Livres

L’Afrique au coeur de deux essais

31 décembre 2012 | PAR Jean-Paul Fourmont

L’Afrique est à l’honneur dans les plus récentes parutions. Les éditions Actes Sud et JC Lattès ont dernièrement publié deux ouvrages portant respectivement sur l’histoire du Congo ainsi que sur les manuscrits de Tombouctou, au Mali.

L’AFRIQUE CONTINENT MALHEUREUX

Les Editions Actes Sud viennent de publier Congo. Une Histoire du belge David van Reybrouck, qui a obtenu pour cette œuvre magistrale le prix Médicis de l’essai ainsi que le prix AKO des Pays-Bas. Cette dernière distinction couronne, habituellement, une œuvre littéraire. L’auteur est historien, archéologue, écrivain, homme de théâtre, bref il s’agit d’une personnalité haute en couleur qui a de multiples facettes.

Dans le présent ouvrage, l’auteur retrace l’histoire complexe et tumultueuse du Congo, et ce de la préhistoire aux premiers chasseurs d’esclaves, du voyage de Henry Morton Stanley missionné par Léopold II à la décolonisation dans les années 1970, de l’arrivée de Mobutu, puis de Kabila à l’implantation industrielle d’une importante communauté chinoise.

Le Congo un pays qui regorge de matières premières et qui comporte plus de 400 ethnies différentes. Il n’y a pas véritablement de conscience tribale.

Ce livre retrace, analyse, conte et raconte cet immense territoire africain au destin violenté. Cette enquête est le fruit d’un formidable travail de terrain, qui se fonde sur une multitude de documents. Les documents alternent avec les témoignages. David van Reybrouck effectua différents voyages en Chine pour comprendre l’engouement de l’Empire du Milieu pour ce pays d’Afrique.

Cela va de soi, nous sommes très loin de la bande dessinée Tintin au Congo. L’espérance de vie est de 45 ans et l’auteur avait peur de ne pas trouver suffisamment de témoins directs de l’histoire mouvementée du Congo.

Cet ouvrage est très dur, on y parle notamment de « chefs indigènes enterrés vivants » par l’armée belge ainsi que des nombreuses mains tranchées. Pour l’auteur, les Belges ont installé les conditions d’une anarchie durable.

L’auteur insiste sur l’extrême importance de l’archéologie, c’est-à-dire des preuves non textuelles, dans ce pays qui n’a pas développé d’écriture, mais un langage tambouriné ou télégraphe de brousse.

Ce livre érudit a été salué par la critique internationale, que cela soit aux Pays-Bas ou bien en Allemagne. Ce passionnant essai comporte un chapitre intéressant, où l’auteur, justifie ses sources et explique pourquoi il a lu tel ouvrage, quel a été l’intérêt de le lire ou de ne pas le lire. Cela change des renvois bibliographiques parfois indigestes et non compréhensibles pour les non-initiés.

Un ouvrage remarquable, à lire !

SI ON PARLAIT DU MALI, NON POUR LES RAVAGES DE L’ISALAMISME, MAIS POUR SES INCONTESTABLES RICHESSES

Jean-Michel Djian publie avec le concours des éditions JC Lattés Les manuscrits de Tombouctou. Secrets, mythes et réalités. Depuis quelques quinze siècles, rien de moins, Tombouctou, la cité des 333 saints, est l’objet de toutes les convoitises commerciales, culturelles et religieuses. L’Afrique a une histoire qui interroge l’occident. Tombouctou accueillait au XVe siècle plus de 25.000 étudiants.

Dans la célèbre cité malienne, il se trouve en effet plus de 300.000 manuscrits, datant du XIIe siècle jusqu’au XIXe siècle, qui retracent les plus belles épopées des savoirs politiques, juridiques et médicaux. Ces manuscrits apportent la preuve d’une authentique tradition écrite.

Sur des peaux de mouton, des omoplates de chameau, tout est noté : les actes de justice, le prix du blé et des épices, dont un traité sur les ravages du tabac. C’est une bibliothèque vivante. L’Unesco a décidé de protéger ces manuscrits.

Toutefois, il y a eu beaucoup de pillages dans ce pays où règne la famine. L’invasion marocaine n’a rien arrangé. René Caillé fut, en 1828, le premier européen à pénétrer dans Tombouctou.

C’est un très beau livre, qui permet de découvrir les richesses de l’humanité dans un esprit d’ouverture, loin de toute passion ésotérique ou autre.

D. van Reybrouck, Congo. Une Histoire, Actes Sud, 2012, 709 p., 28 euros.
J.-M. Dijan, Les manuscrits de Tombouctou. Secrets, mythes et réalités, JC Lattès, octobre 2012, 179 p., 25 euros.

Une biographie de Jean Yanne à lire à « rebrousse-poil », par Bertrand Dicale
Homeland: une seconde saison réussie
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *