Non classé

Benoît Hamon : culture oubliée et identité par le social

Benoît Hamon : culture oubliée et identité par le social

21 octobre 2016 | PAR Franck Jacquet

Toute la culture suit depuis cet été la pré-campagne et la campagne présidentielle. En matière de politique culturelle, de rapport à la culture ou encore de lien entre les arts et l’éducation, qui propose quoi et à partir de quelle expérience (mandat, poste ministériel occupé…) ? A chaque semaine son candidat, mais toujours les mêmes questions. De quoi comparer les approches de ceux qui prétendent au poste de « monarque républicain » ! Benoît Hamon est cette semaine notre candidat. Bilan : la politique culturelle, c’est secondaire et elle ne compte que pour l’insertion sociale.

 Benoit_Hamon

 

« Fiche signalétique » (Le parcours politique, le positionnement actuel, les chances de réussite…) :

Benoît Hamon est un vrai apparatchik de la politique. Malgré son âge, il a baigné dans le militantisme étudiant dès son plus jeune âge et a été très vite élu (mairies, député, député européen, plusieurs fois membre de cabinets et ministre). Il fut éphémère ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche avant d’être viré du gouvernement pour avoir été de la « cuvée du Président » à la fin de l’été 2014. A la gauche du PS, il fraye régulièrement avec les frondeurs et peine à être audible entre son ex-collègue Arnaud Montebourg et la gauche du PS, trustée de plus en plus clairement par Jean-Luc Mélenchon. Sa candidature est donc fragile bien que reconnue par les (rares) jeunes militants de la rue de Solferino ; il dispose d’un socle d’intentions de vote d’environ 15% depuis sa déclaration. Aussi, beaucoup appellent à ce qu’il se rallie à l’une des alternatives à François Hollande (ou Manuel Valls depuis que le Président est cornerisé par son livre de confessions baveuses).

Quel est le programme ? Quelles sont les mesures émises ?  (Site internet, prises de position en réunion publique, articles, livres…) :

Le programme culturel ? Quel programme culturel ?! Benoît Hamon trace son sillon sur le social et l’économie circulaire, sociale et solidaire… Le culturel n’est qu’une composante de cet angle d’attaque. En observant ses prises de position depuis sa candidature, il n’a jamais évoqué les politiques culturelles qu’il envisagerait s’il était élu. Rien sur le site officiel, rien dans les débats, très peu dans les interviews et les réunions de campagne… A bien fouiller, on trouve cependant quelques bribes, mais toutes portant sur les questions identitaires plus que sur les politiques publiques en matière de culture à proprement parler.

On peut imaginer donc des positions similaires à celles de la gauche du PS et des frondeurs : un accent sur les politiques locales et dans les quartiers, particulièrement dans le cadre de la Ville (il s’est exprimé en ce sens), un soutien au spectacle vivant et au régime spécifique favorable des intermittents qui ne cesse d’être réformé depuis des années à intervalles réguliers… Encore une fois, la culture est un outil pour les buts finaux, l’insertion sociale et par le travail, ses thèmes forts.

En termes de montants, cela donne quoi ?

Le travail sera bien plus facile que pour les candidats de droite comme Alain Juppé (voir notre article) ou Bruno Le Maire (voir notre article) qui ont plus ou moins chiffré leurs mesures. Rien n’est annoncé, donc rien n’est chiffré. Rappelons que l’idée d’une primaire a émergé plus rapidement à droite ; ceci explique peut-être cela…

La culture pour elle-même ou comme sous-catégorie dans les débats sur l’éducation et l’identité ?

Ici, Benoît Hamon s’affirme très clairement comme un homme de gauche. Il insiste encore et encore sur le fait que la question de l’identité nationale est un faux problème (« indigne » débat selon ses mots) et qu’il s’agit plutôt d’investir dans l’éducation, les quartiers, auprès des plus défavorisés pour éviter les fractures identitaires. Logiquement, il cloue au pilori les candidats de la droite sur ce point, mais il a aussi attaqué frontalement Jean-Luc Mélenchon et ses prises de position jugées de plus en plus nationalistes en la matière (voir notre article). On aurait pu se dire qu’un ex-ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement et de la Recherche, aurait eu à cœur de développer des positions claires sur ces sujets. En fait, rien n’est émis en dehors de l’idée selon laquelle l’école doit être réaffirmée (classiquement) comme creuset de la république laïque et sociale, amis aussi solidaire (on croirait parfois entendre sur ce point les discours solidaristes des radicaux de la IIIe République !). Pis, rien n’a filtré jusqu’ici sur l’Enseignement supérieur et la recherche et aucun mot sur les institutions scientifiques d’Etat ou à mission déléguée de l’Etat. Tout concorde donc pour faire de Benoît Hamon un candidat qui répond aux débats sur culture – identité en essayant de poser le social comme finalité.

Un candidat aux propositions crédibles pour le monde de la culture et les politiques culturelles ? (Réalisations et prises de position antérieures…) :

Puisque aucune proposition n’est émise pour le moment, observons le bilan de ses différents mandats. En tant que député comme en tant que ministre (il ne fut à l’Education nationale que quelques mois, donc rien ne peut lui être reproché sur ce point, encore sur l’ABBCD de l’égalité et sur la suppression de la notation à l’école, il a réussi à braquer l’électorat centriste et de droite), l’impression se confirme : il n’a pas soutenu de grand projet ou de mesure culturelle particulière en tant que député soit à l’Assemblée nationale (sur Hadopi, sa position évolua), soit sur ses terres d’élection.

Degré de crédibilité de l’ensemble :

Attendons les propositions !

KISS Rock Vegas (Eagle)
[Live report] du 20 octobre, impressionnante Passion selon Saint Jean à la Philharmonie
Franck Jacquet
Diplômé de Sciences Po et de l'ESCP - Enseigne en classes préparatoires publiques et privées et en école de commerce - Chercheur en théorie politique et en histoire, esthétique, notamment sur les nationalismes - Publie dans des revues scientifiques ou grand public (On the Field...), rédactions en ligne (Le nouveau cénacle...) - Se demande ce qu'il y après la Recherche (du temps perdu...)

One thought on “Benoît Hamon : culture oubliée et identité par le social”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *