Livres
Vies de Mafia de Delphine Saubaber et Henri Haget, quand l’enfer côtoie le paradis…

Vies de Mafia de Delphine Saubaber et Henri Haget, quand l’enfer côtoie le paradis…

21 mai 2013 | PAR Le Barbu

mafiaParu aux éditions Stock en 2011, Vies de Mafia de Delphine Saubaber et Henri Haget nous revient en format poche aux éditions 10/18. Delphine Saubaber et Henri Haget, grands reporters à L’Express, enquêtent sur la mafia depuis de nombreuses années. À travers des histoires conçues comme des nouvelles, ce livre vise à dessiner l’esprit des organisations mafieuses et leur extraordinaire ascension, de la Cosa Nostra sicilienne à la ‘Ndrangheta calabraise, encore très méconnue et devenue pourtant, aujourd’hui, la mafia la plus puissante d’Europe.

15 aout 2007, à Duisbourg en Allemagne, l’Europe découvre le réseau tentaculaire de cette mafia calabraise qu’on appelle ‘Ndrangheta. Le massacre perpétré à Duisbourg est une faida, une vendetta familiale qui avait vu le jour dans le petit village de San Luca dans la région de Calabre. Moins connue que la Cosa Nostra sicilienne, la ‘Ndrangheta a profité de la guerre ouverte de Toto Riina, capo di tutti capi, La Bestia (la bête), contre l’Etat italien dans les années 90 pour s’implanter dans toute l’Italie, l’Europe, pour enfin mondialiser ses activités. Les guerres menées par Riina contre ses rivaux et l’Etat et qui ont ensanglanté toute l’Italie vont le conduire à sa perte. L’Etat mène des coups de force, l’étau se resserre, et il est enfin arrêté en 1993. Mais quand on coupe une tête une autre repousse. Bernardo Provenzano prend la relève de Cosa Nostra. Fugitif depuis 1963, il donne ses ordres avec des pizzini (messages codés sur de petits bouts de papiers et destinés à ses hommes de confiance). De sa planque, une bergerie à Montagna dei Cavalli, à trois kilomètres de Corleone en Sicile, Bernardo Provenzano met à ses pieds Palerme, la Sicile et l’Italie. Il est arrêté le 11 avril 2006 par Renato Cortese, chef de la police palermitaine affectée à la traque des chefs mafieux, après une traque de 8 ans. Riina et Provenzano sont les commanditaires de l’assassinat du juge Falcone en mai 1992.

 Le village de Corleone n’a pas attendu les aventures de Don Vito, le parrain de Françis Ford Coppola, pour se tailler une réputation internationale.

Pendant ce temps la mafia « rurale » calabraise, la ‘Ndrangheta, se développe en silence, sans trop attirer les médias et la répression policière. Il en résulte une difficulté à connaître son fonctionnement puisqu’il n’y a pas de repentis d’envergure. `Ndrangheta a pour origine étymologique le mot grec « andragathía » qui signifie héroïsme et vertu. Ses membres, appelés « Ndranghetistes », sont connus pour être de fervents adeptes de la « vendetta », n’hésitant pas à faire régner la terreur dans l’Aspromonte, région à l’extrême sud de la partie continentale de l’Italie. Après s’être tournée vers les enlèvements, elle a abandonné cette activité dans les années 1980 car elle n’était pas assez rentable. Depuis, elle s’est orientée vers le trafic de cocaïne en alliance avec les cartels colombiens et mexicains. Selon le préfet de Calabre en 2005 : « la `Ndrangheta joue le premier rôle, au niveau mondial, dans l’approvisionnement en cocaïne ». La `Ndrangheta est devenue l’organisation criminelle la plus puissante de la péninsule (chiffre d’affaires estimé à 44 milliards d’euros pour la seule année 2008). La `Ndrangheta commença à attirer l’attention du grand public en 2007, à la suite de l’assassinat de six Italiens âgés de 16 à 39 ans, abattus à proximité de la gare principale de Duisburg en Allemagne. En mai 2008, le président américain George W. Bush, en s’appuyant sur le Foreign Narcotics Kingpin Designation Act, visant à réprimer les trafiquants de drogue, l’a ajoutée officiellement à la liste noire des organisations criminelles les plus dangereuses agissant sur le sol américain.

Vies de Mafia est un ouvrage fascinant où la réalité dépasse de très loin les nombreuses fictions sur le sujet. Les témoignages laissés par les repentis qui ont collaboré avec la police, ou les mafieux, plus silencieux, qui s’expriment à demi mots du fond de leurs cellules révèlent des vies qui sont de véritables romans. Ces douze histoires racontent l’extraordinaire ascension des mafias italiennes, de la mère et mythique Cosa Nostra à la ‘Ndrangheta calabraise. Chaque texte, à sa façon, est l’expression de la détermination, de la bestialité des meurtres, quasi industriels dans leurs méthodes et les procédés d’élimination des corps, mais aussi de l’Honneur et de la Morale. Ce livre nous plonge dans les profondeurs de ces deux sociétés secrètes, la sicilienne et la calabraise, qui incarnent le mieux l’esprit de la mafia et son modèle alternatif de société.

A lire absolument!

Extrait :

La viande est arrivée… Domenico Ganci, homme d’honneur de Palerme et boucher de profession… « Suivez les mouvements du juge Falcone » a dit Toto Riina à la famille Ganci, ce printemps 1992. Cet après-midi du 23 mai, le fils, Domenico Ganci, chargé de filer la voiture blindée du juge, appelle ses complices : « La viande est arrivée. » C’est Falcone, qui atterrit à l’aéroport. A 17h56, les sismographes d’Erice enregistrent une secousse tellurique à huit kilomètres à l’ouest de Palerme. Le juge est mort dans l’explosion avec son épouse et les trois agents de son escorte.

Vies de mafia

de Delphine Saubaber, Henri Haget

Editeur : 10/18 Parution : 4 Avril 2013

« La vie de Galilée » burlesque et profondeur, pour un cocktail remuant
Le Barbier de Séville à l’Opéra de Lille : un régal !
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture