Non classé

Ecritures silencieuses : émotions artistiques à pas de loup

24 mai 2009 | PAR Claire-Marie

C’est un de ces soirs de semaine où las de courir en tout sens, on n’aspire plus qu’à quitter la fourmilière urbaine. Un de ces soirs où le titre de l’exposition « Ecritures silencieuses » prend toute sa résonance à mesure qu’il se déploie.

Ecritures silencieuses… le pied-de-nez d’un oxymore, des sonorités rauques puis douces, le pressentiment d’arabesques autant calligraphiques que chorégraphiques.

O combien un monde d’écritures mutiques serait-il reposant, se surprend-on alors à penser. Slogans, marques, sigles, et ironiquement monogrammes : écritures criardes et tapageuses traquant le chaland à chacun de ces battements de cils.

 

L’expérience commence donc au sein de l’ascenseur de l’espace culturel de Louis Vuitton, réalisé par Olafur Eliason : un caisson opaque et moelleux où l’on « perd la vue », littéralement. Dans cet état provoqué de réceptivité, le visiteur, au sortir de l’ascenseur, s’émerveille devant les tablettes Rongo-Rongo, véritable écritures silencieuses et points de départ de l’exposition.

Tablette Rongo-Rongo et leur réinterprétation par Marco Nereo Rotelli

Tablette Rongo-Rongo et leur réinterprétation par Marco Nereo Rotelli

Cette écriture encore indéchiffrable est le dernier témoignage du peuple Rapa Nui, ces habitants de l’Ile de Pâques déportés au Pérou au milieu du XIXème siècle. Confrontés à une telle imperméabilité scripturale, les artistes contemporains sont peut être les plus à même de dépasser cette barrière du sens, du moins est-ce le pari de l’espace culturel Vuitton.

 

Peuple Rapa Nui et artistes contemporains : même combat ? C’est ce que peut illustrer le néon de Tracy Emin « It is not so difficult to understand » [ce n’est pas si difficile à comprendre].

it-is-not-so-difficult-to-understandParadoxalement, l’affirmation de la facilité de compréhension est raturée, rendant le déchiffrage de cette affirmation presque illisible. Ce paradoxe s’applique en réalité à l’art conceptuel comme à l’écriture Rongo-Rongo du peuple Rapa Nui. Au premier abord, on comprend le titre de l’œuvre de Tracy Emin comme on reconnait certains symboles des tablettes tels des tortues et croissants de lune. Mais leurs significations les plus profondes nous échappent, permettant la formulation que de simples conjectures.

 

L’écriture Rongo-Rongo est-elle bien la seule à nous confronter à cette barrière du sens ? C’est la question que nous pose l’installation de Ni Haifeng en proposant une stratification presque géologique d’ouvrages français de sciences humaines sur laquelle est projetée la vidéo d’une main écrivant des signes mathématiques.

Ni Haifeng Ne cultivons nous pas nous même la Tour de Babel du particularisme en dressant des obstacles à l’établissement d’un savoir universel, ici représenté par les mathématiques ? N’y a-t-il pas plus grand paradoxe que l’accumulation de ses livres de sciences humaines qui devraient traiter l’homme dans son universalité mais qui ne concernent en réalité que l’homme français ? La critique radicale que propose l’installation reste en suspend tandis que le visiteur hypnotisé ne quitte pas des yeux cette main qui trace et efface.

 

Des écritures silencieuses primitives ou futuristes ? Dans cette salle aux allures de grotte de Lascaux, le visiteur est dévoré par les mots qui évoluent à la manière de bactéries, animés par le programme informatique de Charles Sandison s’inspirant du développement des cellules.

sandisonFascinant : les mots se percutent, s’arcboutent, s’embrassent, sans tenir compte de la présence des spectateurs-intrus qu’ils recouvrent peu à peu. L’œuvre est éphémère et évolutive, le programme ne se remettant à jour qu’après six mois. En mêlant nouvelles technologies et bactéries, l’artiste interroge notre conception du langage et de sa temporalité. Comme des bactéries, les mots naissent, se reproduisent et meurent, l’apparition et la disparition de mots dans le dictionnaire l’illustrant chaque année. Une plongée dans l’univers désorientant des mots à tenter !

 

L’acte d’écrire n’est il pas finalement plus capital que sa production, une écriture demeurant silencieuse ? Ce travail sur le geste, c’est Robin Rhode qui l’appréhende dans une vidéo chorégraphique mettant en scène un homme cagoulé aux gants blancs.

Robin RhodeCe personnage dont la gestuelle tient de Charlie Chaplin dessine un véritable alphabet corporel à mesure qu’il est assaillit par des triangles blancs, accompagné par une superbe musique de jazz. Un langage des signes à l’échelle humaine qui touche autant qu’il interpelle le visiteur. Mais là encore, plusieurs niveaux de lectures sont possibles sachant que l’artiste sud-africain associe à la forme du triangle les « diamants du sang » africains. La poésie engagée d’un geste écrit et dansé envoute le visiteur : le clou de l’exposition !

 

« Ecritures silencieuses » à l’espace culturel Louis Vuitton est une véritable invitation à un voyage autant spatial, par l’évocation constante de l’île de Pâques, qu’intérieur, la quiétude du lieu mettant le visiteur à l’unisson de ses émotions artistiques.

Et l’écho d’un vers de Charles Baudelaire suit les pas, de loup, de celui qui quitte le havre des Ecritures silencieuses pour la fourmilière urbaine : « Là tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté ».

 

Claire-Marie FOULQUIER-GAZAGNES

 

Les artistes :
Claude Closky / Tracey Emin / Ni Haifeng  / Jenny Holzer / Idris Khan / Joseph Kosuth / Barbara Kruger / Ernesto Neto / Giuseppe Penone / Robin Rhode / Marco Nereo Rotelli / Charles Sandison / Lawrence Weiner / Guyton\Walker / Sun7

Jusqu’au 23 août 2009
Horaires d’ouverture :
Du lundi au samedi de 12h à 19h
Le dimanche de 11h à 19h.

Visites virtuelles sur : http://www.louisvuitton.com/espaceculturel/index_FR.html

Espace Culturel Louis Vuitton
60, rue de Bassano, 75008 Paris
Tel. 01 53 57 52 03

Un grand merci à l’association L’ivresse et le flacon.

Anges et démons de Ron Howard : un thriller qui n’a rien de diabolique
Final de la saison 5 de Desperate Housewives : et les mariés sont…
Claire-Marie

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *