Non classé
[Carnet de Voyage] Utrecht met la pédale forte

[Carnet de Voyage] Utrecht met la pédale forte

07 avril 2015 | PAR La Rédaction

Quand on évoque le vélo aux Pays-Bas, on songe instantanément à Amsterdam. Pas une carte postale de la capitale batave sans sa bicyclette au premier plan. Pourtant si la « Venise du Nord » s’avère exemplaire en matière de deux roues, sa voisine Utrecht le chérit encore davantage. Dans la première ville étudiante hollandaise, il est au centre de toutes attentions et partout. Le long de ses canaux médiévaux, dans ses ruelles bordées de maisons à pignons, sur ces « autoroutes » rouges qui poussent comme des champignons. Début juillet, le départ du 102e Tour de France cycliste sera donné entre ses murs…

Imaginez une cité pensée pour la pratique du vélo. Une destination où la voiture n’est pas bannie, mais repoussée en dehors des quartiers historiques, tenue à l’écart de certains lieux de vie. Assez pour fluidifier la circulation et rendre la rue en même temps que le sourire aux piétons, ainsi qu’à l’homo sapiens juché sur un vélocipède dernier cri. Bienvenue à Utrecht, la quatrième ville de ce pays conquis sur la mer, située à une quarantaine de kilomètre au sud-est d’Amsterdam.

Le premier contact avec cette métropole au nom râpeux, snobée par les tour-opérateurs français, n’est pas des plus enthousiasmants pour dire vrai. La traversée de sa gare, qui communique avec un centre commercial sans intérêt, paraît interminable. Le quartier, plongé dans d’importants travaux de rénovation, est livré aux tractopelles et aux marteau-piqueurs sous un crachin de saison. Mieux ne vaut donc pas s’attarder… ni s’accrocher à cette première impression peu flatteuse et trompeuse. Car en se dirigeant au pas de course vers la vielle ville, la côte de sympathie pour la patrie d’Anton Geesink, une légende du judo mondial, remonte en flèche. Les buildings imposants ont cédé la place à d’adorables demeures étroites blotties les unes aux autres, les « grachtenhuis », ces maisons en brique qui s’étirent vers le ciel et s’épanouissent le long des canaux, les quais médiévaux classés au patrimoine mondial de l’Unesco ont remplacé les grandes artères aseptisées et les nœuds ferroviaires… Le décor s’est embelli. Et avec lui l’ambiance s’est sérieusement réchauffée. Tout paraît différent, tout sauf la concentration incroyable de vélos (« fiets ») au mètre carré.

A Utrecht, il est impossible de les rater, il en sort de tous les côtés. Chaque jour, près de 90 000 cyclistes transitent par le centre-ville, entre 7h et 19h. Un chiffre qui donne le vertige quand on le ramène à la population locale (330 000 habitants). Paris, qui vient de dévoiler son plan vélo 2015-2020, et se verrait un jour bien coiffer la couronne honorifique de capitale mondiale de la bicyclette, roule loin derrière (5% des trajets effectués à Paris). On ne change pas les mentalités, ni des habitudes culturelles ancrées depuis des décennies en doublant la longueur des pistes cyclables. Depuis le premier choc pétrolier en 1973, les Pays-Bas sont les champions du monde incontestés des déplacements en transport léger. 80% des habitants font du vélo au moins une fois par semaine. Sur l’ensemble du territoire, on recense près 18 millions d’engins pour 16,4 millions d’habitants. Une statistique qui n’émeut pas plus que cela Joop Zoetemelk qui en connaît un rayon. « Un Néerlandais naît avec un vélo. Petit, il en a un pour aller à l’école. A l’âge adulte, il en possède plusieurs : un pour se rendre au travail, un autre dédié aux loisirs et à la détente. Il est sportif et aime la nature » raconte cet homme sec, aux tempes grises, dernier « Oranje » à avoir triomphé sur les routes du Tour de France en 1980 (ndlr : il détient aussi le record de places de 2e sur l’épreuve, 1970, 1971, 1976, 1978, 1979 et 1982).

On a croisé l’ex-champion du monde dans les salons feutrés du musée Speelkok, aux côtés d’autres gloires de la petite reine comme Bernard Hinault (cinq fois vainqueur). Une jolie brochette d’anciens forçats de la route mués en VRP de luxe pour les besoins de l’opération « J-100 avant le Grand Départ ». Les 4 et 5 juillets prochains, Utrecht accueillera en effet la grand messe du cyclisme international avec le coup d’envoi du Tour de France. Un contre-la-montre intramuros de 13,7 km suivi le lendemain d’une étape en ligne entre Utrecht et Neeltje. Durant deux jours, le plus grand événement sportif mondial annuel offrira une visibilité exceptionnelle à la ville hôte. Près de 800 000 visiteurs accros à la bicyclette sont attendus.

C’est un juste retour des choses pour cette cité modèle qui a fait du vélo la priorité de sa politique de mobilité. Parmi ses réalisations les plus notables, on peut citer la construction d’une méga piste cyclable urbaine de 7 km, la plus longue de tout le pays. Les cyclistes qui empruntent cette voie express sont prioritaires à tous les croisements. Au gré de vos pérégrinations, vous constaterez d’ailleurs que les mordus du deux roues n’ont pas encore totalement intégré le concept de l’arrêt au feu rouge ! Et que le port du casque est lui aussi souvent jugé superflu ! Aux Pays-Bas, on roule cheveux au vent, tenez-le vous pour dit. Les étudiants en tête. Depuis 2014, une voie rapide et sécurisée, 100% vélo, leur permet de relier Utrecht au campus universitaire (ndlr : il est fréquenté par 65 000 élèves), et notamment au Parc scientifique à l’architecture moderne, une micro-ville à lui tout seul. Les plus flemmards d’entre eux, ainsi que les touristes déambulant à pied, ont la possibilité d’expérimenter le vélo-stop, autre spécialité locale. Ce service lancé l’an passé par l’Union des cyclistes hollandais encourage les propriétaires de bicyclettes à prendre des piétons sur leur porte-bagage. Il fonctionne sur le même principe que l’auto-stop : on lève son pouce, dans des zones délimitées signalées par le panneau « Fiets Lift Plaats », pour embarquer et découvrir la ville en compagnie d’un(e) bel(le) inconnu(e).

Ni la pluie, ni le vent, ni les vols très fréquents, ne semblent freiner cet engouement croissant pour un mode de déplacement aujourd’hui victime de son succès. La taille du parc cycliste, qui grossit aussi vite que la population étudiante, oblige les élus à innover et à lancer de nouveaux équipements pour faire face à la pénurie de parkings à vélos. Au cours des prochaines années, la municipalité d’Utrecht prévoit de construire 33 000 places de stationnement supplémentaires dont un parking à vélos de 12 500 places qui sortira de terre près de la gare centrale. «Il n’y aura pas d’escaliers. On entrera et on sortira du parking en pédalant sur des pistes. On roulera jusqu’à sa place. L’infrastructure comprendra trois niveaux. Et de là, on accédera directement à la gare » explique Frans Jan Van Rossem, responsable des grands projets cyclistes pour la ville d’Utrecht, appelée très bientôt à détrôner sa rivale Amsterdam, qui possède encore pour quelques mois seulement le parking à vélos plus grand au monde.

Visiter Utrecht à vélo…

Une randonné à vélo reste le moyen le plus agréable pour explorer la cité néerlandaise, se faufiler dans son entrelacs de ruelles et découvrir ses curiosités.

Au premier rang desquels figurent les anciens canaux, l’Oudegracht, et ses quais uniques en leur genre. Ils ont été construits au Moyen-Age en contrebas des rues, au niveau de l’eau. A l’époque, ils donnaient accès à des caves à provisions qui abritent à présent des cafés et des restaurants. Le quartier de l’Oudegracht est aujourd’hui le paradis du shopping avec ses concept-stores et ses magasins branchés.

Pour percevoir le charme d’Utrecht, il faut mettre pied à terre devant le Domtoren. Cette tour gothique, la plus haute de tout le pays (ndlr : elle culmine à 112 m), est le symbole et la fierté de la ville. L’ascension de ses 465 marches offre un panorama magnifique sur la cité.

A quelques coups de pédales du centre historique, il ne faut pas rater la maison Schröder de Rietveld classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Cette demeure dessinée en 1924 par l’architecte Gerrit Rietveld, néé à Utrecht, illustre les principes du mouvement artistique De Stijl (le Style) auquel appartenait Piet Mondrian. Cette œuvre maîtresse d’architecture se distingue par l’emploi de lignes droites, des couleurs primaires et des « non-couleurs ».

Si vous avez des fourmis dans les jambes, poussez la promenade jusqu’au Kasteel de Haar, situé à 15 km à l’Ouest d’Utrecht. Il s’agit du château le plus féérique des Pays-Bas, le plus luxueux et le plus grand aussi.
Office du tourisme des Pays-Bas

Où dormir :
– Le Grand Hotel Karel V : c’est l’établissement le plus chic d’Utrecht. Chambre à partir de 120 euros.

Où sortir :
– Le café Olivier, ce pub installé dans une ancienne église a été élu en 2013 meilleur café du pays.

– Le café De Beurs pour son charme et son identité très néerlandaise.
– Le Winkel van Sinkel. C’est the place to be. Un grand café-restaurant fréquenté le jour par les étudiants qui se transforme en discothèque la nuit.

texte et photos : Renaud Moncla 

Agenda classique de la semaine du 6 avril
Pics up, le BAL fête ses 5 ans sur les Berges de Seine
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture