Livres
Pour Delphine De Vigan : «Les enfants sont rois» dans un monde redoutable .

Pour Delphine De Vigan : «Les enfants sont rois» dans un monde redoutable .

29 mars 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard

Quotidiennement Mélanie met en scène et filme sa vie familiale pour You Tube et Instagram. Ses enfants sont influenceurs pour de nombreuses marques. Quand sa fille disparaît mystérieusement, l’enquête dévoile un «système Mélanie» redoutable et lucratif.

Dès son adolescence, Mélanie a toujours été fascinée par la Télé-réalité. Depuis le Loft et Loana en 2001. Mais elle n’a pu en devenir une vedette. Trop timide trop réservée peut être. Son vœu le plus cher reste de devenir célèbre, adulée, pour combler le vide intérieur qui la taraude depuis l’enfance. Après la naissance de ces deux enfants Sammy et Kimmy elle s’ennuie. Jusqu’à ce qu’elle commence à poster les vidéos de ses enfants et de sa famille sur You Tube. Ensuite elle développe une chaîne familiale «Happy récré» qui connaît un grand succès. Ces enfants sont filmés en permanence, dans leur vie quotidienne et consacrent beaucoup de temps à ouvrir des cadeaux ou à tester des aliments pour des marques. Ce qui était une addiction devient une activité très lucrative.

Mélanie et Clara se rencontrent dans des circonstances dramatiques: la disparition de Kimmy, six ans, dans le jardin de la résidence où elle jouait. Clara travaille à la «Crime» ,la brigade criminelle de Paris, comme procédurière. Elle est petite, énergique, intelligente mais solitaire. Le lecteur suit l’enquête et découvre la personnalité et le passé des deux femmes. L’enquête piétine malgré l’opiniâtreté de Clara qui met à jour le «système de Mélanie». Le roman se termine en 2031: l’empire du numérique n’a fait que s’étendre et le lecteur retrouve Clara, Mélanie, Sammy et Kimmy douze ans après ce curieux enlèvement. Et les enfants rois sont restés traumatisés.

«Les enfants sont rois» est à la fois un très beau portrait de deux jeunes femmes et le récit d’une enquête policière. La fragilité, la superficialité de Mélanie s’opposent à la rigueur morale de Clara L’auteure maintient le suspense sur la cause de la disparition de Kimmy. Le roman est le procès de l’addiction aux réseaux sociaux et surtout de l’implication des enfants. Clara «découvre avec effarement un monde dont l’existence nous échappe». Les enfants de Mélanie font un travail dissimulé sans aucune protection légale qui les expose dangereusement. Ce système amoral est consacré à la promotion de la consommation à tout prix ,à la satisfaction immédiate de ses désirs. Mélanie est devenue une redoutable femme d’affaire, mais peut-être appartient elle simplement à son époque, une époque de recul de l’intimité où il faudrait s’exhiber pour exister.
Delphine De Vigan nous offre un roman très bien construit , de lecture très agréable . La fiction apparaît très efficace pour dénoncer l’enrôlement dans un but mercantile des enfants influenceurs sur les réseaux sociaux. Comme le dit Clara: «Il faut le voir pour le croire».

Delphine De Vigan, Les enfants sont rois, Gallimard, 352 pages,20 Euros, sortie le 04 03 2021.
visuel : couverture du livre

Avec « Enfants sauvages », Cédric Orain nous livre une adaptation personnelle des vies de Kaspar Hauser et de Victor de l’Aveyron
« Pas gentil » de Bernard Vorms, Si je suis juif ? Affirmatif, et quoi d’autre?
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture