Livres
Page des Libraires : une revue 100% libraires afin de mettre en avant leur parole auprès des lecteurs dans un seul et même média

Page des Libraires : une revue 100% libraires afin de mettre en avant leur parole auprès des lecteurs dans un seul et même média

13 août 2020 | PAR Yaël Hirsch

Un peu plus tôt dans l’année, à l’occasion de la sortie du 200è numéro de Page des Libraires, revue incontournable pour les professionnels de l’édition et les amoureux de littérature, nous nous sommes entretenus avec Claire Gardet – Secrétaire générale de la rédaction et Ingrid Svendsen – Responsable partenariats et Page numérique. Génèse, choix des livres présentés, importance de la voix des librairies et évolution post-covid… une édition qui signe une réelle ouverture vers le grand public pour une véritable « invitation à la lecture ».

Comment avez-vous célébré le 200e numéro de Page ? Réunissez-vous certains de vos libraires ? 

Nous avons souhaité célébrer notre 200e numéro paru en février 2020 avec le concours de nos libraires en proposant aux lecteurs un cahier spécial présentant le livre de chevet des libraires. 200 tickets magiques ont également été insérés de façon aléatoire et permettent aux heureux gagnants de recevoir de nombreux cadeaux ! Une jolie façon pour nous de remercier les libraires et nos lecteurs pour leur fidélité et pour leur passion pour la lecture.

C’est aussi le numéro de la « rentrée de janvier », est-ce un moment important dans la vie de Page ? Après la folie de septembre, on a l’impression qu’on peut enfin se concentrer sur les textes en janvier ? 

La Rentrée d’Hiver est un moment important dans la vie littéraire. Elle permet de mettre en avant des textes remarquables et de leur donner une belle visibilité et leur garantir une attention particulière, hors du tumulte de septembre. Nous avons à cœur de la mettre en avant dans notre premier numéro de l’année, attendu après les Fêtes.

Comment sortez-vous plus de 100 pages tous les deux mois ? Comment organisez-vous les libraires qui font Page. Quelle est sa diffusion ?

Disons que PAGE est avant tout un lieu de rencontres autour des livres, un véritable média de partage sur l’actualité littéraire. Nous travaillons main dans la main avec les maisons d’édition qui nous confient leurs enjeux éditoriaux sur épreuves et que nous faisons passer aux libraires de notre réseau. Les livres présents dans la revue sont les livres qui ont été lus et appréciés par les libraires. La revue devient alors une réelle invitation à la lecture, diffusée auprès de + de 300 librairies en France et auprès de nos 4500 abonnés.

Page traite-t-il de tous les types de textes ? Fictions, Polars, Essais, BDs… mais aussi Beaux-livres, livres jeunesse, littérature de genre comme érotique ou technique ? 

Nous traitons la littérature française et étrangère, le polar, les essais & documents, le poche, la jeunesse, la bande dessinée et les beaux livres surtout en fin d’année. Nous ne sommes pas historiquement présents sur la littérature de genre mais notre nouveau site, que nous pensons comme un service au lecteur pourra à terme intégrer un champ plus large de la production littéraire.

Vous arrivez à consulter une bonne partie de votre base quand vous recommandez certains livres de la part de 3, 10 ou 20 libraires ? 

C’est une machine très bien huilée, centrée sur la connaissance des appétences de lecture de chaque libraire de notre réseau. Après une première étape cruciale de lectures et de remontée des avis des uns et des autres autour des épreuves qui ont circulé, nous obtenons la liste des titres qui ont retenu l’attention et l’approbation des libraires. C’est cette liste que nous soumettons ensuite à l’ensemble des 1880 libraires que notre réseau qui peuvent à leur tour apposer leur nom ainsi que celui de leur librairie en caution pour sceller le plébiscite de chacun des titres.

Dans le n°200, 4 grandes interviews sont mises en avant : François Busnel, Philippe Lanson, Rebecca Makkai et Pablo Servigne. Qui et comment les choisissez-vous ?

Il s’agit de demandes de libraires et/ou d’opportunités lorsque l’auteur est de passage en France par exemple.

L’interview Auteur-Libraire est un super format. Se rencontrent-ils parfois ? 

La plupart des entretiens se font par mail mais ils arrivent en effet que le libraire et l’auteur se rencontrent. C’est le cas par exemple pour les auteurs de la rentrée littéraire que nous recevons à l’occasion de notre journée professionnelle que nous organisons chaque année à la Bnf. De là nait généralement une belle complicité.

Finalement avec les libraires, on pourrait presque se passer des journalistes ? Comment travaillez-vous avec eux ? Et avec les maisons d’édition ? 

Nous avons opté pour une revue 100% libraires afin de mettre en avant leur parole auprès des lecteurs. Ce sont de véritables passeurs de livres et il nous semblait indispensable de concentrer leur voix dans un média, en complément de l’offre classique existante. Plus nous sommes à parler de livres, plus les livres circuleront entre les mains des lecteurs. Nous travaillons beaucoup en partenariat avec Radio France, notamment France Bleu et France culture et également avec les grands festivals (America pour la littérature américaine, Quais du Polar pour la littérature policière, etc). Les maisons d’édition, conscientes de l’enjeu de la prescription des libraires, sont de plus en plus nombreuses à collaborer avec nous.

Le 200e opus est-il le moment de faire un point ? D’ouvrir de nouveaux chantiers ? 

Nous avons toujours beaucoup de projets et sommes en perpétuelle réflexion pour améliorer nos services ! Dans une récente enquête menée auprès de notre réseau, nous sommes fières de voir que Page est considéré comme un média de partage autour du livre. En 2020, et après cette période de crise sanitaire, nous avons envie d’aller plus largement vers les lecteurs avec un nouveau site plus dynamique, un vrai service pour le grand public, une réelle invitation à la lecture… Rendez-vous à la Rentrée pour en juger de vous-même !

 

« Sister » : Svetla Tsotsorkova nous emmène en Bulgarie où une adolescente entêtée raconte des craques
Au Royaume-Uni, le premier concert avec distanciation sociale est celui de l’artiste de rock indé Sam Fender
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *