Livres
Paris en 2040 d’Arthur Bernard

Paris en 2040 d’Arthur Bernard

10 septembre 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Promenons nous dans la capitale en 2040. Voici Paris scindée en deux mondes: une ville capitaliste, concentrée sur les affaires et gérée par la présidente de la France et une ville idéaliste, poétique, commémorative, basée sur ses monuments dirigée par une mairesse. Dans ce Paris II évolue un petit groupe de huit personnes sous la direction de Gaby, un centenaire, qui a souci de garder la mémoire du passé de la ville et de la célébrer par des lectures et des commémorations.

Arthur Bernard est un passionné d’histoire, de littérature et de Paris, il est l’auteur de nombreux livres sur ces questions dont Les Deux Paris. Les représentations de Paris dans la seconde moitié du XIXème siècle (Champ Vallon, 2001).

Paris est une ville passion. Le héros de ce livre semble comme l’auteur carrément faire corps avec cette ville, il en devient lui-même un monument vivant. La capitale est pour lui capitale à tous les points, elle est tout son univers. Depuis des années, les éditions Parigramme font des livres captivants sur Paris: guides, ouvrages très référencés sur des thèmes et des quartiers de Paris. Leurs auteurs ont une addiction à la capitale qui peut tourner à l’obsession, cet auteur n’y fait pas exception. Découvrir Paris en roman est un peu déconcertant, ce livre est comme un guide touristique tout en mots où l’on cherche en vain les images. La vision imaginée par l’auteur de la capitale est intéressante, crédible et parfois même brillante mais on déplore un manque d’intrigue. Lire ce roman donne le sentiment d’avoir passé une journée dans ce Paris futuriste, nous sortons de cette lecture un peu étourdis comme si nous avions côtoyé une foule bigarrée de parisiens et de touristes toute la journée, même la poussière de la capitale semble s’être imprégnée à nos semelles tandis que les pages se tournent. L’esprit de la ville est là mais cela suffit-il pour en faire un livre? L’action se borne à une remémoration du passé et donne de ce fait une vision du futur plutôt pessimiste. Nous pouvons espérer que le Paris en 2040 ne se bornera pas à commémorer le passé et que son futur ne sera pas scindé en deux comme le Berlin du siècle dernier. Quand à la Zone Inquiète qui entoure la ville, nous y reconnaissons aisément la banlieue mais là encore, l’espoir que ce soit une zone épanouie dans le futur prédomine chez le lecteur.

En bref, une hypothèse intéressante quand au futur auquel on reproche un manque d’intrigue prenante et de suspense, la simple exposition d’une situation possible dans Paris en 2040 mais le scénario de demain, c’est à nous tous de le faire en espérant qu’il ne ressemble pas à cela.

Une fièvre argentine : un dernier tango à Paris
Chéreau, à la vie, à la mort
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *