Livres

Une première sélection pour le prix Goncourt

Une première sélection pour le prix Goncourt

07 septembre 2011 | PAR Amelie De Chaisemartin

L’académie Goncourt a révélé hier les quinze titres parmi lesquels sera choisi le lauréat du célèbre prix. 15 livres sur les 650 de la rentrée littéraire ont été retenus.

Le jury n’était pas au complet, après la mort de Jorge Semprun, et la démission de Françoise Mallet-Joris pour des raisons de santé.

La sélection est très éclectique et n’obéit à aucune ligne directrice précise. Si certains auteurs étaient très attendus, comme Emmanuel Carrère, sélectionné pour son titre Limonov, inspiré de l’ écrivain politique dissident franco-russe, ou Stéphane Audeguy, qui fait parler la ville éternelle dans [email protected], ou encore David Foenkinos, qui aborde la mort de son grand-père dans Les souvenirs, d’autres auteurs sont une surprise, comme Alexis Jenni, avec L’Art français de la guerre, son premier roman, qui raconte les guerres sales menées par un officier des guerres coloniales, un inédit littéraire.

Après John Lennon, Liberati s’intérèsse à Jayne Manfield, une star d’Hollywood brisée par cette usine à rêves. Ali Magoudi se penche, lui, sur la vie de son père et de l’Histoire qu’il a traversée, en Pologne et en Algérie. Après « Le coeur cousu », qui avait obtenu le prix Renaudot, Carole Martinez se lance dans un récit mystique, dans lequel une femme refuse de se marier pour entrer au couvent, et se retrouve, dans sa retraite, au carrefour des vivants et des morts. Si l’intrigue policière Des vies d’oiseaux de Véronique Ovaldé pourrait surprendre, le lecteur reconnaîtra la finesse de ses analyses psychologiques, dans sa peinture des rapports humains. Dans Le Système Victoria, Reinhardt continue d’explorer les systèmes du monde, qu’ils soient financier, architectural ou amoureux. Monsieur le Commandant, de Romain Slocombe, est un polar historique qui a lieu dans la France de Vichy. « Tout, tout de suite » est la devise d’une bande de jeunes de banlieue dont Sportès raconte l’histoire dans son roman. La belle amour humaine est le récit d’une jeune occidentale qui se rend sur les traces de la vie de son père dans un village des Caraïbes. Enfin, après Jours sans faim, Delphine de Vigan signe un autre roman intime, Rien ne s’oppose à la nuit, dans lequel, à partir de photos, de témoignages et de souvenirs, elle tente de reconstituer la vie de sa mère, née en 1946, et morte il y a trois ans.

Le jury choisira le lauréat au mois d’octobre (il y aura une deuxième sélection le 4 octobre et un choix final le 25), et lui remettra son prix le 2 novembre. Voici la liste des titres sélectionnés:

Stéphane Audeguy, [email protected], Gallimard
Emmanuel Carrère, Limonov, POL
Sorj Chalandon, Retour à Killybegs, Grasset
Charles Dantzig, Dans un avion pour Caracas, Grasset
David Foenkinos, Les Souvenirs, Gallimard
Alexis Jenni, L’Art français de la guerre, Gallimard
Simon Libérati, Jayne Mansfield 1967, Grasset
Ali Magoudi, Un sujet français, Albin Michel
Carole Martinez, Du Domaine des Murmures, Gallimard
Véronique Ovaldé, Des vies d’oiseaux, L’Olivier
Eric Reinhardt, Le Système Victoria, Stock
Romain Slocombe, Monsieur le Commandant, Nil
Morgan Sportès, Tout, tout de suite, Fayard
Lyonel Trouillot, La belle amour humaine, Actes Sud
Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit, JC Lattès

 

Melvita nous couvre de Roses et de Miel
Au seuil de la vie, un film d’Ingmar Bergman à redécouvrir
Amelie De Chaisemartin

One thought on “Une première sélection pour le prix Goncourt”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *