Livres

Théâtre et sacré dans la tradition juive [ Annonce ]

Théâtre et sacré dans la tradition juive [ Annonce ]

11 juin 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Comédienne, metteur en scène, productrice de plus d’une vingtaine de spectacles en France et à l’étranger, spécialiste des droits de l’Homme rattachés aux questions culturelles Guila Clara Kessous est également  Chevalier des Arts et Lettres, elle a reçu en 2012 le titre d’Artiste pour la paix de l’UNESCO pour l’ensemble de son travail au service de la mémoire et du rapprochement entre les peuples à travers le théâtre. Guila Clara Kessous signe au Presses Universitaires de France « Théâtre et sacré dans la tradition juive »

Ce livre retrace au fil des siècles la fascination du peuple juif pour le média théâtral et sa façon d’appréhender l’art dramatique comme une possibilité d’approfondissement de l’identité juive (travail de Théodore Hertzl en tant que dramaturge) et de dialogue avec Dieu (travail du Rabbin kabbaliste Moshé Haim Luzzatto au XVIIIème siècle) Ce livre, préfacé par Elie Wiesel, a déjà été reconnu par les spécialistes du genre en France, Etats-Unis, Israël et Canada, comme unique et précieux puisqu’il casse définitivement la représentation classique d’une diabolisation de l’art de la représentation scénique par la tradition juive.

Au fil des siècles se dégagent de grandes figures de dramaturges juifs comme Ezechiel Le Tragique au IIème s. avant J.C., Yehuda Sommo, premier théoricien de la scénographie au XVIème s., le Rabbin Kabbaliste Moshé Haim Luzzatto au XVIIIème s., Avraham Goldfadhen, père du théâtre yiddish à la fin du XIXème s. ou encore Théodore Herzl, fondateur du mouvement sioniste au début du XXème s.

Tous usent du théâtre non seulement pour transmettre le sacré d’un texte toraïque mais pour comprendre la complexité liée à la condition de l’identité juive dans son rapport au sacré.

 

Crimes et procès sensationnels à Los Angeles (1922-1962) de Nausica Zaballos
Antichose, l’art éphémère du tatouage.
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Théâtre et sacré dans la tradition juive [ Annonce ]”

Commentaire(s)

  • Rousseau-Gopner

    Guila Clara Kessous nous offre le livre que j’attendais ! Juive et femme de théâtre, je rongeais mon frein à toujours m’entendre dire « le théâtre ? En faire et y aller, c’est de l’Avoda Zara ! (« idolâtrie » en Hébreu)».Guila Clara, merci de l’avoir mis au Monde, de l’avoir écrit. Merci pour ce style fluide, simple et si précis. Merci pour cette chronologique, qui nous accompagne de rabbins en dramaturges : des rencontres avec ceux qui ont osé, ceux qui ont compris. Merci pour cette somme d’informations et de références ; de quoi expliquer, comment les choses bougent et évoluent à travers les siècles. La peur de l’idolâtrie et de l’assimilation ont longtemps paralysé l’envol des Arts juifs. Depuis 2005, en Israël, de hautes autorités religieuses déclarent « que toute interdiction absolue concernant le théâtre soit bannie de la tradition juive ». « S’il est possible d’utiliser la représentation théâtrale (casher) comme moyen de rajouter du bien être au monde, cela est recommandé ». « Le théâtre du futur enseignera la Torah au plus grand nombre ». Ce livre nous invite à donner à « voir toutes nos voix ».

    août 17, 2012 at 12 h 49 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *