Musique

CD / Norah Jones : The Fall

16 novembre 2009 | PAR Mikaël Faujour

Ce lundi 16 novembre, paraît le quatrième album de Norah Jones, qui était précédé par le délicieux single « Chasing Pirates ». Un album élégant, marqué par une coloration rock alternatif / country, réalisé sous la direction du producteur de Modest Mouse et Kings of Leon. Un régal.

Voilà quelques semaines, paraissait le clip de « Chasing Pirates », premier single du nouvel album de Norah Jones, annonçant un sensible virage vers une pop veloutée débarrassée des sonorités jazzy qui caractérisaient la musique de la demoiselle depuis Come Away With Me (2002).

Or, voici The Fall, quatrième album à l’orientation musicale inhabituelle, puisque Norah Jones s’aventure dans un territoire indie rock qui n’est pas le sien, tout en lui maintenant sa précieuse touche vocale, d’une douceur jamais mielleuse.

Soient treize compositions pour un tout homogène, dont plusieurs confirment avec bonheur les affinités pour la country et le rock alternatif que la Nouillorcaise affirme depuis plusieurs années (de Dolly Parton à Peeping Tom, de Willie Nelson aux Foo Fighters, en passant par Jack White).

Le bouleversement n’est pas radical dans la discographie de Norah Jones. Cette douceur qui caractérise son univers musical, cette voix caressante – partout dominent et colorent des compositions aux arrangements d’une délicatesse remarquable. Le travail du producteur, Jacquire King (qui a bossé avec Kings of Leon et Modest Mouse) est à saluer, pour la pure finesse de ses orchestrations, parfait écho à celle de la chanteuse.

La chanteuse prouve une fois de plus qu’elle sait s’entourer, qu’elle sait où elle va, convoquant divers musiciens de studio réputés (dont l’inusable guitariste Marc Ribot) ou des songwriters confirmés, tels que Ryan Adams ou Will Sheff (Okkervil River).

Clairement, il s’agit là d’un très bel album, offrant une belle enfilade de perles, de « Even Though », possible single, ou « Light As a Feather », l’élégiaque « December », en passant par le plus enlevé « It’s Gonna Be » aux percussions dynamiques. Norah Jones a la classe et le confirme et cela est délicieux.

Norah Jones, The Fall, EMI, 2009.

Gossip au Bataclan : l’énergie rouge feu de Beth Ditto
L’épopée de Dimitris Dimitriadis à l’Odéon. Premier volet : La stérilité de l’apocalypse
Mikaël Faujour

2 thoughts on “CD / Norah Jones : The Fall”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *