Mangas

Retour sur le salon d’automne « Paris Manga & Sci-Fi Show », le rendez-vous des fans de culture pop américo-japonaise !

Retour sur le salon d’automne « Paris Manga & Sci-Fi Show », le rendez-vous des fans de culture pop américo-japonaise !

07 novembre 2016 | PAR Magali Sautreuil

Cette année, le salon biannuel « Paris Manga et Sci-Fi Show » a pris ses quartiers d’automne du 4 au 6 novembre 2016, au parc des expositions, porte de Versailles, à Paris. Cette 22ème session s’étendait exceptionnellement sur trois jours. Trois jours, ce n’est pas rien, surtout lorsque l’on passe derrière des mastodontes tels que la « Japan Expo », le « Comic Con » et la « Paris Games Week ». Ayant la lourde tache de clôturer la saison des festivités, le « Paris Manga & Sci-Fi Show » s’est-il montrer à la hauteur de ses aînés ?

« Paris Manga & Sci-Fi Show » est un salon aux confluences de pop-culture américaine et japonaise, qui souffre quelque peu de sa proximité avec la « Paris Games Week » et le « Comic-Con ».

Il est certes de moindre ampleur comparé aux autres. Quelques heures suffisent pour en faire en tour. Privilégier le vendredi si vous voulez pouvoir flâner tranquillement sans avoir à vous frayer un chemin parmi une foule compacte. Sans cela, on se repère assez facilement parmi les stands, les espaces étant clairement identifiés.

Malgré sa petitesse, le « Paris Manga & Sci-Fi Show » ne manque pourtant pas de ressources. Preuve en est, la venue du trio d’acteur de la série phare « Game of Thrones » : Charles Dance (Tywin Lannister), Ellie Kendrick (Meera Reed) et Keisha Castle-Hughes (Obara Sand). Tous trois se sont volontiers prêtés au jeu des photos et des autographes pour le plus grand bonheur des fans.

Certains comédiens de doublage, qui ont bercé notre enfance, étaient aussi présents. Deux d’entre eux nous ont particulièrement marqué : Philippe Ariotti, qui a, entre autres, prêté sa voix à Piccolo dans « Dragon Ball », et Patrick Préjean, notre Grominet national, qui a également doublé Salem dans « Sabrina, l’apprentie sorcière » et Victor Mc Cornick dans « La famille pirate ».

Le « Sci-Fi Show » accueillait aussi des auteurs de comics du monde entier. Qu’ils soient intertionalement connus ou non, tous se sont montrés accessibles et à l’écoute des visiteurs. Ces derniers ont été nombreux à venir admirer leur travail, l’Artist Alley étant situé dans un lieu de passage. Les plus chanceux pouvaient gagner des dessins originaux de toute beauté en participant aux tirages au sort organisés par la WIP Agency. Le « Paris Manga & Sci-Fi Show » n’a donc rien à envier au « Comic Con ».

Omniprésent en ce moment, l’univers « Star Wars » était également de la partie. Les 59ème Légion et 501ème Légion, ainsi que des droïdes conçus par l’association R2D2 Builders, ont paradé fièrement dans le salon. Des éléments de décor de la saga trônaient aussi fièrement au sein du festival. Vous pouviez également vous essayer au combat au sabre au laser.

Droïdes en tout genre et combat au sabre laser étaient déjà présents lors de la « Geek’s live 2016 », de même que la « De Lorean » de « Retour vers le futur ». Mais cette fois-ci, ce n’est pas une mais six voitures emblématiques de films et de séries télévisées qui étaient exposées. En plus de la « De Lorean », vous pouviez non seulement admirer la « Ford Torino » rouge et blanche de « Starsky & Hutch », la « Toyota Supra » de « Fast & Furious », la « Chevrolet Impala » de « Supernatural », la « »Mustang Barricade » des « Transformers », sans oublier la « Pontiac Firebird » Kite de « K-2000 », mais vous pouviez aussi vous faire photographier au volant de ces dernières. Quoi de plus grisant que de se sentir, ne serait-ce que le temps d’une photo, le maître d’un de ces engins !

En ce qui concerne la partie « manga », l’aspect commercial du salon était clairement mis en avant. La diversité des boutiques était certes appréciable (vente de mangas, de films d’animation, de produits dérivés, d’accessoires de cosplay et de produits artisanaux japonais), mais on a regretté l’absence de mangakas de renom. Peut-être est-ce dû au budget considérable nécessaire à la venue des stars américaines.

Mais les férus de culture asiatique pouvaient néanmoins trouver quelques réconforts en assistant aux démonstrations d’arts martiaux. Les plus téméraires pouvaient même s’y initier. Outre les habituelles démonstrations d’aïkido et de ninjutsu, vous pouviez aussi assister à celles d’haidong gumdo, l’art martial du sabre traditionnel coréen.

Salon aux multiples facettes, le « Paris Manga & Sci-Fi Show » proposait également à ses visiteurs des stands de jeux vidéos. Au village R-Cade, petits et grands pouvaient découvrir ou redécouvrir d’anciens jeux d’arcade réalisés en 2D dans les années 1990 comme « Street Fighter ». Non loin de là était organisée la première édition d’un tournoi entièrement dédié au retrogaming : la R-Cade Cup.

Activité incontournable de toutes les conventions du genre, le cosplay était également à la fête, que ce soit sur scène ou dans les allées. Les plus beaux costumes se sont vus récompenser par un voyage, soit aux Etats-Unis, soit au Japon.

Pour cette 22ème édition, les organisateurs se sont donc démenés pour nous proposer de nombreuses activités. Espérons que pour les prochaines éditions, la dimension ludique sera encore plus présente et la programmation évènementielle plus fournie. Afin d’y parvenir, le salon devrait se concentrer sur une seule édition par an, en ouverture de saison.

« Bac 68 » à l’Athenee Louis Jouvet
Primaire des écologistes – Jadot / Rivasi : qui ce soir pour représenter la famille en déroute ?
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *