Polars
Décès de P. D. James : adieu à la reine du crime britannique

Décès de P. D. James : adieu à la reine du crime britannique

27 novembre 2014 | PAR Audrey Chaix

Le monde du polar est en deuil ce soir : l’une des reines du crime britanniques n’est plus. Phyllis Dorothy James, dite P. D. James, s’est éteinte à 94 ans dans son domicile d’Oxford. Depuis le début des années 1960, elle a publié de nombreux romans, et elle est considérée par beaucoup comme la digne héritière d’Agatha Christie.

PD_James_CologneNée en 1920, P. D. James a été contrainte d’arrêter ses études à 16 ans parce que son père estimait que le rôle d’une fille est de trouver un bon mari et de tenir sa maison. C’est au début des années 1960 qu’elle commence à écrire : son premier roman, A visage couvert, est un succès dès sa parution.

Avec un style très précis et très fin, P. D. James fait partie de ces auteurs qui ont donné au roman policier ses lettres de noblesse. Psychologie poussée des meurtriers, énigmes qui vont au-delà de la simple résolution d’un crime, violence des histoires… autant de nouveaux ingrédients qui ont permis à P. D. James de faire entrer le roman policier dans la modernité. Surtout, P. D. James a créé des personnages d’enquêteurs que les lecteurs retrouvent avec plaisir d’une enquête à l’autre : Cordelia Gray, et surtout Adam Dalgliesh, un veuf féru de poésie dont on a toujours suivi avec délectation les déboires amoureux autant que les enquêtes policières…

En parallèle de sa carrière de romancière, P. D. James a également fait une brillante carrière : d’abord employée dans la NHS (système de santé britannique), elle gravit peu à peu les échelons en passant des concours internes travaillés le soir après le travail. De 1968 à 1974, elle intègre le ministère de l’Intérieur britannique où elle travaille au département judiciaire, avant  d’occuper la fonction de magistrat jusqu’en 1984 : une expérience professionnelle riche, qui lui permet également d’alimenter sa production littéraire.

Anoblie par la reine en 1990, P. D. James a publié son dernier roman en 2011 : La Mort s’invite à Pemberley est la suite imaginée de Orgueils et Préjugés, où Elizabeth et Mr Darcy coulent des jours heureux jusqu’à ce qu’un crime odieux vienne perturber leur paradis terrestre. Certes pas son meilleur, mais un véritable succès puisqu’il s’est vendu à 120 000 exemplaires en France.

Ce soir, l’univers du roman policier a perdu l’une de ses grandes dames, et même si la relève est plus qu’assurée, il est évident que l’on regrettera de ne plus jamais croiser l’inspecteur Dalgliesh au détour d’un nouveau roman de P. D. James…

Visuel : Creative Commons

Une lettre de Camus écrite à Sartre retrouvée
Avec « House in Asia », le festival NEXT invite un théâtre catalan fougueux et foisonnant
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

One thought on “Décès de P. D. James : adieu à la reine du crime britannique”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture