Musique
Barbi(e)turix, compil et beaucoup de faces

Barbi(e)turix, compil et beaucoup de faces

17 octobre 2019 | PAR Rodolphe Pete

Barbi(e)turix : derrière ce curieux nom aux sonorités gauloises mais aussi anglophones sans Ken, s’active un collectif depuis quinze ans pour allier fêtes et engagements au sein de la scène queer et lesbienne.

 

L’équipe s’est faite remarquer au fil des lieux et des époques, investissant quelques sites emblématiques comme l’Olympia ou la Gaîté lyrique. 2019 marque à la fois la première décennie de ses soirées clubbing « Wet for Me » et la naissance de sa première compilation, auto-produite, sortie depuis le 4 octobre en digital et CD. Samedi à Paris (1), ce sera ainsi l’occasion de l’acheter (édition limitée à 200 CD) et de danser lors de la release party.

Réunir 18 artistes (des femmes mais les hommes ne sont pas totalement absents) qui remixent, composent spécialement ou mettent un morceau à disposition, cela n’a pas été une mince affaire, comme le raconte l’une des artistes figurant sur le disque, Vale Poher. Le résultat est en tout cas à la hauteur de l’engagement : de la techno à la pop en passant par la world, la diversité est au rendez-vous. Chacun des 18 titres est ainsi parfait aux différents moments de la journée : du calme à l’énergie, du réveil à la nuit, du défoulement à l’apaisement.

Cette compilation, après 15 ans, c’est une façon de faire un bilan ?

Oui, c’est une manière de marquer le cap, de laisser une trace des soirées, du son qui y passe depuis des années. Car tous les artistes contactés ont joué au moins une fois dans les événements de Barbi(e)turix. Chacun s’est ensuite rapproché d’autres artistes qu’ils connaissent pour un inédit, une reprise, un remix.

Comment s’est fait le choix des titres ?

Il n’y avait pas de ligne éditoriale. Pour ma part, il y avait un moment que j’avais envie de faire un morceau avec Théodora. Le but de la compilation, c’était de ne pas avoir un style en particulier, à l’image des soirées et concerts de Barbi(e)turix. Il y a des gens connus, comme Jeanne Added et Hyphen Hyphen, d’autres moins. L’idée est donc d’aller plus loin dans la découverte. Tout le monde a joué le jeu, on ne pensait pas qu’il y aurait autant d’artistes

La démarche est musicale mais elle marque aussi un engagement…

Oui, le collectif a une vocation de promouvoir la visibilité, la sororité comme on dit aujourd’hui, faire des espaces safe pour la scène queer et lesbienne. C’est une démarche militante, s’approprier des espaces pour faire la fête. J’ai été programmée deux fois avec mon groupe Mensch, on a beaucoup d’amis et de connaissances en commun. Par exemple, j’ai connu Flore à Lyon il y a quelques années et Julia avec son groupe Mansfied Tya. Flore, on s’est retrouvés lors d’une soirée Barbi(e)turix.

La compilation est auto-produite sans passer par un label…

C’est pour cela que j’ai donné un coup de main, j’avais l’expérience de l’autoproduction. On ne voulait pas attendre, on a pris le risque, même si on ne la sort pas en vinyl, parce que c’est trop cher. Ce n’est pas mon métier, c’était un moyen de se débrouiller.

Comment est venu votre morceau « Paris Orly » ?

Avec Théodora, on voulait faire un duo. On a fait une reprise, c’était plus facile que de partir de rien. Théodora a sorti son album, elle va m’aider sur la réalisation du mien. Je viens de sortir un EP (« Pacific Peplum ») et je suis en phase d’écriture de l’album solo. Avec mon groupe Mensch, nous sommes en pause depuis deux ans.

Vous êtes contente du résultat ?

C’est un boulot de plusieurs mois, je suis très contente qu’on soit arrivées à ce résultat. Tout le monde a donné un coup de main, est heureux d’avoir participé, d’avoir pris du temps. Nous avons en plus de bons retours.

Rodolphe Peté

(Photos : Julien Mignot et Sarah Bastin)

(1) Soirée de lancement samedi 19 octobre à la Station-Gare des Mines, 29 avenue de la Porte d’Aubervilliers, Paris XVIII. De 22 h à 6 h, avec en live Jeanne Added (duo hybride), Regina Demina, Vale Poher, Theodora, Gonthier. Et en dj set, Flore, Rag, Vikken, Franky Gogo et Loki Starfish. Entrée : 12 euros avant 23 h, 15 euros après. Bar et restauration sur place.

Www.barbieturix.com

(2 Rebeka Warrior et Flavien Berger, « À reculons » (Rebeka Warrior remix). Léonie Pernet, « San Gokkun ». Hyphen Hyphen, « Lonely baby » (HH remix). Flore, « Myself with Pico ». Vale Poher et Théodora, « Paris Orly » (Deux cover). Calling Marian, « Our sacred bodies ». Jeanne Added, « Both sides ». Sônge, « Calypso caribbean ». Franky Gogo, « Sweet Fanta Diallo (Alpha Blondy cover). Mila Dietrich, « Enough ». Irène Drésel, « Chambre 212 ». Régina Demina, « Mathématiques ». Sara Zinger, « Lost ». Gonthier, « De taxi en taxi ». Üghett, « Achète-moi » (Vikken remix). Maud Geffray, « Ice teen » (Hanaa Ouassim remix). Virile, « Name ». Deena Abdelwahed, « Tawa ».

(c) Darumi 

Une journée en noir & blanc au Festival Lumière
Une édition 2019 spacieuse et animale de la FIAC
Rodolphe Pete

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *