Livres

La littérature américaine à l’honneur au 17ème festival « Ecrivains en bord de mer »

La littérature américaine à l’honneur au 17ème festival « Ecrivains en bord de mer »

22 mai 2013 | PAR Fatima-Ezzahrae Touilila

 

Cette année, le 17 ème festival « Écrivains en bord de mer » se déroulera du 17 au 21 juillet à La Baule, et mettra à l’honneur la littérature américaine, avec des invités de choix Laura Kasischke et Ron Padgett. 

stacks_image_10540

Littérature au bord de l’eau, littérature les pieds dans l’eau, cette année encore le festival « Ecrivains en bord de mer », promet de nous enivrer de délicieuses effluves venues cette fois-ci  de l’autre coté de l’Atlantique. La poétesse Laura Kasischke, parfois surnommée « la grande dame de la littérature américaine », n’en maîtrise pas moins la prose où elle connait le succès dès son premier roman « Suspicious River » ,  effeuillant  avec cynisme une middle class loin d’être aussi lisse qu’il n’y parait. Pour le festival, elle participera à un débat autour du « creative writing », technique d’écriture à succès  qu’elle enseigne à l’université du Michigan, puisque le festival sera aussi l’occasion de poser et de reposer la question de la transmission de la littérature. Un sujet que François Bon pense en terme d’ateliers d’écriture qu’il anime pour un public intergénérationnel ou encore de publications sur le net, un thème qu’il abordera en clôture du festival.

Parmi les écrivains français invités, on pourra retrouver Jakuta Alikavazovic, Emmanuelle Bayamack-Tam, Stéphane Bouquet, Vincent Broqua, Olivier Brossard, Marie Chaix, Claro, Christian Garcin, Alban Lefranc, Christine Montalbetti, Martin Richet, Jacques Roubaud, Tanguy Viel, auxquels se joindront certains de leurs homologues américains Thalia Field, Peter Gizzi, Harry Mathews et Cole Swensen, pour des échanges transatlantiques, autour d’un sujet  universel.

Tout l’attrait de cette 17ème édition tient au fait qu’elle explore le travail de l’écriture des prémisses de la création, aux insondables dilemmes de la traduction, dont Zweig disait qu’il n’y avait rien de plus formateur pour un écrivain qui se cherche, avec une table ronde « Traduire les poètes », mais aussi un dialogue entre un poète et son traducteur, Peter Gizzi et Stéphane Bouquet, auteur de « L’externationale » qui fut salué par Robert Creeley en ces termes un  « livre novateur non seulement pour le lecteur, mais aussi pour l’écrivain et pour l’art. »

Loin de la moiteur des salons, ce festival sera avant tout l’occasion de débats et de rencontres, écrivains et amateurs, seront là pour partager une passion commune, un plaisir inédit, au gré de l’écume, hors du temps.

 Visuel: (c) affiche du festival.

 

 

Infos pratiques

Domaine des Roches
Abbaye de Royaumont
Fatima-Ezzahrae Touilila

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *