Chansons

Interview avec Cassandre, un duo qui respire

Interview avec Cassandre, un duo qui respire

26 octobre 2018 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Toute La Culture a rencontré le groupe Cassandre composé de Pier et Flo, originaires de Saint-Etienne. Leur dernier single « Respire » est l’un des titres de leur nouvel album Nous qui sortira le 15 février prochain. A noter également que le duo sera au Nouveau Casino de Paris le 23 mars 2019. 

Votre single s’intitule « Respire », il est sorti le mois dernier. Comment s’est passée l’écriture des paroles et pourquoi ce titre ? 

Flo: L’écriture des paroles et la composition s’est faite comme dans tous les autres titres de Cassandre. On co-écrit, on co-compose et en cherchant des mots il y a parfois une mélodie qui vient au piano. Les mélodies arrivent petit à petit et la vision d’une chanson apparaît. C’est comme ça qu’est née la chanson Respire. On est davantage concentré sur l’instant présent et aussi sur le fait que dans n’importe quelle relation que ce soit amicale ou autre, la perte du sentiment de contrôle va permettre un mieux être, un rapprochement ou un amour inconditionnel. Nous ne sommes pas des artistes qui ont vocation à changer le monde. Nous ne sommes pas là pour revendiquer. Pour nous, chanter c’est aussi naturel que de respirer.

Musicalement, diriez-vous que vous avez un style particulier ? 

Flo: On pourrait dire que c’est de la pop/électro avec une touche variété francophone. On aime notre langue maternelle mais on ne dénigre pas du tout l’anglais.

Pier: On a aussi quelque chose de fondamentalement romantique et je pense que cela ne nous quittera pas.

A quoi ressemblera votre futur album Nous 

Pier: Ce sera une continuité par rapport au premier opus éponyme sans pour autant être dans la répétition. Nous sommes sensibles à des sons qu’on entend actuellement, à des choses qui se passent dans le monde et c’est vrai que tout ça nous inspire. C’est un album qui aura des sonorités différentes du premier. On va traiter la voix d’une manière différente par rapport au premier album.

Flo: Nous sommes fascinés par l’univers de certains artistes de pop anglo-saxonne. On a ce côté pop un peu urbanisé et non pas pop urbaine. On aime ces ambiances là. Le nouvel album sera aussi une quête de recherche de soi et de son rapport au monde avec la perte de l’enfance. L’enfance c’est un thème que nous n’avions jamais évoqué dans le passé.

Hormis l’enfance, quels sont les autres thèmes que vous aimez aborder dans vos chansons ? 

Flo: L’un de nos thèmes fondateurs c’est la liberté. On veut chanter nous même notre liberté. Pour nous la liberté c’est un peu le départ de tout.

Pier: La liberté c’est aussi une valeur extrêmement fragile et menacée au vu de tout ce qui se passe dans le monde. On voit bien que la liberté est complètement bafouée et anéantie dans certaines parties du monde. Elle est peu présente.

Pouvez-vous me présenter Tiery-F, votre réalisateur ? 

Flo: C’est quelqu’un avec qui on a eu la chance de travailler dès notre arrivée au sein du label My Major Company. On a le privilège de travailler encore avec lui sur notre second album Nous. C’est un arrangeur très caméléon qui a collaboré avec des artistes très différents de nous comme Shy’m, Amir, Slimane…Il a appris à nous connaître et a compris nos envies. Du coup avec lui, la réalisation du deuxième album est plus évidente. Nous sommes aussi arrangeurs de nos titres.

Vous a t’on déjà considéré comme les Simon&Garfunkel à la française ? 

Flo: Pas si souvent que ça mais en tous cas c’est très gentil (rires) !

Pier: Il faut avouer que les vrais duo vocaux masculins sont extrêmement rares. Il n’y en a pas des tonnes ! Mais Simon and Garfunkel est une référence qui nous va droit au cœur !

Quels sont vos influences musicales à chacun ? 

Flo: Moi je suis très pop anglo-saxonne. Ça part des années 80 avec ce que mes parents écoutaient. Je pense à Depeche Mode et des choses new waves  comme Visage et des artistes comme Empire of the sun.

Pier: Pour ma part, je rejoins aussi le goût des sons électroniques des années 80. C’est quelque chose de fondateur dans mon esprit. Ayant une formation musicale académique, un goût assez prononcé pour le classique notamment la musique symphonique des 19e et 20e siècle. J’aime beaucoup la variété française qui propose des mélodies des textes qui ont un vrai sens.

Que voulez-vous dire quand vous dites dans votre bio que vous ne voulez surtout pas tricher, ne pas copier et ne plagier ? 

Pier: Au fond nous sommes tous un peu des copieurs. Nous sommes victimes de nos inspirations, c’est sûr. On est humains, on se nourrit de ce qui nous entoure et de ce qui nous touche. Si notre musique ressemble à celle d’autres artistes, c’est totalement involontaire. Ce qu’on aime faire Flo et moi c’est créer des chansons qui nous plaisent et nous parlent.

Quels sont les artistes avec qui vous aimeriez collaborer ? 

Flo: On aimerait collaborer avec des chanteuses. Sur le plan featuring, il y en a beaucoup qui nous plaisent notamment des chanteuses anglo-saxonnes. Spontanément, je peux citer Lana Del Rey car elle a un côté mythique et mythologique. On aime vraiment les femmes fatales, tragiques et sensibles.

Pier: Je ne donnerais pas de noms d’artistes mais pour moi collaborer avec un autre artiste part d’une idée préexistante. On n’imagine pas vraiment autre chose avec quelqu’un d’autre parce que nous n’avons pas de chanson prévue pour cela.

C’est quoi la suite de vos projets ? 

Flo: Il y a le live du 23 mars 2019 au Nouveau Casino de Paris. On veut être prêt dans le sens où on a besoin d’avoir fait l’album pour pouvoir offrir ce live. On a déjà réfléchi aux titres qu’on allait faire, aux éventuelles reprises et à la mise en scène.

Ce concert était initialement prévu pour le 12 novembre, pourquoi a-t-il été reporté au 23 mars 2019 ? 

Pier: Notre équipe, notre manager et notre producteur ont pris la décision de décaler le live pour que ça soit en accord avec la sortie de l’album parce que faire un concert qui présente un album qui sortira trois mois plus tard n’a vraiment de cohérence. Nous sommes heureux que ce concert ait lieu quand l’album sera déjà sorti parce qu’on a envie que les gens partagent cet album avec nous sur scène.

Propos recueillis par Kevin Sonsa-Kini

Visuels: Facebook @Cassandre

Gagnez 5×2 places pour la Soirée Influences expressionnistes de Welles à Caligari : « La Soif du Mal »
Interview avec les deux guitaristes du Magic Gang
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *