Chansons

Georgia, un  conte musical de troupe pour les enfants

Georgia, un conte musical de troupe pour les enfants

25 octobre 2016 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Que du bon monde ! La belle rousse dessinée par Benjamin Chaud a besoin de soutien quand elle s’installe dans un grand appartement avec sa tante, trop grand l’appart, et d’abord…pourquoi seule avec sa tante ? Cette collaboration entre l’auteur Timothée de Fombelle, le dessinateur Benjamin Chaud, la comédienne Cécile de France cache bien des chanteurs et des musiciens. Le tout est publié chez Gallimard Jeunesse ( sortie le 4 novembre ) en soutien à SOS village d’Enfants

 Cette « production imaginée et réalisée par l’ensemble contraste » constitue la guest list d’une soirée de rêve : Albin de la Simone, Alain Chamfort; Babx, Emily Loizeau, Pauline Croze, Anny Duperey…. et a nécessité deux ans de travail très collectif.

A la fois beau livre et album à écouter de façon conjointe ou indépendante, Georgia raconte comment elle a du laisser derrière elle ses sœurs au moment de la dispersion de sa famille. Elle rêve et autour d’elle volent des personnages chanteurs. Mais au violon, il y a Sam (Albin de la Simone), ou plutôt son fantôme qui réinscrit la musique dans la vie de la petite fille.Cette big star gantée est une ancienne petite fille à la vie fragile qui décide enfin de dévoiler ses « secrets ». « Les secrets » est la première chanson du conte, portée par  Alain Chamfort, précédée d’un texte lu par Cécile de France.

Le modèle est ici classique, la voix précède le chant, le tout faisant sens. Le texte, le dessin, les paroles, tout nous plonge dans l’univers de cette chanteuse qui cache bien des choses dans son piano. « Des cachettes dans les boites à musique » en résumé.

A tenir entre ces mains, le bel objet hurle une traduction scénique. On imagine bien Cécile de France en robe de chanteuse et sur le plateau la douce voix de Babx, l’impressionnante maîtrise de Paris associée à Marie Oppert… car Georgia, est c’est peut être l’apport de ce conte musical qui s’inscrit bien dans la lignée d’Un monstre à Paris ou du Soldat Rose,  l’alliance de la pop et du classique.

Les enfants et les parents sont ainsi plongés dans une multiplicités de tessitures et de compositions. Entre Les aigus d’Amandine Bourgeois à l’opérette de Karine Deshayes et Magali Léger le fossé est immense et pourtant, il est ici tout à fait traversable.

Albin de la Simone le confiait en conférence de presse  « l’idée était de monter une troupe pour construire cette histoire ». Pour le moment, la traduction sur scène de ce conte se conjugue au futur. Rien n’est fait, mais c’est en discussion comme on dit. Ce sera à suivre.

En attendant, Thimothée de Fombelle le dit, il faut faire quelque chose qui reste, c’est « La clé de la littérature durable, les enfants s’installent dans un univers sonore comme dans une cabane ». L’histoire est ici parfaite, mélangeant réel et imaginaire à foison, faisant fi des temporalités ( des reprises de grands tubes (n’en disons pas trop) ajoute à cela. Les grands drames sont ici murmurés, et cela est très bien. Le violoniste Sam, caché pendant une guerre, cela est assez clair pour susciter les questions des enfants sans insister.

Il a ce soucis ici de ne pas gonfler les parents et de faire plaisir à toutes les générations. Certaines chansons comme « La petite fée » d’Emily Loizeau sent le tube. De même que « Ce qui te manquerait » de Pauline Croze. Mais ce conte n’est pas juste un cadeau parfait, c’est avant tout  un projet pédagogique pour SOS villages d’enfants qui aide un million d’enfants en détresse en leur offrant un cadre familial durable.

Le meilleur des crèmes anti-rides
Ouverture de la billetterie de l’Opéra Comique
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *