Livres

Réstrospective : A.B. Yehoshua dans les pas d’un réalisateur vieillissant

04 août 2012 | PAR Yaël Hirsch

Le grand auteur israélien (« L’amant », « La mariée libérée) est de retour en France avec un roman publié par Grasset (en collaboration avec Calmann-Levy) dans une traduction de Jean-Luc Allouche. « Rétrospective » est un roman généreux qui retrace, à la faveur d’un cycle qui lui est consacré à Saint-jacques de Compostelle- le parcours d’un cinéaste israélien de renom et encore plein de projets. Sortie le 3 septembre 2012.

Grand réalisateur israélien, Yaïr Mozes est invité à Saint-jacques de Compostelle pour une rétrospective de son œuvre. Il débarque avec plaisir dans ce haut lieu de spiritualité chrétien, avec pour compagne de voyage l’actrice principale de ses plus grands films, Ruth.Or Ruth a été la compagne de l’étudiant de Mozes, celui qui l’a poussé à un âge déjà avancé à se lancer dans la réalisation et la mise en scène et qui a été son scénariste fétiche pour les premiers grands films. La sélection de la rétrospective doublée en espagnole mène justement Yaïr Mozes vers ces premières œuvres et fait remonter à la surface, pour lui et sa compagne, tout un passé finalement pas si enfoui…

Loin d’Israël, mais si proche de la nature humaine cette « Rétrospective » permet à A.B Yehoshua de fait le va et vient entre l’art et la vie de son personnage principal. Les scènes des œuvres, minutieusement décrites viennent illustrer une biographie. Plus lent, plus personnel, peut-être également moins engagé et moins ironique que ses plus grands livres, ce nouveau roman a quelque chose de monumental qui le rend plus difficile à digérer. « Rétrospective » cache une fresque sous le portrait d’artiste, dans un développement mesuré qu’il faut savoir apprécier, dans les mots si bien traduits par Jean-Luc Allouche.

Avraham B. Yehoshua, 480 p., 20,90 € TTC, Sortie le 3 septembre 2012.

« Tout à coup, Mozes se met à trembler en revoyant la rue de son enfance sur l’écran espagnol, puis la maison de ses parents dont quelques meubles avaient été dégagés pour laisser de la place aux mouvements de la caméra.
‘Ce n’est pas ta mère?’ chuchote Ruth, tandis que l’objectif plonge lentement en gros plan sur la propriétaire, sa mère en effet, actrice improvisée dans son propre salon auquel le cadrage accorde une ampleur qu’il n’avait jamais eu« .p. 64.

La programmation de Marsatac dévoilée
Live Report : Les Nuits Secrètes, Jour 1
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

3 thoughts on “Réstrospective : A.B. Yehoshua dans les pas d’un réalisateur vieillissant”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *