Musique
Berlin : Deux jours au MaerzMusik festival

Berlin : Deux jours au MaerzMusik festival

30 mars 2022 | PAR La Rédaction

Plaçant la musique contemporaine au centre de son scope, le MaerzMusik Festival interroge notre rapport au temps. Toutelaculture y était les 25 et 26 mars pour voir et entendre Eliane Radigue, Félicia Atkinson et KMRU en trois expériences immersives qui nous ont effectivement fait traverser les temps pour nous ramener à nous-mêmes…

Par Nathalie Thépot. 

MaerzMusik festival #1 La légende Eliane Radigue au Planétarium

Une salle obscure avec un plafond de ciel et un siège penché qui vous fait penser à une nuit étoilée d’été. Il ne manque plus que la température, les odeurs et la brise d’été. Le son monte lentement et bientôt les voix de chants africains lointains avec la musique enregistrée d’Eliane Radigue. À 90 ans, la compositrice est l’une des pionnières de la minimale. Sa musique est parmi les premières à avoir expérimenté les drones, le feedback et le larsen et à dilater le temps. On voyage, on vit l’expérience ; bientôt l’on oublie d’où on vient, pourquoi on est là. On ferme les yeux et on écoute cette musique si actuelle et toujours si avant-gardiste. Le son nous enveloppe de sa matière. La musique nous transporte, nous emporte, nous emmène loin. Nous voilà au milieu du désert au coin du feu, entouré et protégé par les cieux. Salvateur en ces temps incertains, cela nous recentre sur l’essentiel, ce qui nous fait vibrer et vivre des expériences qui nous font du bien.
Eliane Radigue à écouter pour s’échapper du monde un peu fou qui nous entoure, sans NFT, ni metaverse, ni guerre en Ukraine, ni virus, ni transition digitale, ni toutes ces choses qui nous éloignent de la vraie vie.
Se plonger dans l’expérience du planétarium avec la musique d’Eliane Radigue, c’est entrer dans l’univers d’une légende de la musique électronique – au MaerzMusik festival à Berlin et faire une découverte sensorielle

MaerzMusik festival #2 Félicia Atkinson au Silent Green

Nous traversons un long couloir de lumières nocturnes pour arriver au Betonhalle. Nous ne savons pas ce qui nous attend, nous avons hâte de découvrir. Quelques chaises devant la scène et des lits de camp pour nous allonger et comme si on venait guérir des maux qui nous accablent. Nous nous disons : « Allons-y ! ». Autant vivre l’expérience à fond. Nous nous allongeons, il fait un peu frais c’est le début du Printemps. Et voilà que la musique commence, hypnotique avec la voix douce de Félicia Atkinson et ces sons électro qui vous plongent dans un semi-coma hypnotique. Nos muscles se détendent et nous nous laissons aller aux rêveries qui surgissent de notre imagination.
Une expérience immersive où la plasticienne et compositrice a su créer une atmosphère unique de détente créative partagée en vrai avec d’autres curieux de la vie et des surprises qu’elle vous offre enfin.

MaerzMusik festival #3 KMRU l’expérience ultime

Nous voilà de nouveau allongés sur les lits de camp pour attendre l’expérience préparée par l’artiste sonore kenyan KMRU. La musique démarre lentement, on plonge petit à petit dans les bruits de la forêt de son pays. Les oiseaux, puis les moustiques, arrivent et deviennent de plus en plus oppressants. La pression monte, et le son plus énergique et plus strident vous réveille. Comme une urgence à vous réveiller, à ne pas vous laisser dormir, à vous faire agir. Ne pas se laisser endormir, car l’urgence gronde. Nous ne connaissons pas l’issue, puis nous vivons une accalmie, une inquiétante accalmie, avant que l’atmosphère ne redevienne plus pressante et plus inquiétante. Où veut-il nous emmener ? Nous sentons un bruissement, un fouillis, un éparpillement, une tension. Les moustiques reviennent nous agresser. Ils ont quelque chose à nous dire. Ils ne veulent pas que l’on dorme. Réveillez-vous !! Les oiseaux reviennent, et la vie revient, une lueur d’espoir. Mais les moustiques sont toujours-là. Les vibrations nous gardent en alerte.

En deux jours le MaerzMusik festival nous a proposé un panel d’expériences immersives, créatives et musicales qui nous a bouleversés et transformés.
La musique a touché notre inconscient au plus profond pour nous révéler quelques vérités à nous-mêmes tout en se connectant paisiblement avec l’inconscient des autres. Un moment unique vécu à Berlin.

visuels : NT

À la MAC, un ballet somptueux en hommage aux Ailes du Désir
Festival (des)illusions : une clôture folle, grand écart entre danse et théâtre-performance
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture