Livres
« Les Nuits bleues » d’Anne-Fleur Multon : la passion au ventre

« Les Nuits bleues » d’Anne-Fleur Multon : la passion au ventre

24 décembre 2021 | PAR Marine Stisi

Les Editions de l’Observatoire publient en ce tout début d’année le premier roman adulte d’Anne-Fleur Multon, Les Nuits bleues, un livre dont le titre déjà laisse présager de toute la douceur qu’il contient.

Derrière les murs, les fenêtres, les portes cochères, la vie. On avait du mal à s’en rappeler, de ça, au printemps dernier, quand il ne fallait pas sortir, qu’il ne fallait pas se voir, qu’il ne fallait pas se retrouver. C’était dur pour tout le monde, croyait-on, pourtant, des amours sont nés, aussi, de ce silence pesant. Il y eut, quelque part dans Paris, entre Belleville et Pyrénées, de la merveilleuse douceur quand on ne croyait subsister que de la frayeur.

On ne choisit pas son moment pour tomber amoureux. Ca nous tombe dessus, comme un vase qui se brise en pleine rue. Ces deux là le savent bien. Rencontrées à une soirée de noël, elles s’écrivent d’abord peu, puis le rythme s’accélère, alors que tout ferme autour, elles continuent cette douce valse à distance, les messages, les fantasmes, les pensées. Puis, elles n’y tiennent plus. A coup de fausses attestations, le goût du risque, elles se retrouvent et c’est l’éclat, la grande et merveilleuse gifle des premiers baisers, des premières caresses, des corps qui sont fait pour se trouver, pour être ensemble. Sara, sans H, devient le centre du monde de la narratrice. Un monde fait d’un silence inédit mais surtout, de la découverte de l’autre. 

alors saisons sans fin l’amour mon amour, nous qui savons nous aimer si bien

Ce premier roman pour adulte fait d’une poésie solaire est une franche réussite. Anne-Fleur Multon, d’ordinaire autrice jeunesse, partage ici passion et tendresse, intensité et douceur. Toute la beauté des premiers instants est follement bien retranscris. Et ô, merveille, ça finit bien. Quel bonheur. 

Les Nuits bleues, Anne-Fleur Multon, Editions de l’Observatoire, 206 pages, 18€
Date de publication : 5 janvier 2022
Visuel : ©DR 

Zéphyr de Mourad Merzouki à La Villette
« Périandre », d’Harold Cobert : huis-clos entre mère et fils
Avatar photo
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration