Mangas
Manga of the Dead un recueil drôlement effroyable

Manga of the Dead un recueil drôlement effroyable

05 novembre 2013 | PAR Sandra Bernard

manga of the dead

Fan de Zombies ? Un nouveau manga vient de faire son apparition aux éditions Tonkam sous la forme d’une anthologie. Une fois n’est pas coutume Manga of the Dead nous vient tout droit du Japon et apporte avec lui un petit vent de fraicheur dans un genre très occidental. Résultat du travail de huit auteurs, ce manga nous propose de découvrir autant d’histoires et de points de vue sur le sujet. Cette présentation est assez surprenante, mais permet de déguster avec plaisir des styles graphiques différents et des approches qui enrichissent le propos.

Manga of the Dead n’est pas le premier manga qui parle de zombies. Highschool of the Dead ou encore Berceau des Esprits ou très récemment Resident Evil marhawa desire sont les quelques titres qui montrent que l’engouement pour le zombie commence à prendre de l’ampleur dans la culture nipponne.

Voguant sur la mode des zombies qui revient en force depuis près de 10 ans, avec notamment le succès planétaire des Resident Evil. Ces histoires nous feront découvrir un monde impitoyable dans lequel la survie, le respect de l’humanité et la morale seront mis à rude épreuve. Des thèmes qui restent cependant des classiques du genre initié par George Romero avec les films : La nuit des morts vivants (1968) et Zombie (1978) et qui ne cesse d’évoluer que ce soit dans les films, avec récemment World War Z de Marc Forster, les jeux vidéo avec l’inconditionnel Left for Dead de Valve ou le mignon Plantes VS Zombies, ou encore les comics avec l’incommensurable Walking Dead de Robert Kirkman.

Pour sa part Manga of the dead s’appuie sur le thème sans jamais en changer la structure. Les récits de l’ouvrage nous emportent assez facilement dans leurs univers en quelques pages. C’est d’ailleurs ici que reposent la force et l’intérêt de cette anthologie. Il est vraiment intéressant de vivre cette expérience de lecture, qui réussit à créer chez le lecteur une réaction mimétique constante. De nombreux sentiments et émotions causés par le sujet (des zombies) s’adressent directement à notre humanité. Ce qui produit une interprétation des histoires qui fusionne, avec nos propres angoisses de ces situations cauchemardesques. En effet, on se surprend en lisant, à se demander ce que l’on ferait à la place de ces personnages.

Comme dans And i love her ou une famille garde chez eux leur grand-mère devenue zombie. Que faudrait-il faire dans cette situation lorsque l’on est un de ses petits enfants ? Ou encore Ne vivez pas avec des cadavres, les enfants qui retrace l’histoire de deux jeunes enfants qui se retrouvent enfermés chez eux à cause d’une épidémie de zombie. Avec toute l’innocence de leurs amours, ces bambins doivent alors s’occuper de leurs parents tous deux devenu zombie… Il y a aussi Le sanctuaire qui ressuscite les morts, plus proche de l’esprit nippon met en scène un professeur réussissant à redonner vie à sa tendre et chère. Mais cette action a bien des revers quant à la véritable nature de la revenante. Ces récits posent des questions dérangeantes autour de l’éthique et l’amour.

Au-delà des récits d’un monde apocalyptique, Manga of the dead propose aussi quelques chefs d’œuvre de défoulement typique du manga comme Le jeune Zombie qui compte les mésaventures d’un jeune puceau (sic) qui deviendra un tueur de zombies et qui verra son rêve le plus cher devenir réalité d’une manière surprenante… L’action y est frénétique et l’humour est à tomber par terre. De l’autre côté, artistiquement parlant, la plus belle réalisation est sans doute L’organogel sème la terreur qui présente des planches à la réalisation exemplaire, ou le coup de pinceau se marie à merveille avec la composition dégagent une atmosphère glauque et malsaine. Une réalisation qui forme magistralement les contours d’une intrigue que l’on aimerait plus longue !

Les différents styles graphiques tout comme les historiettes inégales ne remporteront pas tous les suffrages. Il faut aussi retenir qu’il est fort dommage qu’il n’y ait pas plus d’implication de la culture nipponne dans ces récits qui sont finalement très occidentaux… Il aurait été intéressant de voir une comparaison entre les revenants japonais et les zombies… On notera que l’ensemble est finalement moins pesant que les œuvres de Junji Ito

Ceux-ci dit, si vous pouvez passer outre ces quelques défauts et que l’envie vous prend de plonger vers l’horreur de la présence des zombies dans un futur sombre, foncez sur ce manga qui n’aura autre but que de vous divertir macabrement.

Page sur le site de l’éditeur VF

Informations :

Auteur(s) : Collectif, Collection : Young, Genre(s) : Horreur, Format : 150x210mm, 240 pages, Prix : TK 7 (15.50€), Date de parution : 21/08/2013, ISBN : 978-2-7595-1113-6, EAN : 9782759511136, Code Hachette : 5817614

Nicolas Ghesquières, transporté vers Louis Vuitton
Gagnez 2×2 places pour la soirée « Goose Invades Paris » au Nouveau Casino le 29.11
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *