Livres
Prix Femina 2015 : Boualem Sansal toujours dans la course

Prix Femina 2015 : Boualem Sansal toujours dans la course

24 octobre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

Le jury de l’illustre concours a annoncé sa troisième sélection, avant de rendre son verdict final, le 4 novembre. Il ne reste désormais plus que 12 romans, parmi lesquels figure toujours 2084 La fin du monde, le chef-d’oeuvre de Boualem Sansal. Toute La Culture vous révèle les 12 titres toujours en course pour le prix Fémina

Le prix Fémina est un prix littéraire français, créé en 1904, qui devait s’imposer, à l’origine, comme une contre-proposition au Goncourt, qui souvent ne nommait que des romans écrits par des hommes. Cette année, le prix tant convoité sera remis le 4 novembre au romancier le plus méritant. Après deux premiers écrémages, la liste est passée de 32 à seulement 12 romans. Le grand favori d’à peu près tous les concours de la saison (Goncourt, Renaudot), Boualem Sansal (Le serment des barbares, L’enfant fou de l’arbre creux), est toujours en lice pour le prix. L’auteur a, en effet, fait sensation, cette année, avec 2084, La fin du monde, qui s’inscrit dans la filiation d’Orwell pour brocarder les dérives et l’hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.

Toute La Culture vous dresse la liste des 12 romans toujours en course :

Romans français:

– Nathalie Azoulai, Titus n’aimait pas Bérénice (POL)

– Christophe Boltanski, La Cache (Stock)

– Brigitte Giraud, Nous serons des héros (Stock)

– Hédi Kaddour, Les Prépondérants (Gallimard)

– Charif Madjalani, Villa des femmes (Seuil)

– Judith Perrignon, Victor Hugo est mort (L’Iconoclaste)

– Boualem Sansal, 2084 (Gallimard)

Romans étrangers:

– Martin Amis, La Zone d’intérêt (Calmann-Levy)

– Oya Baydar, Et ne reste que des cendres (Phébus)

– Kerry Hudson, La Couleur de l’eau (Philippe Rey)

– Dinaw Mengestu, Tous nos noms (Albin Michel)

– Owen Sheers, J’ai vu un homme (Rivages)

 

Songs of the Tree : Cecil L. Recchia jazze pour Ahmad Jamal
Chroniques de la création de « Richard III, Loyaulté me lie » : aujourd’hui… loyauté
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *