Chansons

Philippe Katerine, la vie, la mort et l’humour à la Maison de la Poésie

Philippe Katerine, la vie, la mort et l’humour à la Maison de la Poésie

18 janvier 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La Maison de la Poésie continue son approche très plurielle du texte et invitait en one shot hier soir Philippe Katerine à lire et à chanter Ce que je sais de la mort, ce que je sais de l’amour, son livre dessiné paru chez Hélium en 2017.

Improbable pull tricoté main, pantalon aux limites du pattes d’eph et cheveux restant collés à la gomina. Le chanteur indissociable de la scène et du cinéma français a l’air sérieux, assis sur un grand fauteuil, micro à la main. Au dessus de lui un écran pour l’instant blanc.

Deux films en réalité vont être vus, réalisés par Philippe Eveno. Katerine en est la voix Off. Comme dans ses chansons, les tout petits riens disent beaucoup. Il traite l’amour et la mort avec une infinie douceur. Les dessins sont naïfs comme un vrai remède à la déprime. Il nous fait rire, beaucoup en nous expliquant que oui on va tous mourir.

Comme un cadeau, la lecture s’est poursuivie par un showcase de quelques chansons dont « Le jardin botanique » et « Poulet Numéro 728 120 ».

Aux franges du conte pour enfants, il apaise les peines, les immenses comme les toutes petites. En juillet dernier il avait déclaré lors d’une Master class sur France Culture «J’ai été opéré à cœur ouvert en 1976. Mon cœur s’est arrêté pendant 17 minutes. Aujourd’hui, j’ai toujours 17 minutes de retard ou d’avance à mes rendez-vous. Cette opération a été une sorte de résurrection, cela vous apporte une sorte de sagesse.  Après, la vie vous fait rire, c’est un jeu et vous n’avez plus le trac. »

En 1976, il a 8 ans. Et là on comprend pourquoi il a cette petite voix , et pourquoi il a toujours l’air un peu à côté. Katerine a déjà croisé l’au delà, ça le rend encore plus sensible.

Visuel : @ maison de la poésie

Gagnez 5×2 entrées pour le musée Dali Paris
Gagnez 5×2 places pour le festival REPERAGES
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *