Livres

Plan B pour l’été d’Hélène Vignal

Plan B pour l’été d’Hélène Vignal

27 avril 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Louise, quinze ans, avait prévu une semaine de vacances de rêve au camping avec sa mère et son meilleur copain gay, Théo. Seulement sa mère est rappelée pour remplacer une collègue malade et c’est sa grand-mère que Louise va devoir convaincre de partir au camping. Autant essayer de déplacer un dinosaure qui  n’a pas bougé de sa petite caverne bien rangée depuis plusieurs millénaires. Mais Louise est prête à tout et va tout faire pour comprendre son aïeule et lui faire retrouver un peu de bonheur en la sortant de sa coquille et en étant à son écoute.

 

 


 

 

 

 

 

 

Hélène Vignal a un style simple, drôle et très référencé dans l’actualité: qu’elle nous parle culture bio, relations de famille, guerre d’Algérie, spiritisme, amitié ou camping, elle nous passionne et nous tient en haleine tout au fil de ce roman très riche car il aborde de multiples thèmes dans lesquels chacun de nous peut se retrouver. Cette histoire est une véritable ode à la joie de vivre, de quoi redonner la pêche même aux ados les plus déprimés et les plus en crise. Un bon plan B pour convaincre les jeunes de se lancer dans la lecture de romans si le plan A, la lecture des classiques imposés à l’école, a échoué. A découvrir également de cet auteur française aux éditions du Rouergue: La fille sur la rive, La nuit de Valentine, L’Ebouriffée, Trop de chance et bien  d’autres.

 

Voici un très beau roman qui parle d’amour en famille et entre deux générations: celle des grand-parents et celle des adolescents. Louise et sa grand-mère Jamie ont beaucoup à apprendre l’une de l’autre. La grand-mère a fait l’expérience de la souffrance, d’un malheur du à la guerre d’Algérie, sa vie est faite de résignation et de douleur refoulées, elle est murée dans sa carapace par la peur et par un secret qu’elle n’a encore jamais confié à personne. Mais, voilà, Louise respire l’amour, la joie de vivre et elle veut profiter de la vie tout de suite et en faire profiter Jamie avant qu’il ne soit trop tard pour elle. Même à soixante douze ans, on peut encore changer et savoir profiter des choses simples de la vie: une petite soirée moules-frites et une représentation de cirque, par exemple.

Peu de chance que vous lâchiez ce livre avant de l’avoir fini, il est prenant d’un bout à l’autre et il y a de belles surprises et des rebondissements étonnants en cours de route, une lecture prenante de dix à quatre vingt dix ans car, au final, ce livre concerne autant vos grand-parents que vous.

Gagnez 5×2 places pour l’Éloge de l’oisiveté au Théâtre de Belleville le 4 mai
Les Bons Plans du grand week-end du 27 Avril 2012
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *