Musique

10 reprises de John Lennon

08 décembre 2010 | PAR Mikaël Faujour

Il y a 30 ans, mourait John Lennon, assassiné à New York à l’âge de 40 ans.  En tant qu’il fut l’un des singers/songwriters les plus importants de l’histoire du rock et de la pop,  il est resté évidemment l’un des plus repris par d’autres artistes. Qu’il s’agisse de son répertoire personnel ou de chansons qu’il a écrites au sein des Beatles, nous vous offrons, en guise d’hommage, une sélection de reprises de choix, certaines très connues et d’autres moins, à découvrir et à redécouvrir.

« Imagine », A Perfect Circle (2004)

Classique des classiques du répertoire lennonien – et du rock tout court d’ailleurs –, « Imagine » est issu du 2nd album solo de Lennon, qui porte d’ailleurs le même titre. Chanson d’espoir d’un homme interrogeant avec une simplicité bouleversante mi-philosophique mi-enfantine l’absurdité des idéologies et croyances collectives, la version de Lennon était initialement un chant optimiste et d’une profondeur que sa naïveté en trompe-l’œil ne laisse pas toujours soupçonner. Reprise par tant d’artistes, nous avons choisi une version bien particulière, ambitieuse et agrémentée d’un clip qui ne l’est pas moins. Elle est signée par un des groupes essentiels du rock alternatif américain des années 2000 : A Perfect Circle. Tirée de l’album eMOTIVE, constituée en majorité de reprises de chansons sur la guerre et la paix, elle voit le groupe s’approprier la chanson jusqu’à en pervertir le sens. L’hymne à la paix et à la fraternité se mue, sur la base d’un accord décalé par rapport à l’original, en une pièce désenchantée, image d’un monde moralement dévasté, livré à l’autodestruction. Devenu chant funèbre, ce superbe morceau au piano grave et aux violons dramatiques, se hisse à la beauté superbe du tragique.



« Working Class Hero », Marilyn Manson (2007)

Issue du premier album post-Beatles de Lennon, John Lennon/Plastic Ono Band (1970) « Working Class Hero » est une de ces chansons qui ont fait la réputation d’un John Lennon à la veine engagée. Elle a été très, très reprise, notamment par David Bowie, Noir Désir, U2 et leurs homologues US de Green Day ou encore Ozzy Osbourne. Nous avons retenu cette reprise de Manson, lo-fi, acoustique et dépouillée.


« I Want You (She’s So Heavy) », Noir Désir (1994)

Extraite de l’avant-dernier album studio des Beatles, Abbey Road, cette chanson, bien que créditée Lennon/McCartney, est une œuvre du guitariste à lunettes. Sinueuse, surprenante et sombre, cette chanson a été reprise par Noir Désir lors de la tournée Dies Irae, qui en livre une version raccourcie (environ 5 mn au lieu de près de 8), ébouriffée d’électricité et brûlante comme le désir.



« Ticket to Ride », Vanilla Fudge (1967)

Tirée de Help ! (1965), « Ticket to Ride » est également créditée Lennon/McCartney, mais est bien de John Lennon. Elle fut reprise dès 1967, sur leur premier album éponyme, par Vanilla Fudge, groupe aujourd’hui un peu oublié, mais qui avait l’art de plonger dans un bain d’acide des tubes bien connus (The Supremes, Curtis Mayfield…) et d’en tirer des splendeurs estranges et lysergiques.

« I Call Your Name », The Mamas & the Papas (1965)

Sortie en 1963, cette chanson de John Lennon (également créditée Lennon/McCartney) fut interprétée d’abord par Billy J. Kramer with the Dakotas. La version des Beatles fut enregistrée et publiée en 1964, apparaissant sur le deuxième album du Fab Four. Deux ans plus tard, le fabuleux quatuor californien de pop vocale The Mamas & the Papas – connu pour avoir laissé à la postérité, parmi son œuvre aux harmonies divines, « Monday Monday » et « California Dreamin’ » –  reprenait « I Call Your Name » sur leur premier album, le bien nommé If You Can Believe Your Eyes and Your Ears. Ici, la version live issue de l’historique Monterey Pop Festival de 1967.

« Come Together », Michael Jackson (1987)

La chanson, créditée Lennon/McCartney, apparaît sur Abbey Road, des Beatles, et est de John Lennon. Reprise, entre autres, avec brio par Aerosmith ou encore par Soundgarden, la chanson a trouvé en le Roi de la Pop Michael Jackson (par ailleurs un amoureux fou des Beatles, qui s’était d’ailleurs offert le répertoire musical des Scarabées à prix d’or) un interprète impeccable, faisant claquer les mots et jouant à merveille des syncopes du rythme dans une manière dont il avait le secret et le monopole. La chanson apparaît sur la vidéo Moonwalker, publiée en 1988.

« Revolution 1 », Elliott Smith (1998)

Extrait de l’album blanc des Beatles (1966, la même année que Revolver), le rock léger, engageant et engagé « Revolution 1 » est typiquement lennonien et demeure l’un des titres les plus connus des Beatles. Le regretté singer/songwriter Elliott Smith, dont l’influence n’a cessé de croître depuis sa mort mystérieuse en 2003, était un fan notoire des Beatles, ayant par ailleurs réalisé une cover belle et épurée de « Because » (Abbey Road, également de Lennon), « Blackbird » ou encore « Yer Blues » (tous deux issus de l’album blanc itou). De « Revolution 1 », Stone Temple Pilots avait également livré une reprise, trop désinvolte pour être franchement convaincante…

« Jealous Guy », Roxy Music (1981)

Tiré d’Imagine, la chanson est l’une des plus célèbres de la carrière solo de Lennon. La reprise qu’en donna Roxy Music en 1981 est la plus connue et, bien que sa production et sa boîte à rythmes ont pris la poussière depuis lors – rien à voir, donc avec les fabuleux premiers albums de la bande à Bryan Ferry.

[Les metalleux de Deftones avait également enregistré une reprise, en 2007, pour la compilation Instant Karma. Par ailleurs, le groupe néo-shoegaze américain Gliss, que nous avions filmé, il y a un an, nous avait gratifié d’une reprise acoustique, que vous trouverez sur cette page.]


« I Don’t Wanna Be a Soldier », Mad Season (1995)

Cette chanson figure sur le deuxième album solo de Lennon, Imagine. En 1995, Mad Season (projet commun du guitariste de Pearl Jam Mike McCready, du feu chanteur d’Alice in Chains Layne Staley et du batteur des Screaming Trees Barrett Martin) en livrait une relecture électrique ponctuée de saxo, pour la compil Working Class Hero : A Tribute to John Lennon, au côté notamment des Screaming Trees, de Cheap Trick, de Candlebox ou des Chili Peppers.

« Across the Universe », Rufus Wainwright (2001)

Enregistrée d’abord pour la compilation de charité No One’s Gonna Change Our World (1969 ; y apparaissaient aussi les Hollies, les Bee Gees ou Cliff Richard), « Across the Universe » apparaît sur le dernier album des Beatles, Let It Be (1970). Chanson de John Lennon, elle est créditée à la paire Lennon/McCartney. La reprise de Rufus Wainwright apparaît en bonus sur son deuxième album, Poses. L’Américano-canadien y ajoute une touche émotionnelle plus intense et une orchestration plus ample, qui confère à la chanson une beauté assez personnelle. Une franche réussite.

La Fête des Lumières soutient Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier0
John Lennon : une icône
Mikaël Faujour

One thought on “10 reprises de John Lennon”

Commentaire(s)

  • aplaceinfrance

    Vous auriez pu ajouter Cold Turkey par Cheap Trick ( sans compter que deux d’entre eux ont joué sur le dernier album de Lennon sur le morceau I’m losing you dont la version apparaitra sur l’Anthologie Lennon et est bien meilleure que sur Women).

    mars 24, 2012 at 1 h 36 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *