Chansons

Vincent Delerm s’installe à la Cigale

Vincent Delerm s’installe à la Cigale

14 novembre 2019 | PAR Sarah Dray

Du 5 au 9 novembre 2019, Vincent Delerm était à Paris sur la scène de la Cigale pour sa deuxième semaine (la première était fin octobre). Avec une mise en scène originale et intimiste, l’artiste a encore marqué des points auprès de son fidèle public. Nul doute que sa dernière semaine du 3 au 7 décembre suscitera le même enthousiasme.

Lorsque la salle se retrouve plongée dans le noir après la première partie de Clou, Vincent Delerm rentre en scène sur une voix off qui n’est d’autre que la sienne. Comme pour rendre l’expérience encore plus intime, par cette voix off, Vincent nous raconte son pire cauchemar. Ainsi, il fait rire le public et crée un début de complicité, sans en faire trop, juste par sa présence et son autodérision.

Après cette introduction, et un générique digne de la télévision, Vincent Delerm et son piano rentrent en scène. Il faut dire qu’il n’a pas meilleur acolyte et que son charme réside essentiellement dans sa voix mi parlée mi chantée. Aussi, on imagine que son attitude profil bas n’est pas étrangère à l’attachement et l’affection que son public lui porte.

Dès que Vincent Delerm en a l’occasion, il fait participer la salle. Sur les chansons les plus entraînantes, le public frappe des mains et chantonne. Il enchaîne ses succès, plus ou moins anciens : Un temps pour tout, Quatrième de couverture, Allan et Louise, Le baiser Modiano….

Et plus ou moins émouvants… certaines ballades laissent le public sans voix et attentif. Seul le piano et la voix de l’artiste s’envolent vers le toit de la Cigale. Cette salle lui va bien, elle a l’intimité d’un appartement individuel et pourtant contient presque mille personnes.

La set liste réjouit les fans présents dans la salle. Ils se délectent de chacun des mots prononcés, et de chacun des hochements de tête du chanteur. Le charme opère…

A la fin du concert, le public manifeste son contentement par une grosse salve d’applaudissements. Après un premier puis un deuxième rappel, c’est une standing ovation à laquelle a le droit le chanteur et qui semble quelque peu le surprendre.

Après avoir modestement salué le public plusieurs fois en lui manifestant sa gratitude, Vincent Delerm sort de scène. Il doit, à juste titre, garder de l’énergie pour les représentations du 3 au 7 décembre à la Cigale et pour la tournée à travers la France en 2020.

 

crédit visuel :© Julien Bourgeois

Comment j’ai dressé un escargot sur tes seins, au Théâtre de la Contrescarpe
« On s’en va », Krzysztof Warlikowski par les racines à Chaillot
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *