Musique

« Bach the minimalist » aux Bouffes du Nord : intelligent et sublime

« Bach the minimalist » aux Bouffes du Nord : intelligent et sublime

13 novembre 2019 | PAR Lise Lefebvre

Dans une véritable performance où l’image se superpose à la musique, Simon-Pierre Bertin raccorde l’énergie continue de Bach à la dynamique de compositeurs contemporains. 

C’est plus qu’un concert; on s’en aperçoit dès le début, quand les musiciens entrent dans le noir, lentement, en décalage avec la Piano Phase de Steve Reich qui galope au clavecin. Le public est ainsi invité, d’entrée de jeu, à prêter l’oreille aux variations et aux ruptures de la musique insolemment dynamique qu’il entend. Quand la lumière se fait, l’orchestre à cordes est réparti par pupitres de deux ou trois musiciens, derrière des structures métalliques tendues de toile blanche. Sur ces formes géométriques aux lignes brisées, des vidéos vont être projetées,  incitant le regard à voir la musique, ou à l’écouter autrement. Lignes lumineuses, neige qui tombe ou traces de couleur sur un tableau – tout parle de rythme, d’énergie qui circule et se transforme. 

À la tête de l’orchestre, Simon-Pierre Bestion, passant de Reich à Bach, de Bach à Gorecki, Adams, et ainsi de suite, relie ces musiques entre elles comme un gigantesque flot d’énergie continu. Un parcours d’autant plus audacieux que chacun des trois mouvements du concerto pour clavecin de Bach alterne avec des pièces contemporaines. Une telle juxtaposition incite à aiguiser son écoute, à écouter Bach d’une nouvelle oreille, mais aussi à découvrir Reich ou Adams à la lumière de Bach. Instrument de la transition entre les différentes époques, le clavecin pratiquement omniprésent de Louis-Noël Bestion de Camboulas donne le rythme. 

Le public a acclamé ces musiciens athlètes au service d’un programme- fleuve; en bis, ils ont encore créé la surprise en jouant de la techno. Histoire de souligner un peu plus la modernité de Bach. 

 

Photo ©Michel Kurst

 

Artrotters, le voyage en immersion dans la culture par Frédéric Pfeffer et Chloé Lefèvre
« Marche et démarche. Une histoire de la chaussure », nous révèle les secrets de nos pas au MAD!
Lise Lefebvre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *