Livres
« Roman Américain » d’Antoine Bello, ou comment faire du profit avec la mort…

« Roman Américain » d’Antoine Bello, ou comment faire du profit avec la mort…

09 juin 2014 | PAR Le Barbu

product_9782070144297_195x320Antoine Bello est l’auteur de plusieurs romans et recueil de nouvelles, dont Les Falsificateurs et Les Éclaireurs (prix France Culture-Télérama 2009).

[rating=4]

Vlad Eisinger, journaliste économique américain, publie une série d’articles sur le marché du «life settlement». Cette pratique, qui consiste à revendre à des tiers des assurances-vie en cours, est devenue un véritable marché aux États-Unis, sur lequel assureurs et investisseurs opposent leurs intérêts respectifs jusqu’aux limites de la légalité.
Vlad étudie ce phénomène à travers le microcosme d’une résidence de Floride, Destin Terrace, où cohabitent des personnes ayant revendu leurs assurances-vie et des investisseurs qui ont bâti leur fortune sur ce marché. Dans la résidence vit l’autre narrateur du roman, Dan Siver, écrivain sans succès, qui décrit de l’intérieur les répercussions tragi-comiques des articles de Vlad sur les membres de la communauté.
Dans cet ouvrage, Antoine Bello trace un portrait de l’Amérique contemporaine à travers le prisme d’un phénomène économique et financier dont les profits sont calculés sur la base de l’espérance de vie des détenteurs de contrats d’assurance-vie. Il mélange littérature et économie dans un roman vif, drôle, original et plein d’ironie, qui est à la fois une radiographie de l’économie capitaliste dans ses extrémités, son absurdité, et une réflexion sur les armes propres à la littérature pour lire le monde.

« Roman Américain » d’Antoine Bello, Collection Blanche, Gallimard, 18.50 euros. 2014.
« Guerre nucléaire et catastrophes écologiques », entretiens avec Noam Chomsky, la pensée de demain!
[Critique] Deux polars de Michael Connelly : vous êtes plutôt Bosch ou plutôt Haller ?
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *