Chansons

Nathalie Joly chante « Yvette, Yvette, Yvette! » et c’est un bonheur de l’écouter

Nathalie Joly chante « Yvette, Yvette, Yvette! » et c’est un bonheur de l’écouter

02 octobre 2017 | PAR Mathieu Dochtermann

Yvette, Yvette, Yvette! c’est une très belle proposition de Nathalie Joly, qui chante sur la scène du Théâtre du Soleil les chansons d’Yvette Guilbert, en trois épisodes, que l’on peut voir en intégrale le samedi. On a assisté à l’épisode 3, Chansons sans gêne, et on s’incline devant la qualité de la performance de la chanteuse, dont la voix envoûte et transporte, sur les textes drôles, acerbes, intelligents d’Yvette. A voir absolument pour les amateurs de chanson française… et pour les amateurs de chanson, tout court!

[rating=4]

Yvette Guilbert, c’est une chanteuse française mythique même si inconnue des nouvelles générations. Libre, féministe, visionnaire, authentique, elle a côtoyé Sigmund Freud, qui la révérait, et a pratiquement inventé l’art du parlé-chanté (ou Sprechgesang). Yvette Guilbert, c’est un héritage qui irrigue toute la chanson française féminine, mais est-ce une voix qui peut encore résonner aujourd’hui, en tant que telle?

Le pari fait par Nathalie Joly est de démontrer que oui. En endossant le rôle d’Yvette, en prenant son accent comme son apparence, elle ressuscite la reine du café-concert pour la confronter à l’année 2017… et cela marche. Les chansons sont pleines d’esprit, de gouaille et d’humour. On passe, dans le même spectacle, de « L’amour c’est comme le camembert, ça ne peut pas durer toute la vie », à un beaucoup plus recherché « Tous les enfers et tous les paradis, comme cette grouillante humanité, sont logés en vous. »

Si Yvette, Yvette, Yvette! fonctionne aussi bien, ce n’est pas seulement parce que Nathalie Joly et le pianiste talentueux qui l’accompagne, Jean-Pierre Gesbert, endossent des rôles d’époque, jouent et s’amusent ensemble. C’est surtout parce que, musicalement, l’interprétation est impeccable. Nathalie Joly sait chanter, et bien chanter: technique au point, évidemment, mais surtout émotions à fleur de peau… ou à fleur de cordes vocales! Et la voix d’Yvette résonne effectivement, l’humour acerbe qu’elle manie à l’endroit des hommes, sa lucidité sur les rapports amoureux, son point de vue sur la vieillesse, tout est actuel, tout est parfaitement en phase avec le public de notre époque, même si la langue est différente.

La maîtrise vocale de Nathalie Joly lui permet d’alterner entre chant et parlé-chanté, entre la voix amplifiée et le chant sans micro. Est semble à l’aise dans toutes les situations. C’est un véritable plaisir de l’écouter, un voyage dans le temps, une évocation de jours lointains et de tout un folklore qui n’a pas entièrement disparu, et qui irrigue certaines de nos chansons contemporaines.

Côté mise en scène, rien à redire. Difficile de retenir l’attention et de flatter l’œil, quand on n’a sur scène que deux personnes. Pourtant, le mise en espace et en lumière s’en sort très bien: quelques projections, discrètes et intrigantes, sur le rideau en fond de scène; un jeu de lumières chaleureux et intelligent, qui découpe bien l’espace et focalise l’attention où elle doit être. Quelques déplacements de Jean-Pierre Gesbert, et surtout, une grande présence et une grande mobilité de Nathalie Joly, qui occupe admirablement la scène.

Un bon concert avec d’excellents musiciens, qui sont à l’aise dans la théâtralisation de la représentation. Un voyage dans la Belle Epoque et au-delà, qui ne laissera aucun amateur de chanson française indifférent.

Ceux qui auront été convaincus par les chansons proposées sur scène pourront les retrouver dans un coffret CD, tout juste enregistré par Nathalie Joly.

Nathalie Joly chante Yvette Guilbert (épisode 3)

Mise en scène Simon Abkarian
Chant, texte, conception Nathalie Joly – Piano Jean Pierre Gesbert
Collaborateur artistique Pierre Ziadé
Lumière Arnaud Sauer
Costumes Louise Watts
Crédit photos : Arnold Jerocki

« L’Homme hors de lui » Dominique Pinon animal acteur parfait à La Colline
Rentrée enthousiasmante à la Gaité Lyrique !
Mathieu Dochtermann
Passionné de spectacle vivant, sous toutes ses formes, des théâtres de marionnettes en particulier, du cirque et des arts de la rue également, et du théâtre de comédiens encore, malgré tout. Pratique le clown, un peu, le conte, encore plus, le théâtre, toujours, le rire, souvent. Critère central d'un bon spectacle: celui qui émeut, qui touche la chose sensible au fond de la poitrine. Le reste, c'est du bavardage. Facebook: https://www.facebook.com/matdochtermann

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *