Chanson
Jorane, l’ovni musical

Jorane, l’ovni musical

08 avril 2013 | PAR La Rédaction

 

Des onomatopées frappées, de longues vocalises, un violoncelle complice. Pas facile de coller une étiquette musicale à Jorane. Pourtant, derrière les mélodies sensuelles et mélancoliques de son dernier album, se cache une vraie force créatrice. Rencontre avec une artiste qui souffle un vent de liberté artistique totale.

Dix albums, deux albums live pour 13 ans de carrière….quel est votre regard sur ce riche parcours ?
Je regarde toujours plus devant que derrière. J’en ai tellement à exprimer à créer, à explorer. Je suis vraiment heureuse et chanceuse d’avoir une équipe qui comprend mon besoin d’en faire autant. Et ça continue!

Sur votre album, vous alternez chansons à textes (un de René Char, un autre de Marcel Kanche), reprises (Indochine, Diane Dufresne) et morceaux tout en bruitages acoustiques qui sont de véritables ovnis musicaux. C’est une manière de brouiller les pistes, une envie de multiplier les expériences sonores ?
J’aime la musique comme un langage à part entière. Pour moi, l’utilisation de la voix sans mots n’a qu’un but : la rendre musique et seulement musique. Il serait dommage de n’utiliser le crayon que pour écrire des mots, on passerait à côté du dessin! Eh bien, c’est la même chose pour la voix.

Avec un violoncelle, un piano, une guitare classique, une batterie légère et quelques marimbas, vous créez des ambiances douces et intimistes, entre mélancolie et sonorités sombres expérimentales. Pourquoi ce choix alors que sur scène vous avez un tempérament plutôt fougueux ?
Des sonorités très chaudes, très rondes, un album vraiment plus lumineux et printanier. Ça me fait du bien d’être dans un espace plus dégagé! Mais ça n’enlève rien au côté intense que j’ai sur scène.
Côté musique il y a ses références pop folk mélancoliques avec des montées fiévreuses rock et puis d’autre de facture plus classiques

Vous semblez avoir un don pour écrire une énergie créatrice bouillonnante … Quelle est votre manière de composer ?
J’ai tellement d’idées en banque! Je dois les mettre en attente et y revenir au bon moment. Je compose avec le violoncelle très souvent et il y a aussi la harpe la guitare le ukulele…
Les cordes en général sont les instruments qui m’inspirent le plus.

Le 2 avril vous étiez sur la scène de l’Européen à Paris. Est-ce un exercice qui vous plaît ou un passage obligé ?
J’adore faire de la scène. C’est retourner en création surtout là, au début de la tournée. L’Européen est une belle salle où j’ai déjà joué. C’est un plaisir de retrouver le public parisien, de créer une rencontre et de vivre un moment où nous seront accordés à la musique tous ensemble.

L’Instant aimé (Avalanche/L’Autre Distribution)

Jean Christophe Mary

Iron Maiden « Maiden In England » 1988 (Emi)
Dexys Midnight Runners, Searching for the Young Soul Rebels
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture