Chanson
Gael Faure : « L’eau et la peau, c’est une thérapie »

Gael Faure : « L’eau et la peau, c’est une thérapie »

17 septembre 2021 | PAR Kevin Sonsa-Kini

L’eau et la peau est le titre du nouvel EP de Gaël Faure disponible depuis le 10 septembre dernier. Un EP qu’il a écrit, composé et co-réalisé lui-même. A travers ces cinq titres, le chanteur de 34 ans libère sa voix et montre un nouveau visage où il accepte son propre désordre et nous permet, à nous aussi, de lâcher prise.

Toute la culture s’est entretenue par téléphone avec Gaël Faure avant la sortie de l’EP. 

Toute la culture : Comment avez-vous abordé ce nouvel EP ? 

Gaël Faure : J’ai essayé d’être le plus naturel possible. Je me suis laissé embarqué par les choses que j’ai traversé ces dernières années. J’ai désormais 34 ans. Je suis arrivé à un moment de ma vie où j’essaie d’être le plus juste possible. Cela fait dix-sept ans que je fais de la musique. Avec cet EP, j’ai voulu me sentir libre. J’ai voulu l’aborder sans savoir où il allait m’amener. 

Pourquoi ce titre « L’eau et la peau » ?

Je trouve ce titre, joli. Il y a quelque chose de magique avec l’eau et la peau. En plus, ce sont deux mots qui ont la même orthographe. Pour moi, l’eau et la peau, c’est simple, ça fait du bien. C’est une thérapie. 

Un premier titre a été dévoilé en clip, c’est « Renoncer ». Que vouliez-vous raconter à travers cette chanson ? 

On dit toujours que choisir c’est renoncer. J’ai lu pas mal de livres ces derniers temps et je me suis rendu compte que, ce qu’on a de plus précieux dans la vie, c’est le temps qu’on a. Le temps qu’on se donne et qu’on donne à l’autre. Cette chanson évoque le fait de renoncer aux vraies richesses pour aller vers quelque chose qui nous ressemble. Je voulais faire une chanson à la fois simple, douce et touchante. Bref, une chanson qui fait du bien. 

Parmi ces cinq titres, quelle est selon vous, la chanson qui illustre bien l’EP ? 

Ce n’est pas facile à dire car je crée un ensemble à travers ces chansons. C’est la raison du titre « L’eau et la peau ». La première chanson L’œuvre de nos vies parle de ce qu’on pourrait faire de mieux. Dans The Healer qui signifie « le guérisseur », j’avais envie de réparer des peurs, des souffrances, des violences qui s’infligent à nous. Je ne peux pas dire qu’il n’y a qu’une chanson qui représente l’album. Aucune chanson ne se ressemble. 

« L’important, c’est de faire des chansons. » (Gaël Faure) 

Vous êtes au four et au moulin car vous êtes à la fois l’auteur, le compositeur et le co-producteur du label Zamora. C’est facile de tout gérer à la fois ? 

C’est vrai que c’est assez nouveau pour moi. Ça représente quand même beaucoup de travail. Il faut penser à l’image, au graphisme, aux gens avec qui on va travailler. Je voulais avoir la main mise à 100% sur l’artistique. Je suis effectivement au four et au moulin et ce n’est pas facile tous les jours ! 

Est-ce que vous projetez de faire un album après cet EP ? 

Je ne sais pas si ce sera un album ou un deuxième EP. Je me dis que l’important, c’est de faire des chansons. Même si un album c’est une histoire, on peut aussi raconter des histoires sans faire quinze titres d’affilée. Mais on verra comment se passera la suite ! 

Visuels : AK Communication. 

Gaël Faure, L’eau et la peau, Zamora Label (5 titres) 1. L’œuvre de nos vies, 2. Tu risques quoi ?, 3. Renoncer, 4. The Healer, 5. Ma folie ma maison. 

La Fondation Louis Vuitton expose les oeuvres exceptionnelles de la collection Morozov
Trois concerts exclusivement féminins à la Seine Musicale !
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture