Livres

Réédition de « Deux » d’Irène Némirovsky chez Albin Michel

01 novembre 2011 | PAR Yaël Hirsch

Publié en 1939 et jamais réédité depuis, le roman de l’auteure de « Suite Française » sur l’enfer quotidien du couple est à nouveaux en librairies le 3 novembre prochain.

« C’est l’histoire de deux êtres, de nature folle, mauvaise, instable, que la vie, l’amour, le mariage perfectionnent. », expliquait Irène Némirovsky dès l’année 1934 dans ses Journaux de travail. Situé au lendemain de la Première Guerre mondiale, »Deux » est l’histoire du mariage de la vive et jeune Marianne, fille fêtarde d’un peintre et d’une riche héritière et d’Antoine, jeune homme cassé par la guerre et issue d’une famille bourgeoise où l’argent s’épuise. Quand ils se rencontrent, leur vie est une longue suite de bals et de liberté. Marianne aime Antoine et se livre à lui très vite, Antoine n’est pas tout à fait sous le charme et continue à voir une vieille maîtresse. Mais l’avortement dramatique de la sœur de Marianne, Solange, elle-même en relation avec le meilleur ami et colloque d’Antoine précipite leur mariage. Celui-ci intervient après l’amour, et est une sorte de pacte solide et désenchanté qui permet aux deux post-adolescents volages de se fixer et d’entrer dans l’âge adulte. Contre toute morale, Antoine se créée une personnalité de nuit qui résiste encore à cette respectabilité ennuyeuse et commence une liaison avec la plus jeune et jolie sœur de Marianne.

Épinglant avec grâce le climat de légèreté qui fait suite à la Première-Guerre mondiale, Irène Némirovsky livre, à son habitude, un roman psychologique fin sur les affres de la jeunesse dorée de cette époque. Terrible et puissante, sa description du couple est celle de deux corps sans plus aucun désir qui s’apprivoisent à l’orée du sommeil et deux partenaires qui solidifient la confiance à grands renforts de sages aveuglement. Dans les poncifs de Némirovsky, les femmes existent en deux modèles : les maîtresses passionnées et les épouses braves et attentionnée. Poncifs qui semblent avoir survécu au 20e siècle.

Pour plus d’informations sur l’art, la pensée et la redécouverte d’Irène Némirovsky, voir notre portrait, écrit à l’occasion de l’exposition que lui a dédié le Mémorial de la Shoah, l’an dernier.

« Deux » d’Irène Némirovsky, Albin Michel, 295 p., 20 euros.Sortie le 3 novembre 2011.

« Ils se couchèrent l’un près de l’autre, séparés par leurs espoirs, leurs regrets, leurs rêves, mais unis par la chaleur des corps, par la douce torpeur du sommeil, deux en esprit, mais, déjà, une seule chair. » p. 135.

Vincha : quand la chanson réaliste croise le hip-hop
Gisèle Freund, paysage d’un Paris littéraire
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *