Polars
Caucase Circus de Julia Latynina, premier volet d’une trilogie noire et sanglante.

Caucase Circus de Julia Latynina, premier volet d’une trilogie noire et sanglante.

30 novembre 2013 | PAR Le Barbu

liv-4078-caucase-circus

[rating=5]

La sortie simultanée du dernier volet de La Trilogie du Caucase, La Gloire n’est plus de ce temps, dans la collection Actes Noirs chez Actes sud, et du premier volet, Caucase Circus, dans la collection Babel Noir, nous a permis de découvrir une écrivain de talent : Julia Latynina. Journaliste extrêmement critique à l’égard du régime de Poutine, elle est aussi l’auteur de La Chasse aux rennes de Sibérie et les deux premiers volumes de La Trilogie du Caucase, Caucase Circus et Gangrène.

Caucase Circus est un polar géopolitique noir comme le pétrole qui croise les trajectoires d’un Moscovite de bonne famille devenu ambassadeur du Kremlin dans une république caucasienne, et d’un chef de bande rebelle et musulman qui recherche le meurtrier de son frère. Vadislav Pankov, jeune moscovite de bonne famille est kidnappé par un chef de bande tchétchène qui le soumet aux pires supplices. Il doit sont Salut à Niyazbek, un chef rival venu libérer deux de ses codétenus au nom de liens familiaux sacrés dans le Caucase. Neuf ans plus tard, et après avoir mené une carrière au sein de l’élite russe, Pankov est nommé ambassadeur du Kremlin dans une république coincée entre la Tchétchénie et la mer Caspienne, et subordonnée à l’autorité fédérale de Moscou. Il devra se débrouiller seul au milieu de cette jungle dominée par l’étrange et insoumis Niyazbeck.

Attention âmes sensibles s’abstenir ! Ce premier volume est hallucinant, noir et sanglant. On se demande parfois si c’est bien une femme qui l’a écrit tellement l’horreur peut devenir insoutenable. Certains moments sont à dégobiller tripes et boyaux. La violence, banale dans cette région de la planète, est de toutes les pages. Caucase Circus est un concentré de ce qui se fait de pire : crimes, racket, terrorisme, corruption, vols, détournements, torture, enlèvements, vengeance… La vie n’a pas de prix, sauf celui de l’honneur. Les hommes du Caucase forment des clans, des familles, mafieuses, qui se partagent le pouvoir et les richesses de la région, sur fond d’islam et de charia. La diplomatie n’existe pas dans cette région de la planète où le décompte de voix lors d’une élection se fait avec un flingue sur la tempe. La corruption est à tous les niveaux, de la police en passant par l’administration, de la politique au monde des affaires. Quand cette corruption ne fonctionne plus, c’est alors le moment de sortir des arguments plus persuasifs comme la torture, le tabassage en règle, l’enlèvement, le meurtre et le terrorisme. Mettre la pression est toujours plus efficace que négocier… Dans le Caucase, ne pas être d’accord, contester les règles et les codes, c’est voir son espérance de vie se réduire comme la neige fond au soleil. Dans ce contexte, où tous les moyens sont bons pour défendre des intérêts personnels, obtenir des informations ou s’enrichir, se crée une élite, en jogging, flingues à la ceinture, roulant en merco blindée, et vivant dans des maisons qui sont des répliques de châteaux ou de villas de stars hollywoodiennes défendues par des armées de gardes du corps. Cette élite politique, qui contrôle tous les rouages économiques de la région, n’est pas issue de grande écoles de commerce et de l’administration. Elle s’est faite par la force, par le clientélisme et le complot, et dont la légitimité se trouve dans les liens du sang. Elle n’a pas besoin de s’affirmer par une quelconque compétence à mener les affaires. On peut être « élu » maire et être un junkie… Le Caucase est un véritable « triangle des Bermudes » où tout peut disparaître, se perdre, se créer, se transformer.

Caucase Circus est une plongée en enfer, une plongée au cœur de la nature humaine. Caucase Circus va finalement plus loin que la simple analyse géopolitique d’une région. C’est un regard sur une diplomatie internationale et une politique dont les procédures sont mafieuses et gangrenées par les intérêts économiques et l’argent. Un roman noir, dont l’absurdité rime avec le paranormal de situations qui sont bien réelles. Et cette réalité n’est pas celle du Caucase, elle est tout simplement la notre, celles d’humains, de pions, coincés dans cet échiquier infernal, et subissant un ordre mondial mafieux.

A lire absolument !

La trilogie du Caucase est composée de trois ouvrages : Caucase Circus (2011), Gangrène (2012), La gloire n’est plus de ce temps (2013). Auteur : Julia Latynina. Traduit du Russe par Yves Gauthier. Actes Sud, Actes Noirs, Babel Noir.

Lyon : Le top 5 des bonnes adresses beauté avec une pointe de sexy !
Le garçon dans le chêne de Fredrik Ekelund, tueur sexuel ou crime d’honneur sur fond d’immigration…
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *