Musique

« Banga » de Patti Smith: l’album qui tue !

« Banga » de Patti Smith: l’album qui tue !

15 juin 2012 | PAR Eva Blanca Soto

Cela faisait huit ans que Patti Smith n’avait pas sorti d’album. Dans « Banga » y’a du bruit, y’a du beau… Mais c’est pas rigolo !

Le Bruit chez Patti c’est la maîtrise sensible de ces fameuses mélodies folk-rock avec de belles boucles, et un rythme voilé mais qui appuie là où ça fait mal. La voix toujours puissante, posée et profonde éclate avec retenue dès « April Fools », le second morceau de l’album. Ok, parfois Patti ne peut pas s’empêcher de faire de « l’Art ». « Constantine Dreams » dure dix minutes avec un côté scandé et surjoué un peu agaçant, le tout assorti de ruptures aux violons désaccordés. Il y a même i un chie qui aboie dans « Banga »! Mais on ne peut pas lui en vouloir à Patti. Déjà parce que c’est son chien, et ensuite parce que ce morceau est l’une des plus belles réussites de cet album éponyme. Un album qui de plus, s’achève sur une « chanson » mélancolique, simple et belle. « After the Gold Rush » et son piano rappelle Neil Young, un retour à la jeunesse ponctué par des voix d’enfants. Et justement les enfants ! La récréation est finie !

Ca va pas être très rigolo, mais le Beau, ici, c’est cette façon que Patti a de nous rappeler qu’on va tous mourir. Dès le 3ème titre de ce nouvel opus on rentre dans le vif du sujet « Fuji-San » évoque le tremblement de terre au Japon. Il est aussi question dans cet album du naufrage du « Costa Concordia ». Pour l’anecdote, Patti a passé dix jours de vacances sur l’un des bateaux de cette compagnie en 2009. Et puis derrière ces catastrophes, il y a la perte plus intime, de ceux qu’on aime. « This is the Girl » très sixtees est dédié à Amy Winehouse. Dans « Maria », Patti Smith se « Léonard-Cohenise » en susurrant le souvenir d’une amie aujourd’hui disparue. Il s’agit de la comédienne Maria Schneider. Mais si… Maria Schneider la belle jeune fille mince et pulpeuse qui donnait la réplique à Marlon Brando dans « Dernier Tango à Paris » de Bertolucci. Maria Schneider est morte l’année dernière. Il y a décidément beaucoup de morts dans cet album. Mais avant la grande, il y a la petite mort, et la jouissance que procure nos retrouvailles avec Patti est de celle qui… dure.

« La Princesse de Clèves » selon Marcel Bozonnet
Les Bons Plans du week-end du 15 juin
Eva Blanca Soto

3 thoughts on “« Banga » de Patti Smith: l’album qui tue !”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *