Livres

La Passion suspendue, un entretien inédit avec Marguerite Duras

La Passion suspendue, un entretien inédit avec Marguerite Duras

15 janvier 2013 | PAR Lucie Droga

Beaucoup de livres avaient déjà été publiés sur Marguerite Duras, de ses paroles recueillies par Yann Andréa, compagnon des dernières années, dans « C’est tout » (1995 ) à ses entretiens avec son grand ami François Mitterrand, l’activité artistique de l’auteur semblait pour toujours avoir été passée au crible. Mais c’était sans compter sur « La Passion suspendue », un entretien inédit avec Duras, ignoré des admirateurs, que nous propose la journaliste italienne Leopoldina Pallotta della Torre.

Pour se faire accepter de Duras, il fallait y aller au culot. Ce petit bout de femme, ratatinée sur elle même avec ses grosses lunettes ne se laisse pas approcher facilement : il aura fallu l’aide d’un bout de parmesan pour que l’auteur d’Un barrage contre le Pacifique (1950) accepte de dialoguer pendant deux ans avec la jeune journaliste Leopoldina Pallotta della Torre dans son appartement de la Rue Saint-Benoît.

La Passion suspendue se rapproche fortement de La Vie Matérielle par le cadre intime que la journaliste arrive à instaurer avec l’auteur : portée par une grande liberté de paroles, Duras se confie sur son oeuvre, sa vie, sa mère qui toute sa vie lui laisse un goût amer, puis ses années de gloire, la Résistance et sa relation avec les hommes qui ont fait sa vie.

La voix durassienne se fait entendre une nouvelle fois, à travers les silences et les non-dits, l’autodestruction qui s’empare de l’auteur comme  de ses héroïnes, le rôle de la littérature, qui « doit être scandaleuse ». « La femme de Moderato Cantabile et celle de Hiroshima mon amour, c’était moi : exténuée par cette passion que, ne pouvant me confier par la parole, j’ai décidé d’écrire, presque avec froideur. » confie Duras. Admirateurs qui souhaitez redécouvrir l’univers singulier de Duras,  rempli d’amour et de silence, ne cherchez plus, ce livre est fait pour vous.

 

Marguerite Duras – La Passion suspendue entretiens avec Leopoldina Pallotta della Torre (Seuil), traduit de l’italien par René de Ceccatty, 196 p., 17 €

Visuel: couverture de La Passion suspendue

Image à la Une: capture d’image du site lesinrocks

 

Les prix d’excellence de la beauté Marie Claire 2013
Une semaine de théâtre sur France Télévisions
Lucie Droga

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *