Livres

ReLIRE : une nouvelle vie pour des livres disparus

ReLIRE : une nouvelle vie pour des livres disparus

27 mars 2013 | PAR Marie Boëda

ReLIRE est un projet visant à numériser une sélection de livres du XXe siècle indisponibles en format papier. Pour ce faire, certains aspects de la propriété intellectuelle doivent être reconsidérés.

Jeudi 21 mars, Aurélie Filippetti a signé le contrat d’édition dans le secteur du livre en présence du Syndicat national de l’édition et du Conseil permanent des écrivains. Désormais, tout contrat d’édition doit prévoir une partie spécifique pour l’édition numérique. Ce projet permet à des livres encore protégés par le droit d’auteur d’être disponibles en ligne grâce à l’instauration de la loi du 1er mars 2012 sur la gestion collective. Respecter les créateurs tout en les adaptant à l’ère du numérique est un des enjeux principaux des politiques culturelles aujourd’hui. Il est prévu que les auteurs, éditeurs et ayants droit soient rémunérés si une de leurs oeuvres fait l’objet d’une exploitation numérique.

Pour la première liste, cette année 2013, 60.000 titres sont parus en accès libre et gratuits sur le site relire.bnf.fr géré par la BNF. N’importe qui peut adresser une demande d’ajout de livres qui ne sont plus commercialisés ! Une initiative  qui en laisse certains sceptiques, comme l’écrivain et éditeur François Bon qui dénonce l’opacité de la loi sur médiapart : « L’État s’approprie nos livres sans nous demander notre avis, on nous dépossède de la seule richesse qui fait notre vie – la loi sur les indisponibles est une goujaterie. »

Visuel (c) : bandeau ReLIRE.

Les vernissages de la semaine du 27 mars
Barbara à travers le tendre prisme de son accordéoniste Roland Romanelli
Marie Boëda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *