Musique

Agenda des soirées d’avril

Agenda des soirées d’avril

29 mars 2019 | PAR Rodolphe Pete

Voici une sélection subjective, forcément incomplète mais fondée sur des coups de cœur, de soirées à Paris et en régions pour un printemps forcément électro !

Rodolphe Peté

Coups de cœur

The Unlimited festival, du mardi 2 au dimanche 7 avril, Chamonix

Camion Bazar, Dave Clarke, Dixon, Cerrone, Ellen Allien, Jeff Mills, Joe Claussell, Laurent Garnier, Len Faki, Roger Sanchez, The Hacker… Dans la vallée du Mont-Blanc, toit de l’Europe, la crème des musiques électroniques est invitée au sein d’un écrin naturel sublime qui laissera de merveilleux souvenirs aux amateurs aimant conjuguer les sons house et techno avec le bon air des montagnes.

Pratique : www.chamonix-unlimited.com

Festival Chorus, 3 au 7 avril, la Seine Musicale, Paris

Fatboy Slim, Tricky, 2 Many Djs (dj set) le 5 avril. Une trinité mythique pour une fièvre du vendredi soir dans le cadre d’un festival éclectique, où les musiques électroniques ne sont qu’une part. Mais quelle vitrine avec cette affiche rassemblant la star du Big Beat des années 90, l’icône du trip-hop qui n’a jamais dit son dernier mot malgré des hauts et des bas, et le duo belge aussi efficace aux platines qu’avec son groupe Soulwax.

Pratique : www.chorus.hauts-de-seine.fr

Festival Panoramas, du vendredi 12 au dimanche 14 avril, parc des expositions, Morlaix

Elisa Do Brasil, Kompromat, Salut c’est cool, Dima, Miley Serious, Monika Kruse, Onyvaa, Sven Väth, Acid Arab (dj set). Le printemps breton ne sera pas de tout repos avec cette 22e édition et son quasi sans faute. De quoi réjouir un public en général très jeune et hyper actif, toujours avide de découvertes. Il sera en outre apprécier des valeurs sûres des années 90, à l’instar de l’Allemand Sven Väth, dont les passages dans l’Hexagone sont hélas bien trop rares pour être manqués…

Pratique : www.festivalpanoramas.com

Le Printemps de Bourges, du mardi 16 au dimanche 21 avril

Arnaud Rebotini (avec orchestre, « 120 battements par minute »), Flavien Berger, Kompromat, Kiddy Smile live, Paul Kalkbrenner, Sam Paganini, Scratch Bandits Crew, Thylacine, Etienne de Crécy live. Chaque année, la cité tranquille se transforme en scène géante pour une folle journée où les découvertes, les espoirs et les noms déjà installés cohabitent, avec un mélange de professionnels et de grand public qui vont à la chasse aux émotions inédites. L’électro, au sens large, y a pris au fil du temps une place grandissante. Ce n’est que justice…

Pratique : www.printemps-bourges.com

Paco Tyson, du jeudi 18 au dimanche 21 avril, Nantes

Mathew Jonson (live), Marc Acardipane, Aphrodite, Infected Mushroom, DJ Rush, la Mamie’s. En, quelques semaines, l’équipe emmenée par le charismatique Chichi a dû s’organiser faute d’assurances concernant son terrain en plein air. Mais il en fallait plus pour démotiver ces passionnés qui, en seulement deux éditions, ont su bâtir une manifestation devenue déjà une référence, dans les line-up comme dans l’esprit.

Pratique : www.pacotyson.fr

Reperku Sound, du vendredi 19 au dimanche 21 avril, Villeurbanne

De la techno (Len Faki, Paula Temple, Helena Hauff), mais pas seulement, avec trois jours où le public pourra notamment apprécier la joyeuse bande de Salut c’est cool qui prépare un nouvel album, le groupe mythique de la trance Hilight Tribe, la référence dub High Tone et la fer de lance de la drum n’bass en France depuis deux décennies, Elisa do Brasil, en duo avec DJ Fly. Sans oublier le boss du label Ed Banger, Pedro Winter, jamais à court de bonnes galettes aux platines, du hip-hop à la house…

Pratique : www.reperkusound.com

Inasound festival, samedi 20 et dimanche 21 avril, palais Brogniart, Paris

Arnaud Rebotini, Erol Alkan, Maud Geffray, Matt Black (Coldcut, live), Jean-Michel Jarre (master class et ateliers), Molécule, Danton Eeproom (dj set), The Supermen Lovers (live). Reporté, l’événement qui prend place dans l’ancienne corbeille de la Bourse a de quoi séduire sur le papier avec des rencontres pédagogiques comme des prestations exceptionnelles, à la hauteur des lieux choisis. De quoi retracer l’histoire des musiques électroniques de manière ludique et dansante, d’allier l’utile au très agréable…

Pratique : www.inasound.fr

Weather festival, samedi 27 et dimanche 28 avril, la Seine Musicale, Paris

Alva Noto (live), Anetha, Antigone et Shlomo (live), Clara 3000, Daniel Avery, Deena Abdelwahed, Kink live… Après quelques soubresauts, l’équipe de la péniche Concrete relance son festival avec un plateau beaucoup plus pointu, délaissant avec lucidité la course au gigantisme qui transforme parfois certains événements en fête foraine et concours de celui qui a le plus gros line-up (sans guère d’originalité en outre). L’écrin choisi n’en est que plus pertinent pour une sélection brillante et sans faute.

Pratique : www.weatherfestival.fr

Soirées

Jeudi 4 avril, Exil, Rodhad, Rex club, Paris

Par son apparence et sa musique jugée sombre et brutale, l’Allemand Rodhad apparaît parfois comme un dj de plus sur l’autoroute monotone de la techno sans âme. Mais le boss du label Dystopian mérite mieux que cette réputation laborieuse. S’il ne vient pas pour la première fois dans le sous-sol des grands boulevards, ce passage servira aux retardataires à aller au-delà des apparences. Avec aussi Fadi Mohem, Scry & Théophiluss.

Pratique : 5, boulevard Poissonnière, Paris X, à partir de minuit. 13, 80 euros.

Vendredi 5 avril, Spectrum, 1988 live club, Rennes

Après seulement quelques années à Paris, la Marseillaise Hemka s’est construite une solide carte de visite, jouant dans les endroits les plus prisés comme Concrete et produisant des sons si intéressants qu’elle a attiré l’attention du label de Radio Slave, Rekids. Une belle consécration et le début d’un parcours qui devrait la mener vers les plus hautes sphères. Avec aussi Lea & Justine, Occhi & Perry, Jean Terechkova.

Pratique : de 6,50 à 8,50 euros, 27 place du Colombier, à partir de minuit.

Vendredi 5 avril, Bjarki, le Sucre, Lyon

Le protégé de la divine Russe Nina Kraviz sur son label Trip s’est fait remarquer par un hit planétaire («  I wanna go bang »), son refus de jouer en Boiler Room ou au Berghain, mais surtout l’Islandais a sorti un titre superbe, amené à bien vieillir, l’envoûtant « This 5321 » et va créer l’événement avec son premier album sur K7. Pourvu qu’il continue dans le même sillon ! Avec aussi Solid Blake et CRK.

Pratique : 15 euros, à partir de 23 h. 50 quai Rambaud, Lyon II.

Vendredi 5 avril, Cheers, le Badaboum, Paris

Avec Sven Love et Greg Gauthier. Les spectateurs du film « Eden » qui n’ont pas connu l’âge d’or des musiques électroniques des années 90 n’auront pas saisi toutes les subtilités de cette évocation de la house garage, réalisée par la sœur de Sven Love. Deux décennies plus tard, l’esprit de la résidence parisienne survit pour le grand plaisir d’un son joyeux, ouvert, tolérant et généreux. Indémodable car traversant justement toutes les modes.

Pratique : à partir de 23 h 30, 2 bis rue des Taillandiers, Paris XI, de 11 à 16 euros.

Samedi 6 avril, Pure Dinosaures party, Warehouse, Nantes

Avec Pierre, Chris Honorat et Steph OSBGS. Le résident du Fuse de Bruxelles sera accompagné d’une figure majeure de la techno des années 90 quand il s’appelait Chaotik Ramsès, sortant notamment deux disques majeurs sur le label F Com de Laurent Garnier. Après quelques années à Tahiti, Chris Honorat est revenu en métropole et s’est remis à la production. Une excellente nouvelle pour les amateurs de techno mélodieuse.

Pratique : à partir de minuit, 21 quai des Antilles, 12 à 15 euros (gratuit pour les plus de 35 ans).

Samedi 6 avril, Zone 10 ans, T 7, Paris

Avec The Hacker, Kittin, Arnaud Rebotini, Djedjotronic, David Carretta et Cardopusher. Quel line-up exceptionnel, sonnant à la fois comme un rassemblement d’amis et de références qui ont durablement marqué les musiques électroniques en France et bien au-delà. Une soirée à l’esprit rave et immanquable pour les amateurs de son électro sans concession. Entendre ensemble le duo phare grenoblois The Hacker-Kittin, aux côtés du géant parisien Rebotini, ça ne se refuse pas !

Pratique : à partir de 22 h 30, place des Insurgés de Varsovie, de 10 à 27,50 euros.

Samedi 6 avril, Skylax 20 ans, le Nouveau Casino, Paris

Pour mesurer le talent du producteur et dj américain Levon Vincent, il suffit d’écouter l’une de ses dernières productions, « Track 1 » sur le label Novel Sound. En dix minutes, voilà un condensé de claviers, de basses et de sons charmeurs qui fait des ravages sur le dancefloor. Pas trop rapide, suffisamment chaleureux et chaloupé pour faire danser comme il faut… Avec aussi Hardrock Striker, Hade et Signal ST.

Pratique : à partir de 23 h 45, 109 rue Oberkampf, Paris XI. De 10 à 16 euros.

Vendredi 12 avril, Paula Temple, Magazine club, Lille

Si la carrière de la Britannique connaît une notoriété certaine depuis quelques années, la productrice a déjà derrière elle un solide CV, passant par la formation, la production et l’engagement, à l’image de son label Noise Manifesto, dont l’un des buts est de promouvoir la visibilité des femmes dans un milieu ô combien masculin. Adepte d’une techno bien frappée, elle ravira les adeptes des nuits énergiques ! Avec aussi Peo Watson et Hap.

Pratique : 10 à 12 euros, à partir de minuit, 84,rue de Trévise.

Vendredi 12 avril, Conspiration invite Voiron, A la Folie, Paris

Parmi les producteurs français à suivre, Valentin Voiron mérite le détour non parce qu’il révolutionne le live techno, simplement parce que ses productions, puisées aux meilleures inspirations, enchantent de manière simple et efficace. Il suffit d’écouter son maxi « After chez Oim » pour saisir le talent du jeune homme, promis à un bel avenir s’il continue dans cette voie. Avec aussi Mila Dietricht vs Cassie Raptor, Calling Marian et Vikken.

Pratique : 8,50 euros, à partir de 23 h, 26 avenue Corentin Cariou, Paris XIX.

Samedi 13 avril, The Martinez Brothers, Concrete, Paris

Le duo américain, véritable coqueluche de la planète house comme leur compatriote Seth Troxler, a trouvé la parfaite recette du cocktail qui enivre le dancefloor avec des sons légers, entraînants et chaleureux qui font notamment recette à Ibiza. Ce n’est pas révolutionnaire mais leur coolitude ajoute à l’ambiance qu’ils savent partager comme personne. Avec aussi Ben Vedren, Ohmme et Politics of Dancing.

Pratique : à partir de 23 h, 69, port de la Rapée, Paris XII. 15 euros.

Samedi 13 avril, Marco Bailey, l’Ostra club, Nancy

Fer de lance, avec notamment son compatriote Redhead, d’une techno sans concession et ultra vitaminée dans les années 90, produisant notamment quelques classiques du dancefloor sur le label Primate, Marco Bailey a certes réduit le rythme mais continue de dérouler dans ses sets une techno roborative, qu’il développe au sein de son projet Materia, y compris à Ibiza où il s’est même installé en résidence, et à Miami, lors de l’Ultra Music Festival.

Pratique : à partir de minuit, 13 euros, 34 boulevard d’Austrasie.

Samedi 13 avril, Irenic night, Rex club, Paris

Steve Rachmad (Parallell 9 set), Steve O’Sullivan, Roger Gerressen et un invité mystère, Jocelyn. Le Hollandais Steve Rachmad, alias notamment Sterac, est un des djs et producteurs les plus intéressants du circuit européen depuis deux décennies. Au sein du temple parisien des musiques électroniques, il se produira dans une configuration moins habituelle, montrant ainsi une des multiples facettes de son talent.

Critique : 5, boulevard Poissonnière, Paris X, à partir de minuit. De 15 à 20 euros.

Jeudi 18 avril, Écho, la Laiterie, Strasbourg

Le prodige house et techno Traumer en warm-up de trois heures, le maître bulgare du live (dont il faut absolument écouter l’album enregistré au club Cocoon Ibiza) et enfin le baron de la techno, Dave Clarke himself. La nuit alsacienne ne sera pas de tout repos et il faudra bien le week-end qui suit pour se remettre de toutes ses émotions. Pas facile de sortir un jeudi ? Sauf quand le lendemain tombe un jour férié…

Pratique 25 ou 26 euros, à partir de 23 h, 13 rue du Hohwald.

Vendredi 19 avril, Legends, Ben Klock, Rex club, Paris

Même sans son ami Marcel Dettmann, le résident du Berghain vaut à lui seul le déplacement, tellement il sait emporter le dancefloor dans un tourbillon techno, de prime abord froid, répétitif et sombre. Mais la culture musicale et la maîtrise musicale de l’Allemand vont bien au-delà d’une minimale en accéléré, nourrie de boucles ennuyeuses. Un travail d’orfèvre, puissant et nourri aux racines diverses d’une techno imparable. Avec aussi DJ Deep.

Pratique : 5, boulevard Poissonnière, Paris X, à partir de minuit. De 15 à 20 euros.

Vendredi 19 avril, Legend, Matthew Herbert, I Boat, Bordeaux

Connu surtout comme producteur house, l’Anglais a plus d’une corde à son arc et cultive une image de tête chercheuse bien éloignée des dancefloors. Mais avec ces multiples projets, Matthew Herbert n’en oublie jamais l’essentiel, c’est-à-dire la capacité à émouvoir en construisant le son qui fera mouche. La variété de la palette de ce peintre sonore se retrouve forcément dans des djs sets colorés comme l’arc en ciel. Avec aussi X-Lab et Slimmy.

Pratique : à partir de minuit, quai Armand Lalande, bassin à flot numéro 1.

Vendredi 19 avril, Form music showcase, NF34, Paris

Avec Julian Jeweil, Hito et Timmo. Le label de l’ex-Hérétik Popof mettra notamment en avant l’une de ses recrues, Julian Jeweil, qui vient pourtant de lui faire une infidélité en début d’année, en sortant son album « Transmission » sur Drumcode, vaisseau amiral du suédois Adam Beyer. Le Marseillais, révélé par son hit « Air conditionné » sur Skryptom il y a quelques années, s’est construit une solide carrière internationale que ce long format va contribuer à durablement installer.

Pratique : à partir de 23 h 30, 34 quai d’Austerlitz, Paris XIII. 11, 80 euros.

Vendredi 19 avril, Dave Clarke, Concrete, Paris

Le Baron de la techno est de retour dans la capitale, une fois de plus, mais ce n’est jamais assez pour les fans de l’Anglais installé à Amsterdam. Le barbu énigmatique des platines réservera encore une fois au public bouillant de la péniche la recette d’une nuit à nulle autre pareille. Pleine de techno puissante, d’effets ravageurs et de relances dignes d’un grand joueur de football. Impossible de s’en lasser. Avec aussi Dasha Rush, Bastos, Tripalium Corp, Society of Silence, Paris Acid Boys, Cuften.

Pratique : à partir de 23 h, 69, port de la Rapée, Paris XII. 15 euros.

Samedi 20 avril, Margaret Dygas, Concrete, Paris

Dans la galaxie minimale, qui s’est développée particulièrement dans les pays de l’Est, il ne faut pas oublier la discrète mais talentueuse Margaret Dygas. La Polonaise n’a pas besoin de marcher sur les traces de son aînée Magda, auréolée de ses sorties sur Minus. Avec quelques superbes productions comme « Frankly » sur le label de référence Perlon, elle a su marquer les esprits voilà déjà une décennie. Avec aussi Shackleton live, rRoxymore, Leif, Guillermo Jamas & Jacan.

Pratique : à partir de 23 h, 69, port de la Rapée, Paris XII. 15 euros.

Samedi 20 avril, Cassius et DJ Gregory, la Belle Electrique, Grenoble

Grosses secousses house en perspective avec deux belles références françaises qui ont porté dans le monde entier le talent de la scène française depuis deux décennies. D’un côté, le duo Hubert Boom Bass et Philippe Zdar, auteurs du tube mémorable « I Love You So », mais tellement plus riche que son étiquette de French Touch. De l’autre, Grégory Darsa, aussi passionnant sous son simple prénom depuis ses productions « Africanism » qu’avec son alias Point G. Une rencontre au sommet pleine de promesses…

Pratique : à partir de 23 h. De 16 à 19 euros, 12 esplanade Andry Farcy.

Samedi 20 avril, Bass Couture, 4 ans, Shonky et Traumer, Mulhouse

Voilà une idée intéressante, même s’il n’est peut-être due qu’au hasard, de réunir l’un des mousquetaires du trio house Apollonia (avec Dan Ghenacia et Dyed Soundoroum) et le prodige Romain Reynaud, le Sudiste désormais installé à Paris qui produit plus vite que son ombre, en solo ou en duo (avec DJ Deep) et alterne les alias (Roman Poncet, Traumer) comme il jongle avec les dates dans le monde entier, entre house, minimale et techno.

Pratique : à partir de 22 h. De 15,50 à 23,50 euros, 13, rue de Pfasstatt.

Vendredi 26 avril, la Nuit Rouge, Dieze Warehouse, Montpellier

Avec Sam Paganini, Dasha Rush et Paul Ritch. Trois univers complémentaires, trois visions de la techno et autant de talents qu’il serait dommage de rater. Entre le dj italien auteur de « Zoe », qui cartonne dans le monde entier, la productrice russe qui ne doit pas rester dans l’ombre de la médiatique Nina Kraviz et le surdoué parisien parfois plus connu à l’étranger que dans son propre pays, voilà un trio plus que recommandable.

Pratique : à partir de 23 h 30, 188 avenue Marché Gare. De 19,20 à 23,20 euros.

Samedi 27 avril, One, Pan-Pot, Cabaret Aléatoire, Marseille

Tassilo Ippenberger et Thomas Benedix, plus connus sous leur alias Pan-Pot, ont l’habitude des événements géants, adaptés à leur techno redoutablement efficace. Mais les Allemands ne dédaignent pas les petites salles, pour le plus grand plaisir des Sudistes qui font pouvoir se rassasier de basses martelantes et entêtantes. Avec aussi Jack Ollins.

Pratique : à partir de 23 h, 41 rue Jobin, Marseille III. De 16 à 21 euros.

Mardi 30 avril, Fantasy, Ame live et Pachanga Boys, le Transbordeur, Villeurbanne

Nul doute que la soirée n’affiche complet car avoir déjà le duo allemand, auteur notamment du tube « Rej » et autres remixes, et un autre duo, tout aussi talentueux, créateur entre autres du fabuleux « Time », c’est une magnifique affiche qui ravira les fans d’une house de haute voltige. Ame en live, voilà un voyage sonore en première classe qui ne se refuse pas. Avec aussi Wacesonik et salle Hadra (Lakay, Itch & Scratchy, Gaspard, Namdak et Moonwave).

Pratique : à partir de 23 h 30, 3 boulevard de la Bataille de Stalingrad. De 22 à 31 euros.

(Photos : Rodolphe Peté)

L’agenda du Week-end du 29 mars
Le roman graphique théâtral dont vous êtes l’héroïne « Noire »
Rodolphe Pete

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *