendicatrices. A travers cette pièce la volonté est de réactiver, de faire résonner de nouveau ces textes, ces voix qui, à une époque, symbolisait la liberté d’un peuple et d’une génération.

Eux sont une dizaine sur scène. Habillés et maquillés en femmes, les voix et les barbes ne sont pas grimées pour autant. Pendant une heure et demie, entre harangues et chants puissants le collectif Jouk Attamthil Al Bidaoui va nous éblouir d’une part par leur présence lumineuse mais aussi par le symbole et l’importance de ce qu’ils interprètent sur scène. Quand les dernières chansons se font entendre, les perruques tombent mais le chant reste le même, finalement rien a changé. Ce soir-là dans le chapiteau du Club Paradisio on a envie de croire à l’utopie que chacun peut être qui il a envie d’être. Une belle leçon de tolérance.

Visuels : @Pierre Planchenault © visuel du spectacle

« La générosité de Dorcas » de Jan Fabre au TnBA, un don de soi sans concession
Jômon, à la source de l’art japonais
Lisa Bourzeix

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *