Chansons

Brigitte Stora a la mémoire qui chante Ferrat, Barbara, Brassens, Brel et Moustaki le 16 juin au Théâtre Le Temple

Brigitte Stora a la mémoire qui chante Ferrat, Barbara, Brassens, Brel et Moustaki le 16 juin au Théâtre Le Temple

06 juin 2014 | PAR Yaël Hirsch

Alors que la chanteuse vient d’enregistrer un disque, « Chansons Françaises, chansons éternelles », où elle réunit tous les grands des années 1950 à 1980, elle se produit sur la scène du Théâtre du Temple le 16 juin. Un voyage dans une mémoire bouleversante, qui est celle d’artistes venus des quatre coins du monde et qui se sont retrouvés en France, à composer en Français des chansons qui sont devenues des étendards. Toute La Culture a pu entendre en avant-première une partie de ce récital magnifique.

stora afficheAccompagnée par le pianiste Daniel Gradiole et la flûtiste Marie-Anne Faupin, Brigitte Stora entre en scène dans une longue robe noire. Et avant de chanter, elle raconte avec beaucoup d’émotion qui sont les étrangers si familiers et devenus si classiquement « Français » par le texte et la musique.

Et elle semble presque se souvenir des conditions dans lesquelles Jean Ferrat, originellement Jean Tennenbaum, a composé « Nuit et Brouillard » et comment on lui a refusé de le diffuser. Elle se rémémore également de la manière dont Monique Cerf a choisi le prénom de sa grand-mère, Barbara, pour monter sur scène.

A travers la voix profonde de Brigitte Stora, on redécouvre des chansons graves (bouleversante interprétation de « L’affiche rouge » de Aragon/Ferré, « Ma Liberté » de Reggiani, « Nantes » ou « Mon enfance » de Barbara). Mais la gravité n’empêche pas ces chansons d’être pleines d’amour (« Ma France » de Ferrat, « Göttingen » de Barbara) et d’ouvrir sur des interstices de grande intimité (« Vienne » de Barbara, « La tendresse » de Bourvil). Et cerise sur ce beau gâteau de pavot et mémoire, en plus de son timbre et son prisme si sensibles, Brigitte Stora nous offre une trouvaille, une chanteuse un peu oubliée mais dont Jean-Jaques Goldman est fan, Danielle Messia. Le magnifique « De la main gauche » est un hymne très personnel à la différence.

Brigitte Stora se produit donc le lundi 16 juin à 20h au Théâtre le Temple, 18, rue Faubourg du Temple, Paris 11e. Informations ici. 

https://www.youtube.com/watch?v=ezNj7VjGfpI

(c) Céline Guerreiro

Infos pratiques

[Live Report] Les deuxièmes trophées des influenceurs
« Vivre avec le loup, 3000 ans de conflit »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *