Livres

Natacha Wolinski décrit l’absence de la mère

13 avril 2011 | PAR Yaël Hirsch

Critique d’Art à Beaux Arts magazine, Natacha Wolinski signe chez Grasset son premier roman. Un texte infiniment poétique et fragile, dédié à sa fille, et où elle décrit l’absence de sa mère, morte dans un accident de voiture quand elle avait 4 ans.

Sa mère est morte quand elle avait quatre ans, dans un accident de voiture. Son père, artiste en train de devenir célèbre, s’est retrouvé veuf à un très jeune âge. Prise en charge par ses tantes et sa grand-mère, l’orpheline a accepté l’oubli. Et les va et vient entre l’appartement modeste des femmes, dans l’Est parisien, et le luxe de la rue de Ponthieu où s’est remarié le père. Jusqu’à l’âge de 30 ans, elle n’a pas vu la tombe de la mère : on lui a masqué l’enterrement, on lui a aussi caché les coulisses bourgeoises de l’Histoire. La jeune femme mal assurée a décidé de se réfugier en Afrique, où elle a renoué avec la volupté et la vie. Et puis, le jour où elle est devenue mère, c’est comme si la grande absente de son enfance lui avait légué une sorte d’instinct.

Tendu et fragile comme un objet de grand prix, « En ton absence » est un vrai premier roman, et un formidable moment de littérature. Les silences et les anesthésies sont creusés, autant que les bruits et les sentiments. Geste d’amour filial et maternel, ce livre condense ce qui se fait de mieux en termes d’écriture féminine : une sensibilité sans esbrouffe, mais sans gants, qui sillonne dans une langue poétique.

Natacha Wolinski, « En ton absence », Grasset, 157 p., 14 euros.

 

«  Je suis l’informe que l’indécision du père n’a pas transformée. Il me faut lutter toujours contre deux absences. Celle de la mère rêvée. Celle du père fantôme. » p. 63

Mauves en Noir fête son dixième anniversaire
Le fantôme de Maurice Papon revient nous hanter
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Une réflexion sur « Natacha Wolinski décrit l’absence de la mère »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *