Non classé
« Notre-Dame », la comédie à la Jacques Tati très réussie de Valérie Donzelli

« Notre-Dame », la comédie à la Jacques Tati très réussie de Valérie Donzelli

30 décembre 2019 | PAR Yaël Hirsch

Pour les fêtes de Noël, Valérie Donzelli livre un de ses contes émouvants dont elle a le secret. Enlevé, avec elle-même au centre, et assez prémonitoire puisqu’il tourne autour de la rénovation du Parvis de la Cathédrale mais a été filmé avant le terrible accident, Notre-Dame est une comédie ciselée et irrésistible.

Maud Crayon (Valérie Donzelli, toujours merveilleuse au coeur de ses propres films) est née dans les Vosges mais habite à Paris qu’elle adore. Elle est architecte et exploitée dans son agence, à l’heure où tous les architectes rêvent de répondre à un concours de la Mairie de Paris pour rénover le parvis de Notre-Dame où le métro doit déboucher… Maud Crayon est aussi mère de deux pré-ados franchement sympas et séparée de leur père, Martial (Thomas Scimeca) … Un ex qu’elle revoit néanmoins au lit et qui s’installe souvent à la maison. La situation de Maud Crayon se complique quand 1/ la maquette qu’elle a faite pour une aire de jeu à Aubervilliers se trouve propulsée gagnante pour le concours de Notre-Dame, 2/ Sa soeur Coco (Virginie Ledoyen, parfaite!) lui apprend qu’elle est enceinte de 4 mois de son ex-mari, 3/ Son premier amour Bacchus Renard (Pierre Deladonchamps) revient dans sa vie…

Génialement rythmé, porté par des acteurs piquants (Bouli Lanners en collègue, Isabelle Candelier en Anne Hidalgo ou Philippe Katerine en adjoint au maire sont autant de notes justes), Notre-Dame est une comédie avec laquelle Valérie Donzelli poursuit son oeuvre. Dans cette fable poétique, où Jacques Tati, Jacques Demy et la Nouvelle vague la plus orthodoxe se rencontrent, la réalisatrice nous emmène comme sur un tapis-volant pour un voyage à travers les toits de Paris où l’humour et la tendresse battent en brèche la morale et le qu’en dira-t-on. Déclaration d’amour lucide à un Paris de plus en plus difficile à vivre (on adore les gifles que les gens s’y donnent de manière purement absurde, impunie et impromptue, qui font écho au climat actuel de la ville), Notre-Dame nous emporte dans le monde perfectionniste (un vrai travail avec des architectes et des maquettistes) et surréaliste de Valérie Donzelli pour notre plus grand plaisir. La grande force de cette comédie énergisante, à recommander à tous, est son rythme : 1h30 top-chrono que la caméra, fixée sur les gargouilles de Notre-Dame et la robe à carreaux de l’héroïne chorégraphie avec tact et doigté. Les vraies danses, elles, sont signées Maud Le Pladec, et avec une majeure « Bach » revisité la BO est juste parfaite. Une excellente comédie, et peut-être même, du côté français, la meilleure et la plus fine de cette année 2019.

Valérie Donzelli, Notre-Dame, avec Valérie Donzelli, Thomas Scimeca, Pierre Deladonchamps, Bouli Lanners, Virginie Ledoyen, Philippe Katerine…, France, 2019, 1h30, Ad vitam, sortie le 18 décembre 2019.
visuel (c) ad vitam, photo officielle du film

Agenda culturel de la semaine du 30 décembre
Les Franglaises sont de retour à Bobino avec une nouvelle version encore plus déjantée!
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *