Livres

Un recueil d’inédits de Claude Lévi-Strauss vient de paraître

Un recueil d’inédits de Claude Lévi-Strauss vient de paraître

15 mars 2013 | PAR Marie Pichereau

Trois ans après la disparition de l’ethnologue structuraliste et anthropologue français, les éditions Le Seuil publie Nous sommes tous des cannibales, un recueil inédit de seize textes écrits par l’auteur, qui jusque là étaient restés dans l’ombre.

Spécialiste des sociétés dites “primitives” à qui l’on doit entre autre Les Structures élémentaires de la parenté ou encore Tristes Tropiques, Claude Lévi-Strauss a su apporter une nouvelle vision et analyse des sciences humaines. Professeur au Collège de France, élu à l’Académie française en 1973, il s’est éteint à l’âge de 100 ans, le 30 octobre 2009. Lévi-Strauss n’avait encore jamais établi de lien ou du moins de comparaison avec nos sociétés modernes et occidentales. Dans ces inédits, il aborde certains des grands débats contemporains à travers le prisme anthropologique.

Nous sommes tous des cannibales, a été écrit entre 1989 et les années 2000. C’est le journal d’actualité italien La Repubblica, qui aurait passé « commande » auprès de l’anthropologue, de manière à ce qu’il y apporte ses lumières et confronte sa pensée à l’actualité. Il aborde entre autre la question des préjugés racistes liés à des pratiques rituelles comme l’excision et la circoncision. En intitulant l’ouvrage « Nous sommes tous des cannibales » il rappelle et démontre la proximité des sociétés modernes avec celles dites archaïques : « Entre les sociétés dites complexes ou évoluées, et celles appelées à tort primitives ou archaïques, la distance est moins grande qu’on ne pouvait le croire. Le lointain éclaire le proche, mais le proche peut aussi éclairer le lointain ». Les textes bien qu’étant âgés de 15 ans, apportent une critique et une analyse pertinente sur des sujets qui in fine, n’ont jamais parus plus actuels. En tête de fil, son travail sur le scandale sanitaire de la vache folle (1993), dans lequel il redéfinissait la notion de cannibalisme, jugée éthnocentrée. Il relativisait et modernisait donc la définition du cannibalisme. En plein scandale sanitaire de la viande chevaline, l’analyse est plus que jamais conjointe à l’actualité et démontre une fois l’avant-gardisme et la lucidité de la pensée Lévi-Straussienne.

Claude Lévi-Strauss, Nous sommes tous des cannibales, Seuil, en librairie depuis le 7 mars.
Visuels : livre.

Le Festival Cinémas d’Afrique aura lieu à Angers du 16 au 21 avril 2013
The Relatives, funky papys
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *