Non classé

Rencontres d’Arles : Ronis et Delpire à l’honneur

07 juillet 2009 | PAR Pauline

A partir d’aujourd’hui et jusqu’au 13 septembre, les 40èmes rencontres d’Arles ouvrent leurs portes. Le festival de la photographie fête ses quarante ans en divisant les expositions en deux parties, d’un côté « quarante ans de rencontres », et de l’autre « quarante ans de rupture ».

De grandes figures de la photographie sont à l’honneur cette année, d’abord une rétrospective Willy Ronis à l’église Sainte-Anne. A 99 ans, ce photographe d’après-guerre a profondément marqué le paysage photographique français avec Robert Doisneau. Pour Martha Gill, la commissaire de cette exposition, « la sélection des photographies (…) constituent un recueil d’instants échelonnés sur l’ensemble de sa carrière ». ronis1

Un autre grand monsieur de la photo, Robert Delpire, a sa propre exposition à l’espace van Gogh et à l’Église des Trinitaires. En retraçant le parcours d’éditeur, de directeur artistique, de commissaire d’exposition et de producteurs de films de Robert Delpire, « mille mercis » révèle sa contribution à la mise en valeur et à la reconnaissance de la photographie. delpire

Quarantièmes rencontres d’Arles, du 7 juillet au 13 septembre. Plus d’infos, cliquez ici.

Wax Tailor nous lance un défi
Public Enemies : le bien du côté du mal
Pauline

One thought on “Rencontres d’Arles : Ronis et Delpire à l’honneur”

Commentaire(s)

  • La photographie rentre en politique

    LA GÉNÉRATION NUMÉRIQUE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE
    AUX RENCONTRS D’ARLES

    Pour que la création visuelle continue d’exister et que les Auteurs Photographes puissent continuer à produire des photographies.

    Nous demandons la constitution d’Etats Généraux de la Photographie

    LES UTILISATIONS MASSIVES DE PHOTOS DITES
    « LIBRE DE DROITS »

    LES PHOTOGRAPHIES A « 1 EURO »

    LES PHOTOGRAPHIES SIGNEES « DR »

    LA BAISSE GENERALE DES TARIFS

    LES CONTRATS DE CESSION DE DROITS
    NE RESPECTANT PAS LA LOI

    LA REMISE EN CAUSE PAR LES JUGES DE LA QUALITE ORIGINALE DES PHOTOGRAPHIES

    LA BANALISATION DE LA PHOTOGRAPHIE COMME UN BIEN DE CONSOMMATION ET LES AUTRES ATTEINTES A NOTRE PROFESSION DOIVENT ETRE ENCADREES JURIDIQUEMENT ET SOCIALEMENT

    Ces pratiques abusives génèrent une crise économique sans précédent qui met en péril les auteurs photographes et les agences photographiques qui diffusent leurs images

    juillet 8, 2009 at 9 h 50 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *