Livres
Le Livre à Metz : Denier jour de Désirs pour cette édition – Dimanche 7 avril

Le Livre à Metz : Denier jour de Désirs pour cette édition – Dimanche 7 avril

08 avril 2019 | PAR Yaël Hirsch

Dernier jour de Festival Le Livre à Metz pour Toute La Culture, qui a goûté les joies d’un dimanche messin, ensoleillé et littéraire.

A 11:00, Aurelie Flippetti, ancienne ministre de la Culture et originaire de Metz, devait parler de son dernier livre Les idéaux (Fayard). La conférence ayant été annulée nous en avons profité pour faire une escapade du côté du Centre Pompidou Metz pour y voir trois expositions : La couleur à travers les collections, la nuit à travers une magnifique scénographie emplie de mystères et de questions et une monographie Lee Ufan (lire notre article).

Après un autre tour par le marché du livre, nous avons pu écouter la harangue que le « philosophe forain » Alain Guyard nous offrait en mode « apéritif » avec « Vous croyez vraiment que le bonheur est dans le prêt ? ». Devant une foule nombreuse et amassée et sous un rayon de soleil, le philosophe, sa barbe et ses favoris est revenu avec humour sur les idées clés du marxisme. Laicard, gouailleur et très solide quand il s’agit de citer Rousseau ou Deleuze, il nous a entraîné dans un vrai numéro de théâtre politique.

Le déjeuner a été l’occasion de découvrir l’un des restaurant partenaires du festival, La Baraka, aux pieds de la cathédrale où nous avons savouré un délicieux tajine aux olives et au citron (25, Place de la chambre).

A 13:30, retour à l’Arsenal pour une conférence sur le désir de réinventer l’Europe. Animateur très clair Francis Kochett avait listé les crises auxquelles l’Europe fait face. Ancien reporter de guerre en Yougoslavie, Frank Westerman (Soldats de la parole, Christian Bourgois) a fait le point sur la menace terroriste, explique que depuis Sarajevo l’Europe semble cruciale et s’est aussi réfère à l’histoire de Metz entre Allemagne et France… Le nombre d’œufs dans la mayonnaise ou les autres normes servent ce principe selon lui : plus de guerre en Europe ! Merci

Pour le spécialiste et ancien député européen Olivier Duhamel (Ici pour présenter Colette et Jacques paru chez Plon) l’Europe c’est trop de norme et pas assez de pouvoir. Vu la complexité et la taille, il s’émerveille que 45% des Européens aillent voter. « Ce sont des élections dans le noir pour les gens et ils vont quand même voter dans le noir ».

En français parfait, Andreï Kourkov, auteur de Vilnius, Paris, Londres (Liana Levi, lire notre chronique) à fait le procès de l’Europe technocrate pour vanter “L’Europe humaniste” et dit combien pour son pays, la Lituanie, l’Europe c’est un espoir qui dépasse le nationalisme. Bien sûr l’administration européenne est kafkaïenne et il n’y a pas d’unification (l’auteur a pris exemple de fumer dans l’espace public) mais l’Europe reste un espoir.

Invitée d’honneur du Festival, Carole Martinez répondait aux question de Sarah Polacci à l’église Saint Pierre aux Nonnains à 14:00. Rappelant le lien entre texte et tissage, elle a trouvé cela très beau et s’est imaginée Pénélope raconter l’histoire d’Ulysse en tissant le linceul de son père. C’est pour cela que l’héroïne de son premier roman Le cœur cousu (2007) était couturière. Elle a parlé de ses origines, expliquant que l’histoire d’Espagne est compliquée dans sa famille. Carole Martinez vient du sud de l’Espagne mais quelle même ne parle pas espagnol. Nous n’avons malheureusement pas pu entendre la fin de cette conférence de conteuse, car nous avons dû quitter le Livre à Metz un peu avant sa fin. Mais nous sortons de deux jours d’écriture et de débats sur les désirs avec au moins une série d’idées très claires sur ce que l’on ne désire pas, aussi bien littérairement que politiquement. Et nous quittons Metz illuminée par les livres avec l’impression de connaître la ville un peu mieux. 

visuels : YH

Franglish se dévoile dans « Monsieur » [Interview]
Cherry Glazerr et son monde à part
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *