Livres

« Pétronille » : l’amitié vue par Amélie Nothomb

« Pétronille » : l’amitié vue par Amélie Nothomb

23 septembre 2014 | PAR Nausicaa Ferro

On dit que le chiffre 23 possède une mystique toute particulière, cela explique peut-être en quoi ce 23ème roman d’Amélie Nothomb est aussi réussi.Pétronille ou comment une belge élevée au Japon regarde la France à travers une coupe de champagne. 

[rating=4]

PETRONILLE_jaqu_jaq130

L’histoire commence par l’envie d’Amélie Nothomb (personnage principal et narrateur de Pétronille) de boire du champagne accompagnée d’un « convigne », et c’est au cours d’une dédicace que l’écrivaine rencontre l’androgyne Pétronille, étudiante en lettres de 22 ans qui deviendra elle aussi romancière. A partir de là commence un conte autobiographique, où Amélie Nothomb et Pétronille Fanto, devenues amies, s’aventurent tantôt au Ritz, tantôt à Londres, ou aux sports d’hiver, liées par une amitié galactique, aussi enivrante que le champagne qu’elles ne cessent de sabrer. Dans ce roman, version revisitée d’une étude anthropologique, Amélie Nothomb raconte sa vision de la France, et prend Pétronille comme indigène. En grille de lecture redondante, la lutte des classes apparaît comme un thème cher à Nothomb, Pétronille incarnant la prolétaire hissée laborieusement au rang d’intellectuelle, mais qui peine à être véritablement intégrée au cercle, comme le résume cet extrait « ne vous donnez pas tant de mal pour cette Fanto. Vous savez bien que dans le monde des lettres, les prolétaires n’ont aucune chance ». Ethnologie mise à part, ce roman raconte une amitié « cette étrange forme d’amour si mystérieuse, si dangereuse et dont l’enjeu échappe toujours », l’amitié de deux femmes rythmée par des dialogues aussi drôles que justes, des disputes rocambolesques, des réconciliations touchantes.

Encore une fois, Amélie Nothomb, en proposant son regard sur le monde, à la fois partial et élégant, ravit son lecteur. Avec une histoire dont on ne sait jamais où commence la fiction et où finit la réalité, elle parvient à nous emmener dans son étrange univers, où l’impudeur embrasse l’élégance et où l’intelligence n’est pas « précarisante ».

Pétronille
Ed. Albin Michel
16,50 €

© Couverture du livre

[Live report] Thee Silver Mt Zion à la Gaîté Lyrique
Gagnez 3 exemplaires de « By The Dozen » le premier album de Marie-Flore
Nausicaa Ferro

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *