Polars
« L’espion français », par Cédric Bannel

« L’espion français », par Cédric Bannel

01 août 2021 | PAR Ilan Lévy

L’Afghanistan, terrain de jeu de l’espionnage français, quand l’actualité rencontre la fiction, c’est L’espion français de Cédric Bannel…

Enlèvement en Afghanistan

Alors qu’il vogue paisiblement vers sa destination pour une mission humanitaire, un groupe d’infirmières japonaises se retrouve pris dans les tenailles de l’actualité. Leur vol subissant de violentes turbulences, l’avion est obligé d’atterrir en urgence sur une base militaire américaine, la base de l’Otan, Bagram, récemment évacuée par les forces américaines. Suivant leur responsable, les infirmières se rendent sous escorte militaire dans un orphelinat. Elles sont alors enlevées par un groupe terroriste et leurs protecteurs exécutés sous leur yeux.

Où la France intervient

Même si cette affaire semble bien loin du terrain de chasse des maîtres espions français, l’enlèvement interpelle nos services qui ont placé l’Afghanistan sous écoute, notamment la police.
Ces écoutes permettent de suivre la trace des infirmières et surtout d’Alice Marsan, une française devenue chef terroriste.
Cette dernière, issue d’une bonne famille catholique française, a épousé un djihadiste et sa cause. Il se trouve que la « Veuve blanche » a rejoint la cause terroriste plus par goût de l’action, du pouvoir et surtout de la violence sur les femmes qu’elle commandite que par engagement islamiste. Elle la chef d’une katiba, un groupe terroriste, au budget illimité, prélevé sur les bénéfices des trafics de daesch.
Pour les services secrets français, c’est une question d’honneur, la Veuve blanche doit être exécutée par un Français, qui plus est non membre officiel de l’espionnage français.
Cow-boy aux méthodes brusques et peu conventionnelles, fanfaron, vantard, arrogant Edgar laisse de nombreux morts sur son passage.
Il est pourtant le meilleur dans son domaine et connaît parfaitement le contexte et la culture afghane. Il va devoir agir en terrain particulièrement hostile.
Il croise la route du chef de la brigade criminelle de la ville de Kaboul, Oussama Kandar, ancien compagnon de route du Commandant Massoud, déjà présent dans les ouvrages précédents.

Le nouveau roman d’espionnage français

Même si la littérature française n’a pas la réputation anglaise ou américaine dans le domaine des maîtres espions à la John Le Carré, elle a toujours su produire des romans de qualité. Cédric Bannel renouvelle complément le genre. Entrepreneur, sportif de haut niveau, il offre de nombreux romans policiers, des thrillers électriques qui plongent dans les arcanes des services secrets français qu’il décrypte méthodiquement.
Entre Paris et Kaboul, entre politique, militaire, espionnage, son agent français va devoir user de nombreuses ruses pour arriver à ses fins.

Cédric Bannel, L’espion français, Robert Laffont, Sortie le 01/07/2021, 19,99 euros
Visuel : couverture du livre

« Smother » : Quand Dallas rencontre Broadchurch
Xavier Rey, nouveau directeur du Musée national d’art moderne
Ilan Lévy

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture