Mangas

Evil Eater Tome 1 : Le démon en moi

Evil Eater Tome 1 : Le démon en moi

17 septembre 2014 | PAR Sandra Bernard

Nouvelle licence seinen de Ki-oon, Evil Eater d’Issei Eifuku (Scénario) et Kojino (Dessin) projette le lecteur dans un monde où la mort n’est plus vraiment une fatalité. Mais, il y a toujours un mais …

[rating=4.5]

evil eater tome 1

Avec les progrès de la science, il est désormais possible de ramener quelqu’un à la vie. Cependant, le prix à payer est une autre vie, un échange équivalent à la « pushing daisy » où à la Fullmetal Achemist, même si dans ce cas, il est interdit de ramener quelqu’un à la vie. Face à ce dilemme, il a été décidé que seule la justice pourrait avoir recours à ce procédé dans les affaires de meurtre. Le coupable, une fois exécuté (rappelons que la peine de mort existe toujours au Japon), sa victime ou l’une de ses victimes serait ramenée à la vie. Outre de nombreuses questions de morale et d’étique, le procédé souffre d’un autre défaut, le traumatisme du décès crée un « bug » dans la psyché du « revenu » qui devient, dès lors, une bombe à retardement. C’est dans le but de soigner ces désordres psychologiques que les mages d’une section spéciale entrent en scène. Ces derniers agissent dans le plus grand secret. Nagumo identifie le mal et Amagi le traite avec une vigueur spectaculaire.

Le duo nouvellement formé entre l’agent d’expérience et la bleue aux grandes capacités peine à trouver son équilibre. Mais l’enrichissement rapide des missions, toutes différentes, ne leur laissent que peu de répit et leurs capacités font rapidement surface.

Le postulat de départ est intéressant et pose plusieurs questions d’étique tournant principalement autour de la peine de mort et de la valeur d’une vie. Échanger une vie contre une autre est moralement discutable. De plus, en cas de victimes multiples quelle est celle qui sera choisie ? La première, la plus jeune, la plus intelligente, etc.? Il est intéressant de voir la question de la peine de mort abordée dans un pays qui la pratique toujours. De plus, bien que la mort soit au centre de l’histoire, c’est avant tout un moyen de mettre en avant le psychisme des Returners.

L’on apprécie que chaque histoire pose son lot de questionnements : la maltraitance, les sectes, le mal être de la jeunesse, etc. L’intrigue est également loin d’être manichéenne et l’on se pose des questions aussi bien sur l’agence gouvernementale employant les Sorceristes que sur le passé des héros.

Graphiquement, le titre est original dans le design et le traitement de ses personnages. Les planches sont claires et vives, avec un tramage complexe, les « combats » rapidement réglés, puisqu’ils ne sont qu’un moyen et non une fin en soi dans la trame scénaristique.

Informations pratiques :

Auteur : Issei EIFUKU / KOJINO, Titre : Evil Eater T01, Ki-oon, seinen, Parution : 10-04-2014, Format : 13 x 18 cm, Nombre de pages : 224, Prix de vente : 7,65 €, Tomes parus en VO : 3 (série terminée)

Visuel : EVIL EATER © 2012 Issei EIFUKU, KOJINO / SHOGAKUKAN

George Clooney honoré pour l’ensemble de sa carrière aux Golden Globes
[La recette de Claude] Far breton
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *