Livres

Lulu Inthesky, Il était une fois une princesse et son crapaud libre

Lulu Inthesky, Il était une fois une princesse et son crapaud libre

21 janvier 2013 | PAR Bérénice Clerc

Les bandes dessinées amusent les enfants, mais aussi les adultes quand dessins et décalages ouvrent la porte de l’humour et de la fantaisie, telle Lulu Inthesky, dont le premier album « Lulu Il était une fois une princesse… » est dans les bonnes librairies depuis le 16 janvier. Son auteure répond aux questions de Toute La Culture et vous offre deux albums si vous gagnez le jeu concours ici.

Lulu est née de l’imagination et des mains de Laëtitia Lamblin, une artiste gorgée de talent, d’éclat, d’humour.

Lulu entraine une foule de lecteurs sur son blog où les dessins et les quelques mots couchés sur le papier via l’écran habitent la toile et décrivent le monde.

Lulu est une jeune fille blonde aux cheveux longs comme ses rêves, nourris aux histoires des dessins animés de Disney, élevée avec l’idée d’un prince charmant à rencontrer pour être heureuse un jour…

Oui mais où rencontrer ce prince charmant ? Existe-t- il ? Les dessins animés et les clichés de nos sociétés seraient-ils des leurres ? Beaucoup de jeunes femmes et de femmes font les mêmes constats et aiment rire avec les aventures de Lulu.

Dans le premier album, Lulu, princesse sans royaume va tenter de trouver son prince à charmer et va rencontrer Alberto, un crapaud au langage souvent cru mais toujours très drôle et aimable.

Une succession d’histoires, des dessins sans la limite des bulles, des couleurs, des mots pour rire, un graphisme unique, une imagination et un réalisme pour ouvrir les portes du rêve.

Jungle éditions offre un bel écrin à Lulu, des planches inédites, une artiste à découvrir, des clins d’œil à l’univers de Disney, une princesse à suivre et à aimer pour rire et se sentir léger comme une paillette sur une chaussure, un cheveu de Lulu sans fin, un bon d’Alberto le crapaud, un coup de crayon sur une feuille blanche.

 

Comment est née Lulu Inthesky ?

Laëtitia Lamblin :

Pour mon projet de dernière année d’école, j’ai réalisée une série de planches, l’histoire de princesse LULU, une sorte de premier album, un livre fait main. Il racontait déjà l’histoire d’une princesse jeune et blonde à la recherche de l’amour.

Ensuite je décidais de créer un blog pour montrer mon travail au plus grand nombre, travailler régulièrement et partager l’univers de Lulu avec un maximum de lecteurs.

Mes traits ont évolués, le personnage s’est affiné et rapidement le nombre de lecteurs a augmenté sur le blog. Des fidèles suivent les aventures de Lulu et Alberto, laissent messages et commentaires.

Invitée une première fois au  Festiblog, je fus ravie de rencontrer mes lecteurs, de partager un moment avec eux et de leur dédicacer le support de leur choix. Chaque rencontre me ravit, l’échange est important, les gens font le voyage, prennent du temps pour venir et attendent souvent longtemps car les dédicaces sont longues, un dessin n’est pas juste une signature…

Comment travaillez-vous pour le Blog de Lulu Inthesky ?

LL :

Un dessin prend entre 6 et 12 heures, il faut l’imaginer, le dessiner, le peaufiner, le publier.

Une fois en ligne le lecteur met entre 10 et 60 secondes à le découvrir et le lire. Les commentaires donnent toujours envie de continuer, ils sont positifs, ils poussent à travailler pour les lecteurs.

 

Comment nourrissez-vous ce blog ? Est-ce personnel ou lié à l’actualité ?

LL :

Les deux, les personnages naïf de Lulu et la liberté de langage d’Alberto m’offrent la possibilité de tout dire. Je peux dénoncer des situations sociétales actuelles ou parler de problèmes personnels. Tout reste plausible, jamais les lecteurs ne savent la part de Lulu et celle de Laëtitia !

 

Lulu et vous-même êtes-vous proches ou est-ce un personnage totalement imaginaire ?

LL :

Certains disent qu’un dessinateur se représente toujours, que nous connaissons parfaitement notre corps et pouvons donc mieux créer des contours familiers.

Il y a forcement un peu de moi en Lulu, mais je fais tout pour qu’elle existe sans moi et invente sa vie sans mes propres limites.

Il m’arrive de me « servir » de Lulu pour exposer des situations très personnelles mais cela reste très rare.

 

Le blog et le premier album de Lulu Inthesky est-ce la même chose ?

LL :

Pas du tout ! Le blog a sa propre vie, ses propres planches, le premier album de Lulu est réalisé avec des planches nouvelles, uniques et exclusives au livre.

Les lecteurs du blog seront heureux de découvrir l’histoire de Lulu et les acheteurs de l’album en librairie pourront découvrir et visiter le blog sans rien retrouver.

Les formats, les contenus sont absolument différents sans perdre les valeurs de Lulu.

 

Comment avez-vous travaillé pour le livre ?

LL :

Il y a environ une année de travaille, de recherches, tests,  dessins, de retouches, de reprises. Je fais quasiment tout à la main, l’univers se crée au fur et à mesure, je colore ensuite ou parfois directement sur le dessin comme pour les planches exposées à la galerie Arludik. J’ai eu la chance d’avoir une liberté quasi totale grâce à la confiance accordée par les éditions Jungle. Un dessin en fait germer un autre, une histoire en appelle une autre, parfois je retouche en fonction de ce qui finalement est venu après les premiers jets…Un travail d’illustratrice et d’auteure !

 

A quels types de lecteurs pensez-vous vous adressez ?

LL :

A partir de 15 ans tout le monde peu lire cette bande dessinée, mais je pense que les jeunes femmes autour de la trentaine vont se reconnaître, apprécier les clins d’œil aux dessins animés de Disney et la liberté de langage d’Alberto.

 

Avez-vous envie de produits dérivés Lulu ?

LL :

Cela est difficile à dire… Melle Plume a créé des bijoux à l’effigie de Lulu (en vente galerie TALMART SÉRIES & VARIATIONS (22 rue du Cloître St Merri, 75004 PARIS) j’aime réaliser des cartes postales numérotées, rester dans « l’artisanat » à échelle humaine. Des produits dérivés oui, mais seulement si cela reste artistique même si c’est très tentant ! Il est compliqué de garder le contrôle quand un personnage devient héroïne d’un film par exemple, une image figée en dessin n’est pas la même en mouvement…

Attendons et voyons, laissons Lulu revenir pour d’autres livres, d’autres histoires, à suivre ou à lire seule et après peut-être voyagera-t-elle ailleurs.

 

Les lecteurs peuvent ils vous rencontrer bientôt et avoir un livre dédicacé avec un joli dessin juste pour eux ?

LL :

Oui, je les attends avec plaisir pour une dédicace le 31 janvier à la galerie Talmart où ils trouveront les livres, les cartes et les bijoux Lulu Inthesky.

 

Courez à la rencontre de Lulu le 31 janvier de 18h à 21h galerie TALMART SÉRIES & VARIATIONS (22 rue du Cloître St Merri, 75004 PARIS Tél 01 42 78 5238

www.talmart.com)

Ou le vendredi 22 février de 16h à 19h chez Univers BD à Paris (39 Boulevard Saint Martin  75003 Paris, France)

Une belle occasion pour rencontrer un charmant ou une charmante !

Ludovic Lagarde a dévoilé les prémices de Rappeler Roland au Louvre
Gagnez deux bandes dessinées de Lulu Inthesky, « Lulu Il était une fois une princesse… »
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

2 thoughts on “Lulu Inthesky, Il était une fois une princesse et son crapaud libre”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *