Chansons

Foé : « Je pars à chaque fois de la musique »

Foé : « Je pars à chaque fois de la musique »

02 octobre 2018 | PAR Jean Emmanuel P.

Entre chanson et hip-hop, surprise des festivals cet été, à 20 ans, Foé fait sa première scène solo le 17 octobre prochain, au Café de la Danse. Nous l’avons rencontré avant ce grand événement.

 

TouteLaCulture : Vous êtes désormais lancé dans le grand bain de la chanson, quelques mois après votre premier album, sorti en avril dernier. Comment vivez-vous cette aventure ?

Foé : C’est vrai que ça peut faire bizarre de se retrouver, à peine sorti de ma chambre d’étudiant, en première partie des concerts de Vianney. Même si je ne pouvais rêver mieux, c’est beaucoup de choses nouvelles. Je découvre le monde de la scène, mais je n’ai pas tout changé dans ma vie pour autant. Je continue d’habiter ma ville natale, à Toulouse.

Comment tout à débuté pour vous ?

En fait, je faisais de petites vidéos de reprises sur Youtube pour mes potes et un matin j’ai reçu un message de mon producteur, qui aimait bien ma voix et ce que je faisais. On a échangé pendant plusieurs mois, avant de décider de travailler ensemble. Il m’a présenté au label « Tôt ou Tard » avec lequel je suis en contrat. Le projet évolue bien, j’ai participé au Printemps de Bourges, au Fnac Live Festival, aux Francofolies de la Rochelle… Et mon premier concert « solo »  aura lieu au Café de la Danse, à Paris, le 17 octobre prochain.

Comment écrivez-vous ? Vous commencez par la musique, les paroles ? Avez-vous une technique particulière ?

J’écris mes propres textes. Dans le cas du thème de la chanson « Alors Lise » sur l’album [NDLR : l’histoire d’un garçon qui se fait quitter pour une fille], c’est arrivé à quelqu’un que je connaissais très bien. Alors que je composais au piano, c’est ma copine – qui s’appelle Lise – qui m’a donné l’idée du sujet, et j’ai pris son prénom pour le titre de la chanson. Mon producteur me donne des directions pour les prods, car je suis parfois un peu dispersé (rires). Je compose quand j’en ai envie, je commence par 4 mesures puis 4 mesures et ensuite je les assemble. C’est seulement après que je mets le sujet sur la prod, avec un couplet, le refrain… ça prend forme et à la fin ça fait une chanson. J’écris chaque phrase de mes chansons en les découpant pour que cela tombe bien sur le rythme. Cela vient comme ça, c’est difficile à expliquer, mais je pars à chaque fois de la musique.

Comment définiriez-vous votre style : chanson, hip hop… ? Certains mettent en avant votre référence à Stromae, qu’en pensez-vous ?

Je suis flatté qu’on pense à Stromae, c’est un grand artiste. Je me reconnais dans son influence. C’est de la chanson sur des prods rythmées. C’était quelque chose de nouveau avec un mélange des styles. Eddy de Pretto, Tim Dup… on accompagne cela, ce sont des influences qui se mélangent. Plus jeune, j’écoutais beaucoup de musique anglo-saxonne, les Red Chili Peppers, AcDc… Après j’ai écouté beaucoup d’électro, du hip-hop. J’ai d’abord écrit des textes en anglais, c’est seulement après que je suis passé à la chanson française. C’est mon producteur qui m’a conseillé de poursuivre dans cette voie. Depuis que mon premier album est sorti, j’ai recommencé à écrire de nouvelles chansons. La chanson, c’est vraiment un métier passion.

Visuel : couverture de l’album « Il » de Foé sorti chez Tôt ou Tard. L’artiste sera en concert au Café de la Danse les 17 octobre.

Bérénice montée à Garnier et descendue dans la tombe
Avec « Decadance », Ohad Naharin rend gaga le Palais Garnier
Jean Emmanuel P.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *